Double qualification du Mali au Mondial : Les Aigles cadets et juniors sauvent Poulô et Baba

S’il est vrai que notre pays est reconnu tant au plan continental que mondial, comme une grande Nation de football, il faut néanmoins reconnaître qu’il n’a pu jusqu’en 2014 décroché une Coupe d’Afrique des Nations (Can). Mais, cette année, les Aigles cadets viennent de hisser le Mali sur le toit de l’Afrique.

Housseini Amion Guindo poulo ministre sport parti codem rencontre joueur footballeur aiglon junior

En effet, le Mali a remporté la 11ème Coupe d’Afrique des nations (Can 2015) des moins de 17 ans qui se jouait à Niamey au Niger, en battant en finale l’Afrique du Sud par 2 buts à 0.Cette victoire fait du Mali le 8ème  pays à remporter la Coupe depuis sa création en 1995. Cela, avec la Côte d’Ivoire, le Burkina, la Gambie, le Nigeria, le Cameroun, le Ghana et l’Egypte.

Parmi les participants à la dernière Can, on compte trois anciens vainqueurs, le Nigéria (2001 et 2007), le Cameroun (2003) et la Côte d’Ivoire, tenante du titre. Seul le Nigéria est arrivé en demi-finale. N’ayant pu se qualifier pour la finale et défait en match de classement par la Guinée (3-1), le Nigéria s’est contenté de la quatrième place.

Le Mali, en remportant la couronne continentale, s’est qualifié pour la Coupe du monde 2015 des moins de 17 ans prévue du 17 octobre au 8 novembre prochain au Chili. Il sera accompagné par les autres demi-finalistes que sont l’Afrique du Sud, la Guinée et le Nigéria.

Emboîtant le pas à leurs cadets, les Aiglons (juniors) viennent d’arracher leur ticket pour la Coupe du monde de leur catégorie qui se jouera en juin prochain en Nouvelle Zélande. Si le faux pas vient des Aigles (seniors) qui ont été éliminés dès la phase des poules lors de la dernière Can qui a eu lieu en Guinée équatoriale, cette double qualification des cadets et des juniors honore tout le peuple malien, notamment le ministre des Sports, Housseyni   Amion Guindo. Lequel avait eu «chaud» après l’élimination prématurée des Aigles de cette échéance continentale. En effet, il était allé trop vite en besogne en affirmant peu avant la compétition que la Coupe allait revenir au Mali, qu’il pleuve ou qu’il neige. Ce qui lui a valu de lourdes critiques, surtout de la part de la presse sportive et des fans du ballon rond. Heureusement pour lui, aujourd’hui, les cadets et les juniors lui permettent de retrouver le sourire.

Ce n’est pas le ministre Guindo seulement que nos cadets et nos juniors sauvent, il y a aussi le Comité exécutif de la Fédération malienne de football avec à sa tête Boubacar Baba Diarra. Ce dernier, peu avant la Can des seniors, faisait l’objet d’une grande fronde. Ses détracteurs lui reprochaient une gestion calamiteuse de notre sport-roi, avec à la clé des «détournements» et demandaient sa démission pure et simple. Ils sont même allés plus loin en tentant de mettre en place un bureau parallèle, mais ils ont été très vite déboutés par la Confédération africaine de football (Caf).

En tout cas, aujourd’hui les résultats sont là : un trophée continental et deux qualifications à la Coupe du monde. Qui dit mieux ! Cela prouve à suffisance que le football malien est en marche depuis l’arrivée du nouveau Comité exécutif de la Fédération malienne de football dirigé par l’Inspecteur général de police, Boubacar Baba Diarra. C’est dire que la Femafoot est en passe de réaliser un exploit cette année.  Cela, au grand dam des détracteurs du président de l’instance dirigeante de notre football.

Rappelons que le tirage au sort de la Coupe du monde U20 (junior) a  déjà eu lieu. Les quatre équipes africaines qui seront qualifiées à l’issue de la Can U20 à Dakar seront logées dans les poules B, C, D et E. Ainsi, le Champion d’Afrique sera hébergé dans la Poule E en compagnie du Brésil, de la Corée et de l’Hongrie. Tandis que le finaliste malheureux sera face à l’Uruguay, le Mexique et la Serbie dans la Poule D. Le 3ème  d’Afrique partagera la poule C avec le Qatar, la Colombie et le Portugal. Et enfin, la Poule B sera composée de l’Argentine, du Panama et de l’Autriche.    

 

Bruno E. LOMA

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.