Scandale foncier à Kaderbougou : Le tribunal de Kati et le tribunal administratif démasquent un faux titre de la Mairie de Dogodouma

L’Association Dunia qui regroupe les populations de  Kaderbougou, zone perchée derrière Lassa, en commune IV du District de Bamako, a tenu une assemblée générale pour  saluer la décision judiciaire du différend qui les opposait à la Mairie de Dogodouma. C’était le dimanche 20 juin 2021.

Trois milles(3000) parcelles sont en question à Kaderbougou. Plus de 200 personnes étaient présentes devant l’entreprise de vente de ciment de leur président, Niamankolo dit Tiémoko Doumbia, pour s’enquérir de l’issu du procès qui les oppose à la Mairie de Dogodouma.

Il faut rappeler qu’une situation très tendue couvait depuis presqu’une dizaine  d’années la zone appelée Kaderbougou. Cet ancien  titulaire de la mairie de la Commune III, Abdel Kader Sidibé, avait octroyé à des personnes , des lots à titre d’usage d’habitation. De par sa situation géographique, cette zone a fait l’objet de convoitises de la part des agents des mairies secondaires qui, à l’absence de la mairie principale, n’ont pas hésité à sortir des notifications pour les vendre à des tiers personnes. Dès lors, des lots ont fait l’objet de doublons, mêmes plus. Un conflit a éclaté entre les gens.  Niamankolo dit Tiémoko Doumbia, le président de l’Association Dunia, a indiqué que c’est au fin de s’accaparer et légitimer son forfait que la mairie de Dogodouma, voisine de Kaderbougou, a tout de suite fabriqué un faux titre sur leur zone sans l’implication de la Mairie centrale.

Jour pour jour, les occupants de la zone n’ont pas hésité à se regrouper en Association pour défendre leur dû. « Autant de procès ont eu lieu », a dit le président, M. Doumbia. Il a tenu à saluer devant les populations, les juges de Kati et ceux du tribunal administratif pour avoir démasqué le complot de la mairie de Dogodouman. Il a indiqué aux populations que malgré les propositions faites aux juges par le maire, les deux instances juridictionnelles ont refusé et ont dit le droit.

La mairie de Dogodoumam est donc poursuivable de cette forfaiture, va-t-il faire savoir. Car, selon lui, c’est suite à la requête du maire de la Commune III, Madame Djiré Mariam Diallo et l’Association Dunia que la mairie de Dogodouma a été déboutée. Un faux TF (titre foncier) a été minucieusemant monté par le maire de cette localité et ses acolytes pour se faire de l’argent, va-t-il révéler. Selon lui, Ils  ont ainsi créé une tension dans la zones à tel enseigne que le pire allait être difficile à éviter.

Cependant, le président de l’Association a indiqué que l’affaire suit son cours au niveau de la Cour Suprême qui est la dernière étape. Il a demandé à la population de Kaderbougou de rester mobilisée et de faire confiance à notre justice qui, de plus en plus, se montre intraitable. «  Nous n’avons rien et nous n’avons rien proposé aux juges contrairement à la mairie, malgré tout, ceux-ci ont refusé leurs avances et ont tranché en notre faveur », a dit le président de l’association, M. Doumbia.

Dès lors, il saisit l’occasion pour saluer la justice malienne et a demandé à tous les militants et militantes de croire et d’espérer une suite favorable à ce dossier et de rester  mobilisés. Selon lui, les populations de Dogodouman sont leurs  frères, leurs parents et rien de mal n’existe entre eux, va-t-il laisser entendre. Il a indiqué que cette situation a été créée de toute pièce par le maire, en complicité avec certains de ses agents, créant ainsi la méfiance sinon il n’ y a jamais eu un conflit entre des gens qui sont proches. Il a émis l’espoir et le souhait que la Cour Suprême mettra fin totalement à cette situation qui n’a que trop duré.

Fakara Faïnké

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.