Maître Souleymane Diakité : «CETTE ANNEE, NOUS SOMMES ALLéS JUSQUE DANS LES CERCLES»

A la tête de la fédération depuis 2003, le patron de l’aïkido national note avec satisfaction l’augmentation
du nombre de pratiquants d’aïkido et l’intérêt suscité par la discipline dans le pays.

souleymane Diakite president federation aikido national

L’Essor : Quel est votre sentiment après cette 16è édition de la journée de l’aïkido ?
Maître Souleymane Diakité : Je suis très satisfait du bon déroulement de l’événement. Je félicite la commission d’organisation pour son travail. Je dis, également, un grand merci au ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo pour l’intérêt qu’il porte à notre discipline malgré l’absence de compétition.

L’Essor : quel a été la particularité de l’édition de cette année ?
Maître Souleymane Diakité : La particularité de l’édition de cette année, c’est que nous sommes descendus dans les cercles. Jusque-là, ce sont les chefs lieux des régions qui participaient à la journée de l’aïkido. Mais cette année, compte tenu de l’engouement suscité dans certains cercles, nous avons jugé nécessaire de faire participer des cercles à la fête. C’est ce qui a permis aux combattants de Douentza, Koutiala, Kita pour ne citer que ces localités, d’être présents cette année.

L’Essor : En aïkido il n’y a pas de compétitions. Comment faites-vous ?
Maître Souleymane Diakité : Le fondateur de l’aïkido, (Sensei Morihei Ueshiba, ndlr), loin de créer au hasard cette discipline, a vite compris, et cela depuis les années 30, que nous vivons dans un monde où la confrontation a pour corollaire une victoire ou une défaite. C’est en effectuant la synthèse de toutes les techniques des arts martiaux et de l’être humain que Morihei Ueshiba créa l’aïkido. La discipline a pour objectif, non pas la destruction de l’adversaire, mais plutôt permettre de désamorcer l’agression et d’évacuer ainsi la situation de conflit. Il opta alors pour la non violence, en privilégiant le partenariat. La non violence qui caractérise l’aïkido permet à ses pratiquants d’acquérir des valeurs morales les plus élevées parmi lesquelles la politesse, la modestie, la loyauté et la maitrise de soi.

L’Essor : Tout laisse penser que vous allez rempiler à la tête de la Fédération malienne d’aïkido lors du prochain conseil national. Avez-vous déjà un programme pour la promotion de la discipline au Mali ?
Maître Souleymane Diakité : Il est un peu tôt pour parler de ma candidature à la prochaine élection. Nous allons attendre la fin de notre mandant pour pouvoir se prononcer. En ce qui concerne la promotion de la discipline au Mali, nous œuvrons pour cela. Nous allons continuer à créer de nouveaux dojos et renforcer les capacités des dojos existants. Aussi, on continuera à organiser des stages de perfectionnement à tous les niveaux.
Propos recueillis par
S. S. K

Journée de l’aïkido : Le rendez-vous annuel prend une nouvelle dimension

La 16è édition de la Journée de l’aïkido s’est déroulée le samedi 26 août au Pavillon du stade Modibo Keïta. L’événement était présidé par le ministre des Sports, Housseïni Amion Guido, en présence du président de la Fédération malienne d’aïkido (FEMA), Maître Souleymane Diakité et de plusieurs présidents des fédérations d’arts martiaux. Comme les précédentes, cette 16è édition de la Journée de l’aïkido a été marquée par des séances de démonstration. L’honneur est revenu aux enfants d’ouvrir le bal, avec des séances d’exhibition qui feront vibrer la salle pendant de longues minutes. Après les mômes, place sera faite aux Maîtres (les ceintures noires) pour les mouvements d’ensemble.
Au total, six ligues (Kayes, Bamako, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao) se sont retrouvées cette année sur le tatami. Les combattants de la Fédération malienne de judo (FMJ), de la Fédération malienne de karaté et disciplines assimilées (FEMAKADA) et de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) étaient également de la fête. Dans une brève allocution, le président de la FEMA, Maître Souleymane Diakité, ceinture noire, 3è dan, a témoigné sa reconnaissance au ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo pour «sa disponibilité et son engagement indéfectible à servir la cause sportive dans notre pays, malgré la situation difficile que nous traversons». Il reviendra, ensuite, sur les origines de l’aïkido, un art martial qui a été créé par Maître Sensei Morihei Ueshiba et qui privilégie, soulignera-t-il, «le partenariat et non la confrontation parce que dans une confrontation, il y a toujours un vainqueur et un vaincu». «La confrontation n’existe pas en aïkido et c’est pour cette raison qu’il n’y a pas de compétition dans notre discipline», complètera Maître Souleymane Diakité qui préside aux destinés de la FEMA depuis 2003 et qui devrait rempiler pour un nouveau mandat, lors du prochain conseil. «Maître Souleymane Diakité peut être considéré comme le Sensei Morihei Ueshiba malien parce qu’il a tout donné à cette discipline», juge un membre de la fédération qui côtoie Maître Souleymane Diakité depuis plus d’une décennie. A l’issue des séances de démonstration, le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo a félicité la FEMA pour l’organisation régulière de la Journée de l’aïkido, mais aussi et surtout, l’initiative des pratiquants de la discipline d’associer, chaque année, les autres fédérations d’arts martiaux à la fête. Le ministre Guindo ajoutera qu’il a été très émerveillé par le spectacle produit par les combattants.
Seïbou S. KAMISSOKO

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.