Mondial U17 : AIGLONNETS, MERCI DE NOUS AVOIR FAIT VIBRER

Les Aiglonnets version Baye Bah peuvent être fiers de leur parcours au Mondial U17 qui s’est achevé dimanche au Chili. Certes, le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers n’ont pas réussi à se hisser sur le toit du monde, mais ils ont mouillé le maillot et fait honneur au drapeau national. En remportant la médaille d’argent et deux trophées individuels, les champions d’Afrique ont écrit l’une des plus belles pages de l’histoire de notre football et leur parcours doit inspirer les futures générations.

coupe mondiale cadets aiglonnet mali nigeria finaleAinsi, malgré la défaite 2-0 face au Nigeria (buts de Victor Osimhen et Funsho Bamgboye aux 56è et 59è min), tous les supporters ont salué la prestation de l’équipe et rendu hommage à ceux que de nombreux commentaires ont qualifié de «Barcelonais d’Afrique». Si ce n’est le Nigeria, pas une seule équipe parmi les adversaires du Mali n’a réussi à damer le pion aux protégés de Baye Bah. En sept matches les champions d’Afrique ont totalisé 5 victoires face, respectivement à l’Equateur, au Honduras, à la Corée du Nord, à la Croatie et à la Belgique concédé un nul contre la même Belgique et une défaite en finale devant le Nigeria.
Au total, les cadets maliens ont marqué 12 buts contre seulement 4 encaissés. Le mali a ainsi terminé avec la quatrième meilleure attaque du tournoi derrière le Nigeria (23 buts), la France (14 buts) et le Mexique (14 buts). Les 12 buts des Aiglonnets portent les signatures de cinq joueurs : Sidiki Maïga (3 buts) Aly Mallé, Amadou Haïdara, Boubacar Traoré, Sékou Koïta (2 réalisations chacun) et Abdoul Karim Danté (1but). Concernant le nombre de tirs, la sélection malienne vient largement en tête avec 144 tirs dont 50 cadrés, 58 non cadrés et 3 sur les montants.
Loin derrière on retrouve le Nigeria (137 tirs, 58 cadrés et 50 non cadrés) tandis que le Mexique complète (97 tirs, 34 cadrés et 39 non cadrés). Sur le plan individuel, les Aiglonnets ont remporté deux titres : le trophée de meilleur gardien décerné à Samuel Diarra et celui de troisième meilleur joueur du tournoi enlevé par l’attaquant Ali Mallé.
Pour revenir à la finale proprement dite, les Golden Eaglets pensaient prendre l’ascendant d’entrée en obtenant un penalty sur une main de Siaka Bagayoko “Chato” dans la surface, mais Samuel Diarra repoussait le tir d’Osinachi Ebere, qui reprenait ensuite le cuir sur la barre transversale (4è min).
Commençait alors une passionnante et athlétique partie d’échecs, dont la défense avait cependant toujours le dernier mot. Tout basculait après la pause. Après une nouvelle envolée du gardien Samuel Diarra sur une frappe surpuissante de Victor Osimhen (52è min), suivie de quelques secondes d’une frappe sur le poteau d’Udochukwu Anumudu, le portier malien s’inclinait sur un service quatre étoiles de Chinedu Madueke pour Osimhen (56è min, 0-1).
Samuel Diarra avait ensuite le malheur de commettre une relance approximative, immédiatement sanctionnée par Funsho Bamgboye (59è min, 0-2). Les champions d’Afrique ne s’en relevaient pas, et laissaient cette nouvelle génération dorée du football nigérian s’envoler vers un sixième succès en sept rencontres dans ce tournoi, où seule la Croatie est parvenue à la faire chuter. «Ce fut un match très difficile.
Le Nigeria était bien en place et nous étions souvent désorganisés. Nous avons eu deux sautes de concentration et nous avons concédé deux buts. C’est ainsi. Quand une équipe gagne, c’est parce que l’autre équipe fait des erreurs. C’était la première fois que le Mali était en finale. Quand vous pensez pouvoir gagner un match, vous êtes triste quand vous perdez.
Néanmoins, nous pouvons être très fiers de cette deuxième place. Notre but est d’avoir une équipe senior qui peut gagner des trophées. Nous allons continuer notre travail. Nos programmes de jeunes sont en place et nous allons atteindre d’autres finales à l’avenir», analysera le sélectionneur national, Baye Bah.
Quant à son homologue nigérian, Emmanuel Amuneke, il a rendu hommage à l’équipe malienne avant de féliciter ses joueurs pour leur sacre. «Ce fut un beau match, très divertissant. Je pense que les spectateurs dans le stade ont apprécié le spectacle. Nous savions que le Mali était techniquement très fort, avec de grands joueurs très rapides. Nous ne voulions faire aucune erreur, mais nous avons perdu beaucoup de ballons dans l’entrejeu en première mi-temps. Mais je ne veux pas me plaindre, car mes garçons sont encore très jeunes.
Nous avons fait des ajustements en seconde période qui ont sécurisé notre jeu. Les joueurs vont rentrer au pays, mais leur voyage n’est pas encore terminé. Je suis vraiment heureux», dira l’ancien international nigérian.

B. THIERO

Dimanche 8 novembre
au Chili
Mali-Nigeria : 0-2.
Buts de Victor Osimhen (56è min) et Funsho Bamgboye (59è min).
L’éQUIPE DU MALI : Samuel Diarra, Abdoul Karim Danté (cap), Siaka Bagayoko, Mamadou Fofana, Mamadou Sangaré, Moussa Diakité (Mohamed Haïdara), Amadou Haïdara, Sékou Koita (Mamadi Diarra), Aly Mallé, Sidiki Maïga (Sory I. Keïta), Boubacar Traoré Entraîneur : Baye Bah.

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.