Thierno Hass Oumar Diallo, ancien ministre des affaires religieuses et du culte, lors de son intervention au 21eme forum de Bamako : “Aujourd’hui, cette jeunesse qui suit le radicalisme, c’est aussi une jeunesse arabophone désœuvrée”

“Le Mali est l’un des rares pays où l’État n’a pas construit  un seul édifice public religieux. Ni église ni mosquée”

En marge du 21ème Forum de Bamako, l’ancien ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thiérno Hass Diallo, nous a accordé un entretien sur “l’éducation arabo-islamique dans la formation du capital humain : état actuel et perspectives au sahel”, un thème qu’il a présenté lors d’un panel de haut niveau au cours du Forum. C’était le samedi 22 mai dernier, à l’Azalai Hôtel Salam.

Aujourd’hui-Mali : Sur quoi votre intervention portait-elle à l’occasion de ce forum ?

Thierno Hass Diallo : Il s’agissait d’évoquer la question de l’éducation arabo-islamique et du capital humain, ce que nous pouvons en tirer, notamment pour les pays du Sahel. Vous savez, nous nions la réalité des choses en face. Aujourd’hui, les pouvoirs de nos États sahéliens sont fragilisés parce que nous avons à faire face à un extrémisme violent et radical singulièrement au nom de l’islam, même si cet islam n’en est pas un. Dans ces conditions, nous ne pouvons ignorer la question religieuse et la dimension religieuse. Il fallait donc, aussi, faire comprendre à ceux-ci que dans cette question de la dimension religieuse, il y a le rôle fondamental de l’État.

Je reviens toujours là-dessus, il faut que nous sortions de la laïcité béate. La laïcité est la résilience d’un État pour ne pas être sous omerta d’une religion. C’est-à-dire un État indépendant des forces religieuses, mais ce n’est pas aussi un État qui tourne le dos à la religion. Malheureusement, c’est ce que, nous États, avons fait. Nous avons tourné le dos à la religion, surtout les États sahéliens et francophones or nous avons une culture religieuse et islamique. C’est ce qu’il fallait faire sortir.

Prenez l’ensemble des États du Sahel et les régions nord des pays forestiers comme la Côte d’Ivoire, le Nigéria, la Guinée et le Bénin, ils sont tous des communautés musulmanes. Il faudrait donc capitaliser et positiver cet élan et cet acquis. Et comment ? Aujourd’hui, vous avez des médersas, des écoles coraniques, des centres coraniques et des Daaras, comme disent les Sénégalais et l’État ne contrôle rien de cela. Peut-être, s’il y a un État qui a pu comprendre cela, c’est la Mauritanie avec le ministère des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel. Ces structures à connotation religieuse et éducative sont presque en nombre égal à nos écoles modernes. Alors, qu’est-ce que l’État fait pour former les enseignants dans ce domaine ? Qu’est-ce que l’État fait pour tirer le meilleur profit des diplômés de ces écoles ? Au Mali, ils ont amarré l’enseignement arabophone au ministère de l’Éducation nationale qui n’a pas d’abord terminé avec la réalité des problèmes des écoles ordinaires pour s’intéresser et s’occuper de cette question des arabophones or nous pouvons utiliser ce capital arabophone pour l’enseignement.

J’ai l’habitude de le dire, nous pouvons les utiliser dans les forces de sécurité parce que nous faisons face à des gens qui parlent cette langue. Alors, est-ce qu’il faut attendre qu’on enregistre les communications avant d’envoyer dans un service de traduction. Nous pouvons avoir des officiers arabophones, des soldats arabophones, des secrétaires arabophones, etc. Aujourd’hui, cette jeunesse qui suit le radicalisme, c’est aussi une jeunesse arabophone désœuvrée.

Par exemple, nous avons vu des petits mendiants de Sévaré (Mopti) qui ont été emballés parce qu’on leur donnait 50 000 Fcfa par mois. Ils servaient d’ouvriers à ces extrémistes. A mon avis, il fallait faire ressortir tout cela et dire, aussi, qu’il faut que nos États s’affirment parce que quand vous prenez les rébellions, nous parlons du MOC (mécanisme opérationnel de coordination) de DDR (désarmement démobilisation et réinsertion) alors pourquoi pas le MOC et le DDR pour les jeunes qui suivent les extrémistes ? S’ils savent qu’en les abandonnant ils peuvent avoir des financements, des reconversions, certainement ils vont venir.

Vous savez, il y a quelques années de cela, nous avons formé 500 imams au Maroc, mais ils ne servent à rien aujourd’hui. Si certains ont eu la chance d’être de familles où on assume l’imamat, ils exercent. Sinon, ils ne font rien. C’est-à-dire que l’État ne fait rien pour eux. Pourtant, c’est des sommes colossales que le Roi du Maroc Mohamed VI a investies. Même leurs billets d’avion pour les vacances, c’est le Royaume du Maroc qui assurait cela. En plus de cela, le Royaume de Maroc les a formés à des corps de métier comme la sérigraphie, la couture, l’électricité, l’infographie, etc.

Vous avez été ministre des Affaires religieuses et du Culte, est-ce que vous avez pu faire quelque chose contre ces difficultés des Arabophones ?

Oui, mais il est important de dire que pendant le premier mandat du président Ibrahim Boubacar Kéita, il fallait faire accepter la création du département des Affaires religieuses et du culte par les partenaires religieux, mais le problème se posait au niveau des musulmans. C’était difficile de leur faire comprendre que nous ne venons pas pour nous accaparer de leur champ. En plus de cela, il y avait aussi à faire comprendre aux partenaires la nécessité de ce département.

Donc, les cinq (5) premières années étaient un travail pédagogique, de communication et d’acceptation parce que même les Maliens se demandaient à quoi servait ce département. Après la fin de ces cinq (5) premières années, nous devons être à la phase de la traduction en œuvre de notre vision parce qu’au Mali nous n’avons pas de politique religieuse nationale or il faut l’avoir. Vous savez, le Mali est l’un des rares pays où l’État n’a pas construit un édifice public religieux. Ni église ni mosquée. Les imams que nous avons formés peuvent être utilisés comme point focal de formation pour les imams qui n’ont pas pu aller à cette formation au Maroc. Quand vous ne contrôlez pas le champ religieux, comment voudriez-vous avoir un discours religieux qui puisse aller à l’encontre de l’extrémisme parce qu’un imam qui va accepter de vous approcher, les autres diront qu’il est corrompu. A mon avis, l’État peut aller vers cela. Quelque part on prend en charge certaines choses qui n’en valent pas la peine. Nous pouvons avoir un système qui nous permet d’approcher les collectivités locales afin qu’elles prennent en charge ces religieux. Ce que les gens oublient, au Mali les colons prenaient en charge le culte musulman.

Je peux vous dire que j’ai vu la preuve de certains de ces papiers pour les imams de la région de Kayes qui étaient pris en charge par l’administrateur colonial.

Alors qu’est-ce que nous pouvons retenir de votre intervention ?

En gros, il faut retenir que cette intervention montre que l’éducation arabo-islamique, à savoir les medersas, les écoles coraniques, les universités sont des creusets de potentielles ressources humaines que l’État, s’il s’y intéresse, peut utiliser à bon escient afin d’en faire un apport positif. Mais en l’oubliant, ça peut être une bombe sociale.

Réalisé par Mahamadou TRAORE

Source: Aujourd’hui Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.