CAN U20 : LES AIGLONS IRONT EN ZAMBIE

aiglon junior cadet chan joueur footballeur mauritanie

La hiérarchie a été respectée dans l’ensemble pour les derniers matches du 3è tour des éliminatoires de la CAN U20, Zambie 2017. Ainsi, les trois pays qui étaient en ballotage favorable, à savoir le Mali, le Cameroun, la Guinée ont validé chacun leur billet pour la phase finale en écartant, respectivement le Burkina Faso, la Tunisie et la Gambie. Dos au mur après le match nul vierge de la manche aller (0-0 au stade du 4 Août de Ouagdougou), les Aiglons se sont logiquement imposés 2-0 devant les Etalons juniors grâce à deux réalisations de Sékou Koïta en première période (10è min) et de Chaka Bagayoko «Chato» peu avant l’heure de jeu (58è min). Quatrième de la dernière CAN qui s’était déroulée au Sénégal et demi-finaliste quelques mois plus tard de la Coupe du monde de la catégorie, la sélection nationale a donc fait honneur à son rang et participera pour la 12è fois à la phase finale depuis l’instauration de la nouvelle formule en 1989. Dimanche au stade Modibo Keïta, les protégés du sélectionneur Baye Bah n’ont pas laissé traîner longtemps les choses face aux Burkinabé qui rêvaient de renverser la vapeur à Bamako après avoir été accrochés 0-0 devant leur public. Dès la 10è minute, Sékou Koïta a tracé la voie du succès du Mali en ouvrant le score d’un tir imparable du gauche. Alors que la défense burkinabé pensait que l’international junior allait effectuer un centre pour Sidiki Maïga, l’enfant de Kita, comme l’appellent familièrement les supporters, expédia un missile qui ne laissera aucune chance au gardien, Ernest Armel Soré (10è min, 1-0). Après cette ouverture du score, les nôtres vont maintenir la pression sur leurs adversaires en essayant coute que coute a faire le break. Aly Mallé, bien servi sur le côté droit par Amadou Haïdara, s’infiltre dans la défense burkinabé avant d’armer une frappe puissante qui passe à côté de la cage d’Ernest Armel Soré (14è min). Dans la foulée, Siaka Bagayoko voit sa reprise de tête dégager sur la ligne par un défenseur alors que le gardien burkinabé était battu (30è min). Menés au tableau d’affichage et mis sous pression par des Aiglons qui quadrillaient bien le terrain, les visiteurs tentent de sortir la tête de l’eau, mais rien n’y fait. Le coach Moussa Sanogo «Falcao» eut beau s’agiter sur le banc, ses joueurs ne parviennent pas à prendre la mesure de la sélection malienne, a fortiori, porter le danger devant les buts de Samuel Diarra. Au retour des vestiaires, les juniors du Faso tentent de se réorganiser. Ils lancent leur va-tout dans la bataille et essayent d’empêcher les protégés de Baye Bah de poser le ballon. Ils se regroupent et endiguent toutes les actions offensives des Burkinabè. Pour donner plus de percussion à sa ligne d’attaque, le technicien Falcao intègre deux nouveaux joueurs à vocation offensive : Ben Quadir Abou Ouattara et Bassirou Compaoré. Peine perdue car peu avant l’heure de jeu, Siaka Bagayoko «Chato» double la mise pour le Mali suite à un corner bien tiré par Aly Mallé (58è min). Avec ce but, la mission devenait quasiment impossible pour les visiteurs certes combatifs mais techniquement limités, surtout au niveau du bastion offensif (un seul tir cadré en 90 minutes). Dans le dernier quart d’heure, les Aiglons auraient pu marquer trois, voire quatre nouveaux buts, si la ligne d’attaque n’avait manqué de concentration devant les buts. Score final : 2-0 pour les protégés de Baye Bah qui n’a pas manqué de rendre hommage à ses joueurs après la rencontre. «Il faut croire en ses chances et en ses qualités. La première période était parfaite avec un but matinal. On a joué à notre niveau. On a mis du rythme, de l’intensité. Sur la seconde période aussi on marque très tôt. C’est une très bonne soirée. Mes joueurs ont fait preuve de solidarité et de sérieux tout au long de la rencontre, analysera le technicien malien. Maintenant, poursuivra-t-il, nous allons continuer de travailler pour bien préparer la phase finale. C’est vrai, nous avons atteint un de nos objectifs à savoir la qualification mais il nous reste à réaliser le plus dur. Pour la suite je vous donne rendez-vous en Zambie pour écrire une nouvelle page de l’histoire du football malien». Dans les deux autres rencontres du jour, le Cameroun et la Guinée ont validé leur ticket face, respectivement à Libye et à la Gambie. Ainsi, depuis dimanche, on connaît le nom des huit pays qui participeront à la phase finale de la CAN l’année prochaine en Zambie. Il s’agit de la Zambie (hôte du tournoi), du Mali, de l’Afrique du Sud, du Cameroun, de l’Egypte, de la Guinée, du Soudan et du Sénégal. D. COULIBALY Dimanche 24 juillet au stade Modibo Keïta Mali-Burkina Faso : 2-0 Arbitrage de Alhadi Allaou Mahamat assisté de Issa Yaya et Bogola Issa. Buts de Sékou Koïta (10è min) et Chaka Bagayoko (59è min) pour le Mali Mali : Samuel Diarra, Abdoul Karim Danté (cap), Siaka Bagayoko, Ousmane Diakité, Moussa Diakité, Amadou Haïdara, Mohamed Sangaré, Sidiki Maïga (Moussa Dienépo), Sékou Koïta, Aly Mallé (Mamadou Kouyaté) et Boubacar Traoré (Amadou Diarra). Entraîneur : Baye Bah. Burkina Faso : Ernest Armel Soré, Ben Aziz Zagré, Ismaël Lingani (Bassirou Compaoré), Abdoulaye Ben Barro, Mohamed Walid Guira, Cedric Badolo, Sirima Zakaria (Dramane Salou), Cyrille Dominique Kpan, Zoumana Traoré, Moffosse Trésor Karidioula (Ben Quadir Abou Ouattara) et Lookman Boni Dopanga (cap). Entraîneur : Moussa Sanogo «Falcao». LES HUIT QUALIFIéS Mali, Zambie, Afrique du Sud, Cameroun, égypte, Guinée, Soudan, Sénégal

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *