CAN-féminine : LES SUPER FALCONS SANS PITIE POUR LES AIGLES DAMES

La sélection nationale féminine a complètement raté son entrée en compétition en s’inclinant lourdement 6-0 face au Nigeria en ouverture de la poule B, dimanche à Limbé. Dans l’autre match, le Ghana s’est imposé 3-1 devant le Kenya.

can-feminine-femme-dame-joueuse-aiglonne-nigeria

L’aventure de la CAN-féminine que le Cameroun accueille depuis le 19 novembre risque d’être de courte durée pour le Mali. C’est le moins que l’on puisse dire après le revers subi par la sélection nationale féminine en ouverture de la poule B contre le tenant du titre, le Nigeria. La rencontre s’est déroulée à sens unique pour les multiples championnes d’Afrique face à des Maliennes inexistantes et qui ont étalé des lacunes dans tous les compartiments. Signe de l’impuissance de la sélection malienne, la gardienne du Nigeria a passé plus d’un quart d’heure, avant de toucher sa première balle.
Et si les Super Falcons ont mis du temps pour trouver la faille dans la défense des Aigles Dames, c’est surtout en raison de la belle prestation de la gardienne Goundo Samaké. Le dernier rempart des Aigles Dames a retardé l’échéance pendant une vingtaine de minutes, avant de céder sur une frappe de Francisca Ordega (21è min, 1-0).
Commença alors le festival offensif de la sociétaire d’Arsenal, Asisat Oshoala. A cinq minutes de la mi-temps, l’attaquante des Super Falcons porte le score à 2-0 (40è min), avant de marquer trois nouveaux buts aux 63è, 68è, 77è minutes. Auparavant, Rita Sunday était également allée de son petit but (47è min). Score final : 6-0 pour la selection nigériane qui prend ainsi la tête du groupe avec trois points, à égalité avec le Ghana vainqueur 3-1 du Kenya dans l’autre match mais qui dispose d’une différence de buts inférieure (+6 pour les Nigérianes, contre +2 pour les Ghanéennes).
Le Kenya et le Mali ferment la marche avec 0 point avec toutefois une différence de buts favourable pour les Kenyanes. Avec cette lourde défaite les Aigles Dames se retrouvent déjà sous pression et doivent impérativement gagner contre le Kenya et avec un score large pour espérer recoller au peloton.
Mais la sélection nationale féminine a-t-elle les moyens de damer le pion au Kenya ? Le sélectionneur national, Oumar Guindo «Koplan» est plutôt confiant. «Mon équipe est jeune, sans expérience. La préparation ne nous a pas permis de faire tous les réglages nécessaires car nous n’avons rencontré qu’un seul pays en amical, le Cameroun. Dans ces conditions, il était quasiment impossible de maîtriser un adversaire comme le Nigeria. Il reste encore deux matches à jouer et nous allons nous ressaisir», a ainsi confié le technicien malien en conference de presse.
UN JEU DéCOUSU- Plus que le nombre de buts encaissés (6) par la capitaine Aminata Sacko et ses coéquipières, c’est le contenu du jeu de la selection qui a déçu les supporters qui ont pu suivre la rencontre sur une télé camerounaise. Les Aigles Dames ont étalé des lacunes dans tous les compartiments et exceptée la gardienne Guindo Samaké, aucune joueuse n’a réussi à tirer son épingle du jeu. Toutes les individualités que l’on pensait capables de jouer le rôle de tireur de ficelle sont lamentables passées à côté du sujet.
L’attaquante-vedette de la sélection et actuelle meilleure buteuse du championnat (52 réalisations), Bassira Touré n’a cadré aucun tir en 90 minutes et pire, elle gaspillé l’unique occasion de but qui a été obtenue par le Mali. Ses deux complices de la ligne d’attaque, Sébé Coulibaly et Djénéba Baradji ells, ont été tout simplement inexistantes. Les deux “Françaises” ont d’ailleurs été remplacées par le coach Koplan.
Que dire aussi de la piètre prestation de la capitaine et tour de contrôle de la défense, Aminata Sacko ? L’internationale malienne s’est illustrée dans le mauvais sens en offrant deux buts aux Super Falcons après avoir provoqué un penalty. Visiblement juste sur le plan physique, la capitaine des Aigles Dames a accumulé les erreurs de placement et perdu presque tous ses duels avec la canonnière de la sélection nigériane, Asisat Oshoala.
Pour Bassira Touré, ce n’est pas une surprise parce que l’attaquante de l’AS Mandé n’a jamais réussi à s’imposer en équipe nationale. Pour Aminata Sacko en revanche, il faut avouer qu’elle a déçu les supporters. Selon nos informations, la prestation des Aigles Dames contre le Nigeria a provoqué l’indignation des Maliens du Cameroun et un employé du Consulat s’en est pris aux responsables du staff techniques coupables à ses yeux d’avoir fait venir des joueuses de la France totalement hors coup. «Tout le monde a vu aujourd’hui que ces joueuses n’ont pas de compétitions dans les jambes. Nous voulons qu’elles soient remplacées avant la prochaine sortie du Mali», aurait-il lancé au sélectionneur national Oumar Guindo «Koplan». La veille de son départ de Bamako, le technicien avait avoué que la pression devenait de plus en plus insupportable pour lui avec la volonté de certains responsables de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) d’imposer coûte que coûte certaines joueuses.
«Ce n’est pas du tout facile, pour moi on veut tout simplement saboter mon travail», a martelé Koplan. Vrai ou faux, en tout cas c’est dans la confusion totale que la sélection nationale quittera Bamako 48h plus tard pour Limbé au Cameroun. En effet, alors que les joueuses effectuaient la traditionnelle visite médicale, la liste de la sélection nationale fut publiée sur les réseaux sociaux. Interrogé, Koplan dira que le staff technique n’a dévoilé aucune liste et qu’il faudra attendre la fin de la visite médicale pour connaître le nom des heureuses élues. Pourtant, c’est la même liste qui a été maintenue et le sélectionneur national ne fournira aucune explication avant son départ de Bamako. On connaît désormais la suite…
D. BAGAYOKO

Dimanche 20 novembre au stade de Limbé
Nigéria-Mali : 6-0
Buts de Francisca Ordega (21è min), Asisat Oshoala (40è, 63è, 68è, 77è min) et Rita Sunday (47è min s.p).
Mali : Goundo Samaké, Couloumba Sogoré, Oumou Tangara, Aminata Sacko (cap), Hawa Tangara, Bassira Touré, Binta Diarra, Aïssatou Diadhiou, Sébé Coulibaly (Saran Sangaré), Aïchata Doumbia, Djènèba Baradji (Aminata Doucouré). Entraîneur : Oumar Guindo ‘’Koplan’’.
Nigeria : Alaba Jonathan, Faith Inkidi, Osinachi Marvis Ohale, Osarenoma Igbinovia, Oname Ebi, Asisat Lamina Oshoala (Rita Akarekor), Rita Chikwelu (cap), Ugo Njoku, Francisca Ordega, Halimatu Ibrahim Ayinde, Uchechi Lopez Sunday. Entraîneur : Florence Omagbemi.

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *