Sensibilisation sur les violences faites aux femmes : Une caravane sillonnera les communes de Bamako

Dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes, Musodev (une association) a organisé, hier sur le terrain Danaya de Niamakoro, le lancement de sa caravane de sensibilisation pour la promotion des droits des femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes ou basées sur le genre (BVG). Cette série de caravanes va concerner les 6 communes de Bamako.

 

La cérémonie de lancement était présidée par la présidente de Musodev, Porcho Marguerite Sogoba, en présence de l’assistante de la chargée du projet : «Zéro BVG», Fatoumata Konta et de plusieurs invités.

L’objectif est d’informer et sensibiliser la population de Bamako et ses alentourssurles BVG. La caravane a sillonné, hier, certains quartiers ou équipements marchands de la Commune VI, notamment Niamakoro, le marché de Magnambougou et l’autogare de Sogoniko, la Tour de l’Afrique pour rallier le siège de l’Association à Baco Djicoroni Golfe.

On pouvait lire sur les affiches : «N’attendez pas qu’il soit trop tard pour agir», «Briser le silence avec l’application zéro violence faite au genre», «donner la vie sans risquer de mourir» et «Les droits des femmes sont aussi des droits humains».

Pour Porcho Marguerite Sogoba, cette caravane est le début d’une série qui concernera les 6 communes de Bamako.Elle a expliqué que les attentes de son organisation à travers ces caravanes sont d’informer et de sensibiliser le maximum de personnes sur les violences perpétrées à l’encontre des femmes et des jeunes filles afin qu’elles puissent aussi prendre connaissance de leur application dénommée «zéro BVG» et de pouvoir l’utiliser au besoin.

La présidente de Musodev a lancé un appel au grand public afin que tous s’impliquent davantage dans la lutte contre les BVG. Car, c’est un phénomène qui concerne tout le monde, a-t-elle estimé. «Si on se dit que c’est uniquement une affaire de femmes et de jeunes filles, celles-ci font partie de la communauté et les conséquences peuvent avoir des répercussions sur tout le monde. J’invite tous à s’engager et surtout à télécharger notre application zéro BVG», a fait savoir la responsable de l’association, avant derappeler lesobjectifs de son organisation, notamment ceux de promouvoir les droits des femmes, de protection des femmes et de leur employabilité, etc… Cette organisation a été créée depuis 2018 en même temps quel’application «zéro BVG» avec l’accompagnement des certains partenaires comme l’ONU Femmes, Afridea (un projet de l’ambassade américaine et bien d’autres.

Pour sa partFatoumata Konta, assistante de la chargée du projet «zéro BVG» a rappeléle rôle de l’application « zéro BVG ». Pour elle, c’est une application qui recense les victimes des violences et aussi des dénonciations en toute confidentialité. Fatoumata Konta a également précisé que cette application est disponible sur Playstor et téléchargeable.

Et de dire l’existence d’une page Facebook qui évoque tout ce qui concerne « zéro BVG». Il y a aussi une page Instagram disponible. Elle a justifié le choix des quartiers par leur densité.

Siné S. Traoré

Source : L’ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.