Soutien de la police nationale aux morts, disparus, blesses etc.. Près de neuf millions de FCFA partagés illégalement

Youssouf Fofana adjudant policier secretairre general syndicat police nationale spn

La Police Nationale ne cesse de défrayer la chronique. Le dernier  événement en date qui est venu s’ajouter sur la liste très sombre des pratiques peu orthodoxes très courantes au sein de la Police Nationale est relatif au mauvais partage de l’argent collecté suite à une opération de quête initiée par l’ensemble des éléments de la police pour soulager les éléments affectés ainsi que leurs familles suite à la débâcle de Kidal.

 

Méthode de partage décriée, clanisme, traitement solitaire du dossier, les griefs ne manquent pas. Ceux qui ont contribué tout comme les bénéficiaires tous pointent un doigt accusateur sur le directeur général, Hamidou Kansaye.

Le DG de la Police Nationale se moque-t-il de ses éléments ? Et pour cause depuis sa nomination le fossé se creuse davantage entre lui et l’écrasante majorité des policiers. Lui qui était annoncé afin de mettre de l’ordre dans la police est en train de passer à côté. Comme dirait l’artiste : « l’éléphant annoncé est arrivé avec un pied cassé ».

 

On se rappelle, le 7 juin dernier, le Syndicat de la Police nationale (SPN) était monté au créneau à travers une conférence de presse au siège de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (C.S.T.M). Les responsables syndicaux ont qualifié le directeur général, Hamidou Kansaye de persona grata. Ils ont mis en exergue l’incapacité, le favoritisme, la mauvaise gestion et le mensonge en  cours au sein de la police depuis l’arrivée du nouveau DG. Les syndicalistes avaient dénoncé avec véhémence les événements survenus le 17 mai à Kidal, lors de la visite du Premier ministre Moussa Mara qui a provoqué la mort de 36 policiers non armés.  Selon les policiers, le seul responsable de la mort de leurs collègues est le DG puisque les éléments n’étaient pas armés.

Le rachat raté

Le DG de la police pouvait se racheter à travers cette opération de collecte de fonds destinée à soulager les éléments affectés ainsi que leurs familles suite à la débâcle de Kidal. Que nenni ! Le DG a encore agrandi le cercle des mécontents et des déçus. Selon nos sources, le DG a fait un très mauvais partage. « Il l’a fait comme bon lui. Les policiers lui ont tendu la main à travers cette initiative de solidarité mais il n’a pas su bien faire. Il est aveuglé par sa mauvaise foi », a fulminé notre source. Les éléments de la Police Nationale, suite aux événements survenus à Kidal, lesquels événements font suite à la visite controversée du premier Ministre, Moussa Mara, ont mis la main à la poche. Pour soulager la souffrance psychosomatique des éléments de la police présents à Kidal (morts, disparus, blessés etc..) une opération de collecte a été lancée. A l’issue, huit millions neuf cent milles francs CFA ont
été collectés. C’est le mode de partage qui a sali cette belle initiative sociale. Il y a eu beaucoup de boucan. Et pour cause, ni ceux qui ont contribué, ni les bénéficiaires ne sont d’accord avec la méthode de partage adoptée par le directeur général, Hamidou Kansaye. Ils pointent un doigt accusateur sur le DG. C’est pourquoi, des voix s’élèvent de plus en plus pour décrier la tentative de main mise du DG sur tout ce qui se passe à la Police Nationale : des affaires les plus importantes aux affaires les plus banales. Selon nos sources, le DG a été mal inspiré au moment du partage. On murmure qu’il aurait fait le partage de façon subjective selon les critères que lui seul a définis sans associer les syndicats. Il a seulement mis en place une commission pour cette opération que lui-même contrôlait. Et notre source de poursuivre : « le DG dans la volonté de semer la merde dans la Police Nationale a encore remué le couteau dans la plaie béante de la police. Il y a tellement de problèmes au sein de la police, le DG est tellement décrié qu’il devrait faire profil bas en ce qui concerne précisément cette belle initiative de solidarité à l’intention des personnes affectés et leurs familles suite aux événements de Kidal », fulmine notre source.

Le mode de partage inapproprié et subjectif

A noter qu’ils étaient au nombre de 112 éléments présents à Kidal y compris les éléments du GMS. Après la collecte, des échanges ont eu lieu, d’aucuns voulaient un partage en fonction de la catégorie des éléments concernés, d’autres encore souhaitaient une évaluation des degrés des besoins. Après moult tractations, le DG a fait ce qu’il veut. Tout en ne tenant pas compte des préoccupations exprimées par les uns et les autres. Ainsi, les éléments décédés ont eu chacun un montant de 200.000 FCFA ; les éléments disparus 200.000 FCFA chacun ; les blessés 150.000 FCFA chacun (parmi lesquels figurerait le neveu du directeur général) ; les otages 100. 000 FCFA chacun. A ceux-ci, s’ajoutent les éléments qui sont venus par leurs propres moyens et leurs propres frais 60.000 FCFA  chacun ; les permissionnaires réguliers 30.000 FCFA chacun ; quatre éléments classés dans la catégorie des permissionnaires irréguliers n’ont rien bénéficié.
« La méthode de partage a été inappropriée et subjective. Or, à ce que nous sachions les policiers ont contribué pour tous. La direction n’avait aucun droit de procéder cette façon là », nous a dit notre source.
Moussa Mamadou Bagayoko

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.