Gestion calamiteuse du football : Un nouveau front en gestation

Le football malien risque de replonger dans une crise multidimensionnelle si les autorités de la transition ne réagissent pas au bon moment. Plusieurs ligues et clubs montent au créneau contre la gestion des dirigeants.

Les efforts consentis par les plus hautes autorités de notre pays pour la stabilisation et la réussite du football malien sont palpables. Mais, les mauvaises pratiques de la part du bureau fédéral dirigé par l’ex DAF de l’assemblée nationale, Mamoutou Touré dit Bavieux, dirige le secteur vers une crise.

Le monde du football malien soutient que les fonds du football malien sont très mal gérés par ce monsieur sur qui pèsent des soupçonsdans la gestion financière de l’assemblée nationale. Selon plusieurs responsables des Ligues et clubs, le bureau en place ne vise que son propre intérêt et non le développement du football malien.

Comme preuve, il lui a été accordéun salaire mensuel minimum de 750 000 FCFA pendant que les ligues ne reçoivent que 3 millions de francs CFA par an. Les clubs de ligue 1 bénéficient 20 millions de francs CFA au maximum par an et les clubs de ligues 2, ligues 3 et les districts ne gagnent rien de la part de l’instance suprême du football malien. Or, chaque année, toutes les fédérations bénéficient des subventions de la CAF, FIFA plus leurs propres sponsors officiels.

Il faut ajouter à cela les ristournes que la CAF envoie après chaque phase finale de la coupe d’Afrique des nations. Après la finale de la précédente CAN au Cameroun, la Caf auraient envoyés au moins 400 millions de FCA à plusieurs fédérations africaines. Mais jusqu’à présent, la fédération malienne de football reste silencieuse sur ces fonds. Alors que dans le temps, les retombées de la CAN sont versées au compte de l’Etat après réception par le bureau fédéral.

Feu général Boubacar Baba Diarra était un exemple  sous son règne et plusieurs ministres des sports peuvent témoigner de cela. Aujourd’hui, le peuple malien veut savoir où tout cet argent est parti, pourquoi le silence des autorités de la transition face à cette situation. Malgré tout cet argent, les entraîneurs sont toujours payés par l’état contrairement aux autres fédérations. Ailleurs, les sélectionneurs sont à la charge des fédérations.

Dans le viser du Malien lambdales autorités de la Transitiondu fait de leur inaction vis-à-vis du piétinement des textes par les dirigeants du football malien. Si rien n’est fait d’ici un mois par le Colonel Assimi Goïta, espoir du peuple malien, le football malien replongera sans nul doute dans une crise sans précédente. Déjà, 5 ligues sur 9 forment un bloc pour dénoncer la mauvaise gouvernance du bureau en place. Elles comptent organiser d’autres activités pour faire respecter les textes du football malien. C’est donc le bon moment pour le président Assimi Goita de prendre ses responsabilités dans ce secteur.

Kassim Diarra

Source: La Priorité

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.