Championnat d’Espagne : L’ATLETICO PRIS A SON PROPRE JEU

C’est un scenario catastrophe qu’a vécu l’Atlético Madrid ce samedi sur la pelouse d’Almeria. Le traquenard parfait, dans une rencontre qu’elle n’aurait jamais pensé perdre. Une désillusion étroitement liée à celle de son portier d’un soir, Daniel Aranzubia. Appelé à remplacer au pied levé le Belge Thibaut Courtois dans la cage madrilène, ce dernier a vécu ce qu’il y a de pire pour un gardien.

 

Atlético Madrid joueurs equipe lopez falcao diego

Avant le but de Jose Antonio Verza (80e), il n’avait rien eu à faire. Pas une seule frappe cadrée à se mettre sous la dent. Le double poteau touché par Aleix Sousa l’avait pourtant sorti de son ennui (78e) et devait faire office de piqûre de rappel contre des adversaires bien inoffensifs jusqu’alors.Les grands gardiens affirment régulièrement que ces parties où ils sont quasiment réduits au chômage technique la grande majorité du match sont souvent les plus dures nerveusement, car elles obligent à une concentration continue pour sortir la bonne parade au moment venu. Aranzubia, un des anciens du groupe madrilène (34 ans), a fait les frais de cette fameuse déconcentration coupable.

Il n’est d’abord pas le plus inspiré du monde sur le corner joué à deux par les Andalous, où il s’avère incapable de claquer en corner le centre-tir de Verza (80e). Un manque de vista qui paraissait bien léger par rapport à ce qui suivait. Très tranquille sur une passe en retrait, Aranzubia semblait presque attendre l’arrivée de l’attaquant adverse Jonathan Zongo, venu faire le pressing d’usage.

Sa passe contrée, le gardien des Colchoneros était obligé de retenir le Burkinabé par le maillot pour masquer sa bourde. Penalty, carton rouge, et Diego Simeone, qui avait déjà remplacé trois joueurs, contraint de demander au pauvre Gabi de porter le poids de l’erreur de son portier en allant à se faire fusiller à sa place par Verza (86e). Un doublé en forme d’humiliation alors que le promu s’était plus distingué par ses fautes à répétition et sa volonté à d’abord défendre, que par ses envolées offensives durant les trois-quarts du match. L’Atlético n’avait plus connu le goût de la défaite en Liga depuis octobre dernier (1-0 sur la pelouse de l’Espanyol Barcelone pour le compte de la neuvième journée).

Un impair qui coûte cher, le Real Madrid, qui a battu Villarreal un peu plus tôt dans la soirée (4-2), lui ravissant son fauteuil de leader au profit d’une meilleure différence de buts. Ce même Real qui l’a giflé mercredi en Coupe du Roi (3-0). Certainement la pire semaine de l’année pour les Colchoneros.

Championnat d’Angleterre : ARSENAL PREND L’EAU DE TOUTE PART

 

Les Gunners se sont lourdement inclinés 5-1 face à Liverpool, samedi dans le choc au sommet de la 25è journée de la Premier league

 

Le leader Arsenal a coulé à Liverpool (5-1) après avoir notamment encaissé quatre buts lors des 20 premières minutes. Pour le manager d’Arsenal, Arsène Wenger, ce revers dans des largeurs aussi larges que le dernier, il y a 11 matches mi-décembre contre City (6-3), a de quoi être inquiétant et rappelle que depuis fin octobre ses hommes sont plus sérieux et appliqués que réellement flamboyants. Son équipe, qui recevra Manchester avant de rejouer Liverpool en coupe puis d’accueillir le Bayern, vient en effet d’entrer d’une bien mauvaise façon dans une zone de turbulences.

Alors qu’ils restaient sur deux victoires à Anfield et n’avaient perdu qu’une fois lors de leurs 13 derniers matches contre Liverpool, les Gunners, avec une équipe classique même sans Ramsey, Flamini ou Walcott, ont été pris à la gorge d’entrée.

Gerrard, impliqué sur les deux premiers buts avant de permettre à Suarez de tirer sur le poteau (13), s’est fait un malin plaisir d’appuyer là où cela faisait mal. Deux coups de pied arrêtés, dont le premier à la 1re minute, ont ainsi offert au défenseur Skrtel un doublé en dix minutes. Et dix minutes plus tard, le score avait même doublé après une autre réalisation de Sterling (16) suite à un ballon perdu par Özil et le 15e but en 17 matches de Sturridge (20).

Kolo Touré, auteur d’une bévue monumentale il y a une semaine contre WBA (1-1) a lui aussi participé à la fête en permettant ensuite à Sterling d’inscrire un doublé (52).

Concentrés sur Suarez pour l’empêcher de bouger, ses adversaires n’ont donc pu contenir le danger autour de l’Uruguayen. Emietté, concassé, prenant l’eau de toute part et notamment au milieu, Arsenal n’a pu que sauver l’honneur sur un penalty d’Arteta (69). Sur le coup, les Londoniens peuvent autant remercier Wilshere, le seul à surnager, que Gerrard, qui a eu pitié d’eux au moment de tacler sèchement son compatriote. Dépité, Wenger a même sorti ensemble Giroud, Özil et Monreal à l’heure de jeu.

Alors certes il ne s’agit que de la 4e défaite d’Arsenal, mais cela commence à faire beaucoup pour une équipe qui ne compte qu’une victoire contre les membres du Top 5, celle à l’aller contre les Reds (2-0). Depuis ce dernier match sans but inscrit, ceux-ci ont bien réagi et ils conservent leur invincibilité en 2014 avec six victoires et deux nuls.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.