Un autre regard : Le terroriste aux arrêts : Que ses complices le rejoignent en prison dans un bref délai

Je ne sais plus quel corps de l’armée malienne est parvenu à mettre la main sur le terroriste d’AQMI Mohamed Ali Ag Wadoussène qui avait fait une évasion spectaculaire à la prison centrale de Bamako le lundi 16 juin 2014. Comme si cela ne suffisait pas il a tiré sur le garde pénitentiaire en fonction à bout portant. Cette affaire du siècle mériterait d’être dépouillée de toute insanité.

 

islamistes jihadistes aqmi rebelle detenu prison

 

Je tiens à féliciter les éléments de nos forces armées qui sont passés à l’offensive pour le déloger et neutraliser. Je leur tire le chapeau.

 

Au jour d’aujourd’hui, une série de questions demeure sans réponse. L’enquête doit révéler l’ensemble des contours de complicité qui ont gravité autour de l’évasion et toute la défaillance du système pénitencier. Les hommes et les femmes impliqués dans ce processus doivent impérativement le rejoindre en détention. Ce terroriste doit parler de gré ou de force. Nous avons hâte de savoir qui et qui furent ses complices. D’abord ceux qui lui ont prêté mains fortes pour l’organisation. Ensuite qui et qui se cachent derrière sa cavale dans le quartier de l’ACI ? Qui et qui lui ont prêté mains fortes pour se cacher et surtout où, comment et à quel prix ?

 

Le juge le mieux indiqué qui conviendrait pour une telle affaire serait à mon avis Yaya Karembé pour mener une interrogation musclée. Là où les militaires sanguinaires de Kati ont craché en peu de temps, lui ne peut pas faire la retention de la vérité.

 

De nouvelles mesures de sécurité doivent être prises par les autorités dans les plus brefs délais. S’il le faut qu’il soit emprisonné dans un camp militaire. Même pour cela s’il y a lieu de mobiliser dix agents des forces de l’ordre armés jusqu’aux dents 24 h sur 24.

L’article qui nous a fait part de son arrestation évoque qu’il a reçu des moyens financiers et matériels pour planifier un attentat terroriste contre la prison centrale de Bamako. Son oncle Sedan Ag Hitta avec qui il a noué des contacts lorsqu’il était en prison mériterait d’être arrêté au plus vite. Cette fois-ci ils l’apprendront à leurs dépens.

Enfin en guise de récompense et de reconnaissance de la nation aux valeureux hommes qui l’ont arrêté, qu’ils soient gradés pour le sacrifice. Ils le méritent.

 

Fara Dabo

SOURCE: Zénith Balé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.