Sécurité alimentaire au Mali : Situation nutritionnelle alarmante

« Situation nutritionnelle préoccupante avec des taux de malnutrition aigue globale dépassant le seuil d’alerte ». Tel est le constat général de la réunion du cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations en insécurité alimentaire au titre de l’évaluation provisoire de la situation alimentaire, tenue du 3 au  9 novembre 2014, à l’INRSP.

afao vulnerabilite alimentaire nutritionnelle

A l’issue de sa réunion, le cadre harmonisé a estimé que pour la période d’octobre à décembre 2014,  qu’aucune zone n’a été identifiée en situation de crise, d’urgence ou de famine. Cependant, il a estimé que pour la même période, 12 cercles ont été identifiés en phase sous pression : Tominian dans la région de Ségou, Tombouctou, Diré, Goudam, Gourman Rharous et Niafounké dans la région de Tombouctou ; Gao, Ansongo et Ménaka dans la région de Gao ; Kidal, Abeibara et In Essako dans la région de Kidal. « L’estimation des populations par phase de sévérité de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle fait ressortir 263 039 personnes en phase 3 à pire et 1 681 313 personnes sous pression », indique les résultats du cadre harmonisé. En ce qui concerne les projections de Janvier à mars 2015, le cadre harmonisé a estimé qu’aucune zone n’a été identifiée en situation de crise, d’urgence ou de famine. Il a néanmoins estimé que 14 cercles ont été identifiés en phase sous pression : Youwarou dans la région de Mopti ; Tombouctou, Diré, Goudam, Gourma Rharous et Niafounké dans la région de Tombouctou ; Gao, Bourem et Ménaka dans la région de Gao ; Kidal, Abeibara, Tessalit et Tin-Essako dans la région de Kidal. Pour cette période, le cadre harmonisé a estimé que 35 cercles seront en phase minimale. Il a précisé que les cercles de Tominian et d’Ansongo passeront en phase minimale sous l’hypothèse de l’amélioration de la consommation alimentaire, de l’évolution des moyens d’existence et de la situation nutritionnelle. Il a estimé que les  cercles de Bourem, Tessalit et Youwarou basculeront en phase 2 à cause de la dégradation probable de la consommation alimentaire et des moyens. « L’estimation des populations par phase de sévérité de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle fait ressortir que 270 734 personnes sont en phase 3 à pire pour la période de janvier à mars 2015 et 1 799 401 personnes en phase 2, sous pression », a indiqué le cadre harmonisé. Mme Dicko Bassa Diané, Commissaire adjoint à la sécurité alimentaire, a rappelé que le cadre harmonisé est devenu le principal outil d’aide à la décision permettant au Gouvernement et à ses partenaires de prendre les mesures nécessaires et idoines pour une gestion efficiente de la situation alimentaire et nutritionnelle conjoncturelle des populations. Elle a invité le système d’alerte précoce en tant que président du Comité national d’analyse du cadre harmonisé à proposer très prochainement les recommandations spécifiques nécessaires à l’élaboration d’un plan national de réponse aux urgences et de renforcement de la résilience.

Assane Koné

 

SOURCE: Le Républicain  du   11 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.