Amateurisme à la FEMAFOOT : L’équipe nationale en partance en Afrique du Sud bloquée à Dakar faute de visa

La délégation malienne composée de 37 personnes y compris l’équipe nationale, en partance pour l’Afrique du Sud afin de participer au Championnat national d’Afrique (CHAN) a été bloquée à Dakar. Pour cause, elle n’avait pas de visa d’entrée à Johannesburg. Finalement, une partie de la délégation composée de 12 personnes a quitté Dakar, le vendredi et le reste du groupe a pris le vol, le lendemain, samedi aux environs de 7 heures du matin, par  la compagnie sud-africaine, South African Airlines. Cette situation très déplorable démontre l’amateurisme de la nouvelle équipe dirigeante du football malien.

federation malienne football assemblee generale femafoot

La nouvelle équipe de la Fédération Malienne de Football dirigée par l’Inspecteur général de police, Boubacar Baba Diarra avait beaucoup critiqué l’organisation des voyages de l’ancien comité exécutif présidé par Hammadoun Kolado Cissé. En arrivant aux affaires, le nouveau président de Malifoot avait décidé de mettre un accent particulier sur le voyage de nos équipes nationales. Il s’agissait pour lui de créer toutes les conditions pour que nos sélections puissent se déplacer. Malheureusement pour lui, le voyage de l’équipe nationale B en Afrique du Sud pour prendre part à la troisième édition du Championnat National d’Afrique (CHAN), a pris du plomb dans l’aile. En raison de sa mauvaise organisation.

 

 

 

Après avoir quitté l’aéroport international Bamako-Sénou, le mercredi 1er janvier 2014, la délégation malienne composée de 37 personnes y compris les joueurs et l’encadrement technique, devrait passer la nuit à Dakar avant de prendre le vol de la compagnie South Africa Airlines, le lendemain jeudi 2 janvier, pour se rendre à Johannesburg. C’est à ce moment précis que le commandant de bord a catégoriquement refusé l’embarquement des membres de la délégation dans l’avion. La raison est très simple : aucun d’entre eux ne disposait de visa d’entrée en Afrique du Sud. Alors que le principe est pourtant très clair : pas de visa, pas d’embarquement.

 

 

 

Le président de Malifoot s’en prend à la compagnie South Africa Airlines

 

Joint au téléphone, samedi dernier, le président de la Fédération Malienne de Football, Boubacar Baba Diarra estime que ce problème est dû à un manque de communication entre la Confédération Africaine de Football (CAF) et la compagnie South Africa Airlines. « Effectivement, la délégation a été confrontée à un problème à Dakar que nous avons pu régler. A la date d’aujourd’hui (samedi), la délégation se trouve en Afrique du Sud. Je pense que c’est une incompréhension parce que nous avions reçu un document de la CAF nous informant que les équipes qui n’avaient pas de représentation diplomatique sud-africaine dans leur pays pouvaient prendre le visa à leur arrivée à l’aéroport de Johannesburg. Puisque le voyage a été précipitamment organisé, nous avons décidé de prendre le visa à Johannesburg, malheureusement, le commandant de l’avion a refusé que notre délégation puisse embarquer. C’est un préjudice énorme pour nous. Nous allons saisir la CAF pour cela » nous a confié le président de Malifoot.

 

 

 

Le voyage des  équipes nationales  ne se prépare pas pendant deux à trois jours

 

Aux dires de Souleymane Diallo, chargé des compétitions internationales de l’ancien bureau fédéral : « vous savez, nous n’avons jamais été confrontés à un problème de visa et de passeport parce que nous préparions les compétitions un mois à l’avance. Le voyage des équipes nationales ne se prépare pas pendant deux ou trois jours. Il y a beaucoup de détails à régler notamment le visa d’entrée. Et à un mois du voyage, nous avions déjà une idée sur les gens qui doivent effectuer le déplacement. Dieu merci, nous n’avons jamais eu ce genre de problème. Et pourtant, nous avons été beaucoup critiqués par nos adversaires à tort ou à raison d’amateurisme dans l’organisation du voyage de nos équipes nationales ».

 

 

 

Voyage par détail, moral des joueurs très bas, équipements incomplets

 

Après le refus de l’embarquement, la délégation malienne a été contrainte de passer la nuit à Dakar dans un hôtel afin de trouver des solutions pour le visa. Et ce pour ne pas retourner à Bamako puisqu’il existe déjà une Ambassade d’Afrique du Sud sur place. Finalement, ce problème a été réglé à Dakar. Seuls quelques membres de la délégation ont pu trouver leur visa, le jeudi 2 janvier.  Ils ont quitté la capitale sénégalaise, le vendredi dernier. Tandis que certains joueurs dont Lamine Diawara, Cheick Mohamed Chérif Doumbia dit Mankoun et Bourama Coulibaly (tous du Stade Malien de Bamako) avaient un problème de passeport.  Celui de Mankoun était totalement rempli, donc pas de place pour mettre le visa.  On n’ignore comment ce problème a été réglé. Mais, selon nos informations, le reste de la délégation a pu quitter Dakar en direction de Johannesburg, avec le moral très bas à cause des conditions du voyage.  Le plus grave dans tout cela, c’est que les joueurs n’ont plus le moral pour cette compétition. Le match amical contre la Mauritanie, qui était prévu hier, n’a finalement pas eu lieu. C’est ce lundi à partir de 9 heures (GMT) que l’équipe de Djibril Dramé va livrer un match amical contre une équipe de première division sud-africaine, le FC Santos.

 

 

 

Autre situation très décourageante de l’encadrement technique, c’est le manque d’équipements : pas de survêtements, pas de jeux de maillots pour une compétition de cette envergure. « L’équipe est partie avec des équipements incomplets. C’est un problème très sérieux pour nous » précise notre source. C’est dire que c’est un véritable amateurisme qui prévaut au niveau de Malifoot notamment en matière d’organisation des voyages des équipes nationales.  Le président Boubacar Baba Diarra est désormais averti. Il sera appelé à prendre des dispositions en ce qui concerne l’équipe nationale A pour les matches amicaux et surtout les éliminatoires de la CAN 2015. Puisque le nouveau sélectionneur des Aigles du Mali, Henry Kaspercszak n’aime pas le voyage mal organisé.  Au risque de rendre précipitamment sa démission et de partir ailleurs. C’est dire que le nouveau comité exécutif a beaucoup de travail à faire pour atteindre ses objectifs.

 

 

Alou BADRA HAÏDARA

 

 

 

SOURCE: L’Indépendant
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *