Espagne : LE PRESIDENT DE LA FEDERATION ARRETE

Coup de tonnerre en Espagne. La fédération locale de football est actuellement confrontée à un énorme scandale de corruption.

angel maria villar president federation espagnole football

Et la première personne à tomber dans les mailles de la police n’est autre que son plus haut responsable, à savoir le président Angel Maria Villar. Il a été interpellé hier et cette arrestation ne serait que la première d’une très longue série.
Sur ordre du juge Santiago Pedraz, la police espagnole a procédé à une perquisition dans les locaux de la fédération espagnole. C’est là que l’homme fort du football ibérique s’est mis les menottes aux mains, tout comme son fils Gorka. Selon un communiqué rendu publique par la police, ils seraient également accusés de falsification de documents, détournement d’argent et concurrence déloyale. Il est aussi précisé que l’enquête est toujours en cours et que d’autres dirigeants de la fédération sont concernés comme le vice-président Juan Padron ou le responsable du secteur économique.
Le gouvernement espagnol a déjà pu réagir à ce grand ménage au sein de la RFEF. Le ministre de l’intérieur, Juan Ignacio Zoido, a indiqué que la Police ne fait que suivre « les instructions des autorités judiciaires ». « Des arrestations et des enquêtes ont été requises. La loi et ses règlementations sont en train d’être appliquées en Espagne », a-t-il ajouté. Inigo Mendez de Vigo, ministre de l’éducation, a employé un ton encore plus dur en affirmant que « la loi est la même pour tout le monde et personne n’est au-dessus ».
Villar est président de la RFEF depuis 1988. Il a aussi été vice-président de la FIFA au début des années 2000. En 2015, il faisait déjà partie des personnes inquiétées dans le scandale qui a touché la FIFA. Il a été l’un des rares membres du comité exécutif à échapper aux sanctions, si ce n’est une légère amende pour ne pas avoir apporté toute sa contribution à la fameuse enquête interne du procureur américain Michael Garcia.
Un dénouement qui avait fait dire à son plus grand rival, Javier Tebas, le président de la Ligue Espagnole de football, qu’il a été « soit très intelligent, soit très bête pour ne pas s’être rendu compte de rien ». Pour rappel, Villar avait aussi occupé le poste de président de l’UEFA par intérim après la suspension prononcée contre Platini. Il était d’ailleurs en poste à l’occasion de l’Euro qui s’est joué en France en 2016, avant de céder sa place au Slovène Aleksander Seferin.

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *