Démission de Sepp Blatter de la présidence de la FIFA : Un acte de grande portée, au propre comme au figuré

Lors d’une conférence de presse qu’il a animée le mardi 2 juin dernier à Zurich (Suisse) au siège de la Fédération Internationale du Football (FIFA), le Président de la puissante instance mondiale du ballon rond, a annoncé, à la surprise générale, sa démission. Cette démission, a-t-il rappelé, deviendra effective à l’issue d’un Congrès extraordinaire électif dont la date se situe entre fin 2015 et mars 2016 au plus tard.

 president-sepp-blatter- coupe monde quatar 2022

L’effet de surprise passé, les analyses et commentaires vont bon train et animent tous les débats, tant dans les médias que sur les réseaux sociaux.

Au-delà des raisons évoquées par l’intéressé lui-même pour justifier, sinon expliquer son geste, il convient de se réjouir et se féliciter au moins qu’il y ait encore des endroits dans ce monde où l’honneur et la dignité ont toujours un sens. Heureusement!

En effet, sans être directement mis en cause (en tout cas pas pour l’instant) dans les affaires de corruption qui entachent ces dernières semaines le sommet de l’instance dirigeante du football mondial (FIFA), son Président, le Suisse Joseph Blatter, a décidé de démissionner des hautes fonctions qu’il venait juste de ravir pour la 5ème fois consécutive.

En dehors de toute analyse sur le fond du problème, l’acte en lui-même démontre la grandeur et l’élévation d’esprit qui caractérisent encore certains peuples. Heureusement, pourrait-on s’exclamer à souhait. Sinon qu’aurait été notre monde où toutes les valeurs sur lesquelles reposaient nos sociétés, sont entrain de foutre le camp devant la propension effrénée chez tout le monde de s’enrichir à tout prix et vite? L’argent, la fortune, surtout par des voies de raccourcis, semble être la préoccupation essentielle généralisée à tous les niveaux.

Les riches deviennent plus gourmands et aspirent à plus de richesses. Quant aux pauvres, ils sont de plus en plus envieux des riches. Cependant, tous, sans exception pratiquement, courent derrière le luxe et davantage de luxe, quels que soient les voies et moyens d’y parvenir.
Heureusement que la culture démocratique de certains est là pour rappeler à tous les parvenus que le monde n’est pas pour l’instant totalement perdu.

Parmi ces grandes nations, il convient de citer (à tout seigneur tout honneur) les Etats Unis d’Amérique (USA) d’où toute cette affaire est partie. Il y a aussi la Suisse, pays d’origine de Sepp BLATTER, la Grande Bretagne, entre autres. Heureusement, peut-on dire!
Puisse cet exemple inspirer bien d’autres? Difficile ! Car, la démission surtout volontaire, n’appartient malheureusement pas aux vocabulaires coutumiers de bon nombre de peuples.
Quel dommage.

Néanmoins, il faut reconnaître à Joseph BLATTER la beauté de son acte et son sens élevé de la responsabilité. Car, ailleurs pour pire que ça, d’autres font la sourde oreille et s’accrochent par tous les moyens détournés à leur poste et privilèges indus.

Aujourd’hui, une certitude se dégage tout de même de cette démission. En effet, elle ouvre incontestablement de nouvelles perspectives pour le football mondial, pourvue que le choix du prochain Président soit des plus éclairés et lucides possibles. L’avenir nous édifiera à ce sujet.

D’ici là, le principal, enseignement que l’on peut tirer de cette démission est que l’honneur et la dignité sont des valeurs qui se matérialisent ou se manifestent à travers des actes et non en tant que slogans creux dans le seul but d’endormi la conscience collective d’un peuple affligé et déjà trop désabusé par la précarité quotidienne.

B. Sidibé

 Source: L’Indicateur du Renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.