Transport de matériels et de militaires pour la Minusma: deux hélicoptères Belges déployés sur le terrain

C’est hier jeudi 1er mars qu’a débuté, dans notre pays, la mission des deux hélicoptères NH-90 de la Défense, mis en œuvre par une cinquantaine de militaires belges. Ils ont quitté leur base de Beauvechain le 5 février dernier. Après quelques jours passés à Bamako, ils sont arrivés à Gao, à 1 200 kilomètres de la capitale. Les deux hélicoptères ont été certifiés par l’ONU techniquement aptes à pouvoir participer à l’opération de maintien de la paix de la MINUSMA. Une certification qui s’obtient toujours sur le théâtre d’opération. Désormais, ils sont prêts pour leur mission d’évacuation médicale et de transport de troupes et de matériel. Il s’agit là, de leur premier déploiement opérationnel.

En avril 2017, peu avant l’entrée en fonction du général Jean-Paul Deconnick à la tête de la MINUSMA, le ministre belge de la Défense, Steve Vandeput, avait estimé que, la « région du Sahel étant parmi l’une des plus fragiles du monde », il était «indispensable » pour l’UE et les pays européens de « continuer de jouer un rôle dans la stabilisation de la région. »
Ainsi, le 23 novembre 2017, le Conseil des ministres a accepté la proposition du ministre belge de la Défense Steven Vandeput concernant le déploiement prochain «d’un détachement d’hélicoptères NH-90 à la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)».
Ce qui est aujourd’hui effectif. Pour preuve : depuis le 5 février 2018, deux NH-90TTH belges sont arrivés au Mali. En effet, d’après le communiqué de presse publié par la Composante Air, les deux hélicoptères ont quitté la base aérienne de Beauvechain, située dans le Centre de la Belgique, à bord d’un avion de transport lourd Antonov An-124-100 de la compagnie russe Volga-Dnepr.
Arrivés sur place à l’aéroport de Bamako, les deux appareils ont été sortis de l’avion et les mécaniciens ont œuvré, pendant deux jours, afin de remonter sur les machines les équipements qui avaient été retirés.
Lors de leur arrivée, la Composante Air détaillait que « dans les prochains jours, les NH90 effectueront encore une batterie de tests. Dès qu’ils auront été exécutés avec succès, le détachement composé d’une cinquantaine de militaires partira pour Gao, ville du nord-est du Mali ».
C’est durant le week-end du 10-11 février 2018 que les NH-90TTH ont rejoint Gao par la voie des airs, aux côtés du détachement allemand déjà présent sur place avec ses NH-90TTH et Tigre UHT.
A Gao, les aviateurs belges ont encore effectué des opérations de mise en condition avant de pouvoir débuter les missions opérationnelles.
Concrètement, ces deux NH-90 seraient mis à la disposition de la MINUSMA entre mars et juillet 2018. Leur rôle sera de remplacer ponctuellement les hélicoptères du même type déployés à Gao par la Bundeswehr.
Sur place, le détachement belge doit assurer des missions de transport de matériels et de militaires au profit de la MINUSMA, ainsi que des missions d’évacuation médicale (MEDEVAC) au profit des militaires blessés en opération.
Selon des sources sécuritaires, ce futur déploiement a été longuement préparé en amont par la Belgique. En effet, du 15 septembre au 15 octobre 2017, les composantes Terre, Air et Médicale, ont organisé l’exercice majeur Tropical Storm 2017 au Gabon. Cet exercice, d’après les mêmes sources, ne réunissait pas moins de 800 militaires, dont des forces spéciales, 150 véhicules terrestres, 12 bateaux zodiacs, 2 hélicoptères NH90 Caïman, 2 Agusta A109 ainsi que 3 C-130H Hercules.
Tropical Storm, en partenariat avec les forces armées gabonaises, avait pour objectif d’entraîner les trois composantes belges à opérer dans un environnement tropical et dans des conditions parfois rudes. De nombreuses missions différentes ont été effectuées avec des vols à basse altitude, difficiles à mener en Belgique en raison de la densité de la population ; des opérations spéciales avec infiltration depuis un milieu maritime, descente en corde lisse ; de la survie en autonomie en milieu tropical, etc…
Au regard des moyens de la Belgique, cet effort est important. La composante «Air» de la défense belge ne compte en effet que 8 hélicoptères NH-90, dont 4 en version TTH et 4 en version NFH (pour les opérations maritimes).
Ces 4 NH-90 TTH appartiennent à la 18e Escadrille, basée à Beauvechain. Cette dernière a obtenu sa capacité opérationnelle initiale avec ce type d’hélicoptère au printemps 2015. D’après l’agence Belga, la pleine capacité opérationnelle (FOC) devrait justement être atteinte d’ici la fin de l’année 2018, après «l’intégration et la validation des derniers systèmes de guerre électronique. »

Par Mohamed D. DIAWARA

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *