The Achoura : Une grosse cabale dénoncée

Le promoteur du thé Achoura, Humma AG Hamdaka dénonce une « cabale » contre son produit sur les réseaux sociaux. Il a donné des précisions sur l’affaire de la découverte des pesticides sur un lot de thé Achoura. C’était lors d’une conférence de presse animée le jeudi 4 mars dernier. Tout en déplorant la fuite des documents confidentiels de l’Etat sur les réseaux sociaux, le Directeur Général a déploré les conditions dans lesquelles les analyses sur le lot de thé incriminé ont été effectuées.

 

Selon Humma AG Hamdaka, cette « cabale » sur les réseaux sociaux a commencé la semaine dernière, après la publication d’une lettre circulaire du Directeur National de l’Agriculture instruisant aux Directeurs Régionaux de procéder au retrait d’un lot de thé « Achoura » sur le marché local.

En effet, selon la Direction nationale de l’Agriculture, les investigations et les analyses de laboratoire ont montré que ce lot contient des traces de pesticides à des quantités dépassant le seuil tolérable.

Selon le promoteur du thé Achoura, tout serait parti de la découverte d’un échantillon du thé vert de Chine de la marque Achoura« correspondant au lot n°JX403120046 qui contient des résidus de pesticides », a alerté une note du Directeur Général du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence (DGCC), le 19 février 2021, après réception d’une lettre de l’Union Européenne par le Mali, indiquant l’existence, sur le marché européen, d’un thé contaminé de pesticides.

Cette note a aussitôt invité les Directeurs Régionaux à « prendre des dispositions pour le retirer du circuit de la distribution le lot incriminé ».

C’est cette analyse du laboratoire central vétérinaire qui a été exploitée, selon Humma AG Hamdaka, par les concurrents du thé Achoura comme moyen pour   briser la domination de son produit sur le marché national. Selon le Promoteur, en plus du Mali, le Thé Achoura est aussi premier dans 17 autres pays.

Le Directeur Général a déploré  que,  sur 122 marques   de  thé au Mali, c’est uniquement  le thé Achoura qui soit visé par ce test ; d’où son analyse de   cabale contre le thé Achoura, puisque  la lettre de l’Union Européenne  «ne ciblait aucune marque  de thé », selon lui.

« Il n’y avait aucune raison pour celui qui veut faire des recherches objectives sur la base de la lettre de l’Union Européenne  de viser en particulier le Thé Achoura »,  a-t-il indiqué en dénonçant  aussi les  procédures  par cette analyse qui note  la présence de produits  pesticides dans le Thé Achoura.

A en croire Humma AG Hamdakala meilleure démarche, lorsqu’on veut faire une analyse fiable, était de récupérer des échantillons chez l’importateur du Thé en question.

Mais, toujours selon le conférencier, on est allé prendre un échantillon chez « un vendeur  de tout » au marché sachant que le  produit pourrait  être contaminé chez ce commerçant.

Il a indiqué aussi qu’en plus du Thé, le  commerçant vend aussi des produits divers comme de la potasse, des insecticides et même des pesticides.  « Rien que la présence d’une denrée alimentaire au près des pesticides peut entrainer des contaminations de ladite denrée », a-t-il indiqué.

L’opérateur économique est sans équivoque : « Il s’agit d’une cabale acharnée et une calomnie pure et simple contre son produit ».

 

Les assurances de  l’INSP

Pour sa part, le Directeur de l’Institut National de Santé Publique (INSP), le Professeur Akory Ag Iknan, a indiqué que le seuil élevé du pesticide cité a été retrouvé sur un échantillon entreposé sur des cartons d’engrais et de poissons dans une boutique au marché. « Je voulais rétablir les choses, il n’y a pas eu de pesticides dans le thé Achoura. C’est un seul lot ; donc, il ne faut pas dire que c’est le thé Achoura qui contient de l’aflatoxine. Ça c’est faux et archi-faux », a-t-il précisé.

En outre, le Professeur Akory Ag Iknan rassure sur la qualité   du thé Achoura : « Que les consommateurs se rassurent, le thé Achoura ne contient pas dans sa globalité des pesticides. Le lot incriminé n’existe plus sur le marché ».

La question qui se pose aujourd’hui n’est pas le fond de l’affaire qui implique un lot du thé Achoura en elle-même, mais la manière dont l’affaire a éclaté.

En effet, comment expliquer que la lettre circulaire du Directeur National de l’Agriculture se soit retrouvée  sur les réseaux sociaux, en violation de toutes les règles de confidentialité.

L’agressivité avec laquelle la question a été traitée sur certains médias et sur les réseaux sociaux dénote une ambition inavouée de nuire à une société malienne qui est leader dans son domaine, mais aussi à un Homme qui représente aujourd’hui « le rêve malien ». Humma Ag Handaka est un self-made man qui ne doit rien à personne comme on le dit et surtout pas à son patronyme. Il est parti de rien pour aujourd’hui régner en maître absolu sur le marché du thé au Mali et sur le marché international.

Le jeune opérateur, Humma, emploie des centaines de jeunes maliens et investis beaucoup dans les événements sociaux et culturels surtout ceux impliquant la jeunesse.

Malheureusement, le succès n’apporte pas que de l’admiration au Mali. On aurait dû attendre toute la lumière des Autorités compétentes sur cette affaire pour se faire une opinion du fond de la question. Sinon à ce stade, rien ne justifie un tel acharnement contre cette société qui, de par son passé, nous a démontré que chaque jeune malien a un potentiel….

Mémé Sanogo

Source : L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.