Hippisme, Grand prix de la nation : UN MANSOUR SUCCèDE à UN AUTRE MANSOUR

Elu meileur cheval de la saison, Mansour II a fait honneur à son rang en remportant haut la main le prestigieux trophée, dimanche au terme d’une course maîtrisée de bout en bout. Konoba et Toguna Industrie se sont classés, respectivement deuxième et troisième

Hippisme equestres cheval course grand prix nation mali

La 73è édition du Grand prix de la nation s’est courue dimanche au Champ hippique de Bamako. L’événement était présidé par le Premier ministre, Modibo Keïta en présence de plusieurs membres du gouvernement dont le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, ses collègues du Travail et de la Fonction Public, Raki Talla, de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mahamane Baby, du Tourisme et de l’Artisanat, Mina Walette Intalla et de l’Equipement et des Transports, Traoré Zeïnabou Diop. Dans son allocution, le président de la Fédération malienne des Sports équestres (FMSE), Mohamed Haïdara a d’abord rendu un vibrant hommage aux soldats tombés sur le champ de bataille à Nampala dont l’attaque par des terroristes a fait 17 morts parmi les FAMA avant de parler de l’événement du jour, à savoir le Grand prix de la nation et des grands chantiers du monde du cheval du pays. Le premier responsable de l’instance dirigeante des sports équestres insistera sur les rumeurs qui circulent depuis quelques mois sur une délocalisation du temple du cheval malien c’est-à-dire, le Champ hippique de Bamako. Depuis plusieurs années, une bonne partie du site fait l’objet de litige et malgré les multiples démarches effectuées par les différents bureaux qui se sont succédés à la tête de la fédération, le problème n’est pas encore définitivement réglé. «Comme vous pouvez le constater, notre public est constitué en majorité d’enfants de bas âges. Une éventuelle délocalisation de l’hippodrome de Bamako nous serait vraiment dommageable», dira Mohamed Haïdara, avant de solliciter l’intervention personnelle du Premier ministre. «La situation inquiète la Fédération malienne des sports équestres et nous demandons votre intervention personnelle pour rester sur nos terres et avoir un hippodrome moderne digne de ce nom», plaidera Mohamed Haïdara. Après cette allocution place sera faite aux courses proprement dites. Au total, quatre courses étaient au programme dont le Grand prix de la nation qui marque chaque année la fin de la saison hippique. La première course qui a mis aux prises 15 Petits chevaux sur la distance de 2200 mètres, sera remportée par Cheick Tidiane monté par le jeune jockey Fousseyni Ba. Le cheval de l’entraîneur Yoro Diarra s’est hissé sur la plus haute marche du podium devant Hèrèmakônô et Miki. La deuxième course qui était également réservée aux Petits chevaux, a opposé 16 concurrents sur la même distance de 2200 mètres. Elle tournera à l’avantage de Super qui s’est classé premier devant Al Bourak et Bon Patron. Quant à la troisième épreuve c’est-à-dire, la course des Demi-cracks, elle sera dominée par Kama qui n’a laissé aucune chance à ses poursuivants directs, Jack Bauer et Barouéli. Le clou de cette 73è édition du Grand prix de la nation sera la confrontation entre les 15 Cracks sur la longue distance de 2400 mètres. Comme il fallait s’y attendre, le prestigieux trophée reviendra au meilleur cheval de la saison équestre 2016, Mansour II qui s’est hissé sur la plus haute marche du podium devant Konoba et Toguna Industrie. Les quatrième et cinquième places sont revenues, respectivement à Union et Diable Rouge. Monté par le meilleur jockey de la saison, Mansour II a dominé la course de bout en bout et n’a laissé aucune à ses adversaires. Le cheval de l’entraîneur Mamoutou Diarra (lui aussi élu meilleur entraîneur de l’année) succède ainsi au palmarès à son illustre devancier, Mansour I. Après avoir remis le trophée au vainqueur, le Premier ministre, Modibo Keïta rendra un hommage appuyé à tous les acteurs qui ont contribué au développement des sports équestres, avant d’assurer le monde du cheval qu’il a pris bonne note des doléances du président de la FMSE. «Nous sommes aujourd’hui à la 73è édition du Grand prix de la nation, quelle constance, quelle pérennité, soulignera le chef du Gouvernement. De 1941, c’était le premier Grand prix du Soudan, depuis, l’épreuve a changé de nom pour devenir le Grand prix de la nation. Le cheval a été intimement associé à l’histoire et à la culture du Mali. Aussi, ce fidèle compagnon de l’homme a toujours été associé aux grands évènements et c’est pour cette raison que nous continuons à considérer le sports équestre comme étant le relais entre l’homme et la nature, entre l’homme et sa culture, entre l’homme et la société», insistera Modibo Keïta. «Qu’il me soit permis de rendre un vibrant hommage à tous ceux qui, de 1941 jusqu’à maintenant, ont contribué à rehausser l’éclat des sports équestres. Je veux parler de ces grands animateurs et ces anonymes qui, sans calculs, ont donné le meilleur d’eux mêmes pour que ce sport soit un sport de qualité», poursuivra le Premier ministre. «Le président de la Fédération malienne des Sports équestres a souhaité que ce sport puisse être doté d’une infrastructure digne de ce nom, nous l’avons noté. Il y a seulement quelques jours, le président de la République a donné des instructions pour que le Mali puisse être doté d’un champ de course à la hauteur de l’importance et de rôle du cheval dans notre pays. Inch Allah, tout sera mis en œuvre pour la réalisation d’un hippodrome digne de ce nom», a promis le Premier ministre.

B. THIERO

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *