Crise de la femafoot : La proposition de sortie de crise du président de l’Assemblée Nationale désormais caduque

 

honorable issiaka sidibe depute president assemblee nationale rpm

L’Accord de sortie de crise initié par le Ministre des Sports et dont s’est fait écho le président de l’Assemblée Nationale n’est techniquement plus jouable. Le temps a fait son effet. Les raisons !

Revenir sur les décisions de l’Assemblée Générale de la FEMAFOOT relatives aux sanctions de relégation en division inférieure (D2) des quatre clubs, à la  suspension et à la radiation de certains responsables concernées : telle est la recommandation du Président de l’Assemblée Nationale.

Il s’agit, en l’occurrence de : «La levée de toutes les sanctions contre les personnes physiques et morales ; «du retour en Ligue I de tous les Clubs relégués avec un accompagnement financier de l’Etat»; du «Le démarrage immédiat du Championnat national de football Ligue 1» ; de «la reprise des élections de la Ligue de Bamako sous la supervision de la Fédération, du Comité Olympique national, de la Direction Régionale des Sports et du Gouvernorat du District de Bamako» ; de «La reprise du tournoi de montée en 1ère Division», entre autres.

Ces mesures ont été envisagées au mois de janvier dernier par le président de l’Assemblée Nationale après une série de rencontres avec tous les protagonistes de l’affaire. Le parlementaire s’est heurté au refus catégorique des 16 clubs qualifiés lesquels disent s’en tenir «au respect strict des textes et du verdict du Tribunal Arbitral Sportif (TAS)» qui a débouté les frondeurs de leurs prétentions. Mais le Ministre des Sports ainsi que le président de l’Assemblée envisagent toujours la mise en œuvre de leur plan de sortie de crise axé sur le maintien des quatre clubs sanctionnés en D1. Toute chose qui ramènera les compétiteurs au nombre de 20. Et c’est là que ça coince justement.   Non par le refus obstinés des 16 clubs qualifiés, mais par le calendrier.

20 clubs soit 38 matches pour chacun sur une durée 08 mois

La proposition des autorités politiques et administratives portant sur l’augmentation de l’effectif des clubs D1 impactera indubitablement sur la longueur du championnat. Mais ne montons pas encore sur la pelouse.   Pas encore !

Puisque c’est une Assemblée Générale ordinaire qui a adopté les mesures en question, il faut impérativement d’autres assises statutaires afin de lever le goulot d’étranglement, en tout cas, pour qui veut rester légaliste. En clair, c’est seulement à l’issue d’une assemblée Générale extraordinaire que des mesures correctives peuvent être prises.

Il se trouve que les statuts et règlement intérieur de la FEMAFOOT ajoutés aux contraintes d’organisation du Comité Exécutif de la FEMAFOOT ne permettent l’organisation d’une AG extraordinaire que dans un délai de 30 jours, minimum. En somme, une probable A.G extraordinaire, si elle est décidée aujourd’hui (mi-Février),  ne pourra se tenir effectivement qu’à la mi-mars. Et c’est à cette date, à la suite de levée des sanctions, que les compétitions pourront ainsi démarrer avec les vingt clubs désignés. Là commence une véritable course contre la montre. Nous sommes maintenant sur la pelouse.

Chacun des vingt clubs doit jouer deux fois 19 matches soit un total de 38 rencontres (aller-retour). Même au rythme de deux matches par semaine pour un même club, il faudra 19 semaines, environ 5 mois, pour boucler le championnat. Du moins théoriquement. Dans la pratique, il y a d’autres contraintes.

Quatre clubs étant d’ores et déjà engagés dans les compétitions internationales, leurs rencontres dans le cadre du championnat national seront décalées. Ce que l’on appelle les matches en retard. Et plus un club progresse dans sa compétition internationale, plus il a des matches en retard dans le championnat national. Et nul ne peut présager  de leurs parcours. Ils sont, à la fois susceptibles d’être recalés au 1er tour, comme de se qualifier pour la phase finale. Le cas du Stade malien de Bamako s’avère beaucoup plus complexe. Qualifié pour le tour préliminaire de la ligue des Champions d’Afrique, il peut être reversé dans la Coupe CAF, un autre enjeu continental qu’il a déjà remporté. Bref, ces clubs sont capables du meilleur comme du pire. Difficile donc de pronostiquer.

Il y a mieux ! Puisque l’équipe nationale aussi devant jouer des matches internationaux officiels de la FIFA et de la CAF, le championnat national risque d’être là aussi affecté la performance de cette dernière. Et pour cause. Selon le règlement en vigueur, les clubs ayant au moins trois joueurs sélectionnés dans l’équipe nationale en déplacement peuvent demander et obtenir le report de leurs matches nationaux.

En somme, les compétitions internationales, qu’elles concernent les clubs ou les équipes nationales,  impactent pour une durée de plus de deux mois sur le championnat surtout pour un groupe de vingt compétiteurs.

En clair, si le championnat national en question démarrait à cette mi-mars, elle s’étalera sur 8 mois voire plus. Elle prendra alors fin aux mois d’Octobre – Novembre 2016. La meilleure, c’est que le championnat national 2016-2017 est censé démarré à la même date c’est-à-dire en Octobre 2016.

Par contre, si les compétitions démarraient effectivement à la mi-février, en faisant fi de «l’accord de sortie de crise» et en faisant jouer au moins deux rencontres par semaine à chacun des 16 clubs, il est possible de boucler convenablement la saison. Les dirigeants sportifs auront en outre le temps de procéder aux mercantis (transferts) à l’interne comme à l’extérieure et les joueurs jouiront au moins d’un mois, au lieu de trois de repos. L’autre scénario relatif à «l’accord de sortie de crise» avec 20 clubs qualifiés ne laisse pas autant de marge de manœuvre.

B.S. Diarra

Source : La Sirène

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *