Des éducateurs sportifs maliens formés à l’INFS/STS d’Aïn Bénian : coopération Sud-Sud

Le ministre de la Jeunesse et des Sports assure que l’Algérie, sous la conduite du Président de la République, s’est «résolument engagée dans une démarche pour faire de l’Afrique, un continent stable, économiquement viable et socialement épanoui». Ceci ne peut se faire, selon lui, qu’«à travers le renforcement des liens d’amitié et de coopération, d’actions de partenariat fructueux entre les pays africains, et notamment ceux du Sahel où la stabilité, la tolérance et la paix demeurent la force motrice du développement».

bourse etude etudiant eleve etranger algerie
El-Hadi Ould Ali, qui s’exprimait hier, à Alger, à l’occasion de la cérémonie de remise de diplômes sportifs de 1er degré aux étudiants maliens de l’Institut national de formation supérieure en sciences et technologie du sport Abdellah-Fadhel d’Aïn Bénian (INFS/STS), rappelle que l’Algérie et le Mali, deux pays «frères et amis», sont liés par un destin «commun, à savoir asseoir une paix durable et une stabilité solide».  «Nous le savons tous qu’il ne peut y avoir de développement sans la sécurité, la stabilité et la sérénité.  Et c’est à cette démarche que s’attellent les États algérien et malien à réaliser, à travers le renforcement de la coopération et du partenariat, comme c’est le cas avec le domaine sportif», a-t-il indiqué, lors d’une brève allocution, ne cachant pas, à cette occasion, sa joie de partager ce moment solennel dédié aux récompenses des efforts fournis par les étudiants maliens tout le long d’un cursus de formation et d’apprentissage d’une durée d’une année. «Cette formation au titre d’éducateurs sportifs, qui entre dans le cadre des bourses offertes par l’Algérie au Mali, constitue en fait une pierre supplémentaire à la construction d’une coopération exemplaire Sud-Sud au profit de l’ensemble de la communauté de notre continent africain, appelée par les plus hautes autorités de nos deux pays frères», s’est adressé le MJS en direction des lauréats, avant de saluer le  travail accompli dans ce sens par les secteurs de la jeunesse et des sports des deux pays, à travers, notamment la mise en œuvre effective du programme exécutif qui s’étale de 2015 à 2017 dans le cadre du programme exécutif signé à Alger, le 1er octobre 2014. El-Hadi Ould Ali souhaite que ces nouveaux éducateurs maliens soient à la «hauteur» des espérances et des attentes dans l’optique de la «promotion et du développement» du sport au Mali, un pays en plein développement, notamment sur le plan sportif. Les disciplines concernées sont le football, le basket-ball, le volley-ball, l’athlétisme, le cyclisme, le taekwondo et le yosei-kanbudo. À noter que 20 autres étudiants suivent ce genre de formation à l’INSFS de Constantine et à l’École supérieure des sciences et technologies des Sports de Dély Ibrahim (Alger).
S. A. M.

———–////////////

Le MJS calme le jeu
Interrogé, en marge de la cérémonie de remise de diplômes sportifs de 1er degré aux étudiants maliens de l’INFS/STS, sur l’application de l’article 6 du décret exécutif N°15-74 du 16 février 2015, relatif aux statuts types des clubs sportifs amateurs, le ministre de la Jeunesse et des Sports a annoncé qu’une commission mixte devait être installée dans l’après-midi d’hier afin de plancher sur cette question. El-Hadi Ould Ali a assuré, encore une fois, que son département est disposé à dialoguer avec les fédérations sportives et les clubs sportifs, pour tenter de trouver une solution qui arrangera toutes les parties, et confie que le problème allait être posé au Premier ministre. «Monsieur Sellal est lui aussi un homme de dialogue et de concertation.
Je suis convaincu que nous allons trouver une issue favorable et régler ce malentendu», a-t-il ajouté. Il est utile de souligner que ce fameux article 6 prévoit des sanctions à l’encontre des dirigeants qui payent les salaires des joueurs à partir des subventions de l’État.
Une disposition qui a du mal à passer au niveau des clubs du plusieurs disciplines, à l’instar du hand-ball, du basket-ball et surtout du volley-ball, dont des formations ont boycotté la compétition, le week-end dernier. Les athlètes et leurs dirigeants réclament tout bonnement l’annulation de cet article.
S. A. M.

Source : elmoudjahid

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *