CdM 2022 : Didier Deschamps envoie un message à Paul Pogba

La Coupe du monde 2022 approche à grands pas et Le Portugal retient son souffle. Dimanche dernier, le sélectionneur lusitanien, Fernando Santos, a bien cru que le sort s’acharnait sur son équipe. Touché aux ischiojambiers lors du choc face à l’Olympique de Marseille, Danilo Pereira a dû sortir sur blessure. Au final, le défenseur parisien sera éloigné des terrains pendant trois semaines, mais sa participation au Mondial ne semble pas remise en cause. Un soulagement pour un Santos déjà bien préoccupé par son attaque.

Touché à la cuisse droite durant le temps additionnel du match entre Liverpool et Manchester City, Diogo Jota est sorti sur civière et sa présence au Qatar est désormais illusoire. En conférence de presse, le coach des Reds Jürgen Klopp a confirmé la longue indisponibilité de son attaquant : «c’est une blessure assez grave au muscle du mollet … C’est une très triste nouvelle pour le garçon, pour nous aussi et pour le Portugal.» Un énorme coup dur pour les Portugais puisque le joueur des Reds était le deuxième meilleur buteur lusitanien des éliminatoires du Mondial (5 buts en 7 matches), derrière Cristiano Ronaldo (6 réalisations en 9 rencontres). O Jogo indique que l’attaquant a passé une batterie d’examens hier et le verdict est désormais sans appel.

Une carte à jouer pour les jokers de luxe

Car à cela s’ajoutent les déboires des autres attaquants de la Seleção. Après avoir déjà perdu Pedro Neto (blessé à la cheville, O Engenheiro (l’ingénieur, ndlr) doit composer avec un Cristiano Ronaldo dans le dur à Manchester United. CR7 n’est qu’un remplaçant de luxe pour Erik ten Hag et n’a été titularisé qu’à deux reprises cette saison en championnat (1 but). Transféré à Wolverhampton l’été dernier pour environ 32 M€, Gonçalo Guedes n’a toujours pas trouvé le chemin des filets en huit apparitions. Même constat pour João Félix à l’Atlético de Madrid. Et en plus, ce dernier entretient des relations conflictuelles avec Diego Simeone. Un état des lieux pas très réjouissant illustré par une statistique hallucinante.

Ronaldo, Jota, Guedes et Félix n’ont inscrit que deux buts à eux quatre en club depuis le début de la saison. Et ces deux réalisations ont été marquées par le seul CR7… Autant dire que Fernando Santos risque fortement de mettre en avant ses jokers de luxe et prier pour qu’aucun pépin physique ne soit à déplorer. Avec l’AC Milan, Rafael Leão c’est 4 buts et 8 passes décisives en 13 matches. Avec le RB Leipzig, André Silva compte 4 buts et 5 assists en 16 apparitions. Mais l’homme qui pourrait profiter de cette situation pour briller est le dernier appelé par Santos : Gonçalo Ramos. La pépite de Benfica affiche 10 buts et 6 offrandes en 16 matches. À suivre.

 

Source: footmercato.net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.