Momo Sissoko : A 31 ans tu peux encore apporter à un club

Mohammed Lamine Sissoko était l’invité de l’émission « Vestiaire » sur SFR Sport 1 vendredi dernier. l’international malien de 31 ans, est revenu sur son transfert avorté vers l’olympique de Marseille et sur les raisons qui ont motivé son choix de quitter Auxerre, son club formateur pour rejoindre le FC Valence.
mohamed lamine sissoko momo footballeur joueur
Pour être honnête, je ne pouvais pas refuser le contrat qui m’était offert au Fc valence.
A 17 ans, Mommo Sissoko décide de quitter son club formateur sans y avoir disputé le moindre match professionnel. Lorsqu’on lui demande si avec du recul il serait parti à Valence ou resté une à deux années à Auxerre, Sissoko avoue qu’avec du recul, il serait resté un peu plus longtemps à Auxerre : Franchement je pense que je serai resté parce que je ne savais pas ce qui allait se passer à ce moment là. J’arrive à 17 ans, est-ce que je vais pouvoir avoir les épaules pour m’imposer et jouer quelques matches. Par la grâce de dieu tout s’est bien passé. Mais je pense que j’avais encore des choses à apprendre à Auxerre à ce moment-là.
« Est-ce que l’aspect financier, la prime à la signature, le nouveau salaire tout ça sont des choses qui entrent en ligne de mire ? Est-ce que votre destin, c’était aussi un peu de mettre votre famille à l’abri ? » Poursuit la journaliste..
C’est sûr que ça rentre en jeu, Pour être honnête, je ne pouvais pas refuser le contrat qui m’était offert au Fc valence.  Comme vous l’avez si bien dit ma mère était femme de ménage, mon père ouvrier, je voulais leur donner un bon confort. Avec ce contrat, j’ai pu acheter la maison de mes parents, chose que je n’aurais pas pu faire si j’étais resté à Auxerre. J’ai donné la prime à la signature à mes parents ».
On m’a mis une étiquette de joueur fragile
L’été dernier, il était annoncé dans le viseur de l’OM, mais le joueur malien ne s’est finalement pas engagé avec le club phocéen. Interrogé sur cet épisode, l’ancien milieu de terrain du PSG a lancé
 Il y a eu des discussions, très avancées. Malheureusement, on m’a mis une étiquette de joueur fragile, qui n’arrive pas à enchaîner les matchs, de joueurs ‘‘carbo’’… C’est pour ça que les dirigeants de Marseille, comme d’autres, n’ont pas eu les “cojones” de me prendre .
Guy Roux : C’était vraiment une personne importante pour moi
Alors qu’il est au collège, l’international malien est  menacé d’exclusion, mais Guy Roux vole à son secours.Guy Roux est venu au collège, il les a convaincu de faire en sorte que je reste au collège, que je continue ma formation. C’était vraiment une personne importante pour moi, on va dire que j’étais son fiston. J’avais pour objectif de devenir pro, si je n’avais pas la chance de côtoyer Guy Roux et Daniel Rolland, ça n’aurait pas été pareil. J’avais conscience que j’étais le fiston et j’en rajoutais. Avec le temps il m’a appris que pour être un grand joueur il fallait passer par ces paliers là. Après j’ai pris conscience. Et une chance que j’ai eu des éducateurs comme Guy Roux.
A 31 ans tu peux encore apporter à un club
Interrogé sur ses projets sportifs depuis son retour d’inde, l’ancien joueur de la Juventus a expliquéJe suis libre de tout contrat, je suis parti en Inde pour une période de trois mois, justement pour montrer que je n’étais pas « Carbo » et qu’à 31 ans tu peux encore apporter à un club, à un vestiaire. Mon expérience en Inde m’a rassurée, elle m’a permis de rejouer, d’enchainer les matches tous les deux jours. Si véritablement, on a besoin de moi, je suis présent !!
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *