Riz Gambiaka : UNE STRATEGIE DE LABELLISATION EN GESTATION

Le riz est le principal produit agricole de base au Mali en termes de volume. Sa production a dépassé 1,2 million de tonnes en 2010. Le riz contribue à lui seul pour environ 5% du Produit intérieur brut (PIB) de notre pays. Cette céréale constitue l’un des produits stratégiques qui retiennent l’attention du gouvernement depuis la crise alimentaire de 2008. Les effets, les impacts des différentes politiques comme l’Initiative riz, la stratégie nationale de développement de la riziculture et la politique d’aménagement de 50 000 hectares de riz par an, ont conduit à une augmentation remarquable de la production du riz entre 2008 et 2009. Cette tendance à la hausse s’est maintenue jusqu’en 2011 avec une production de près de 2 500 000 tonnes de riz paddy.

sacs mil riz cereals fonio marche
Cependant la commercialisation de la production pose de nombreux problèmes. C’est pourquoi la problématique de la commercialisation s’inscrit désormais au cœur des priorités de la politique gouvernementale de valorisation du riz local. En effet, disposant d’énormes potentialités de production de riz, notre pays nourrit l’ambition objective de contribuer grandement à sa propre autosuffisance et de servir de grenier pour plusieurs pays de la sous-région ouest africaine.
En plus de cette volonté politique, le riz « Gambiaka » se positionne comme leader sur le marché du riz grâce à son goût, à sa texture, à sa couleur et à son aptitude à la conservation. En effet, cet attribut permet au label « Gambiaka » de s’écouler plus rapidement, même à un prix un peu plus cher que le riz importé.
Voilà qui explique que la labellisation du riz « Gambiaka » était hier au centre d’un atelier d’élaboration de la stratégie de plaidoyer.  La rencontre a eu lieu au siège de l’Institut de recherche et de promotion des alternatives de développement (IRPAD) à Hamdallaye ACI 2000. Objectif de l’atelier : élaborer, dégager une stratégie de labellisation du riz « Gambiaka ». L’atelier se déroulait autour des modules suivants : « étayer l’importance du thème par rapport aux questions de développement », « développer les techniques de plaidoyer, formuler et analyser un problème en matière de plaidoyer, identifier les publics décideurs, formuler et présenter des messages de plaidoyer ».
L’atelier visait à doter les membres de la plateforme d’outils de plaidoyer et de stratégies indispensables afin de mieux réussir les démarches qui seront entreprises. La démarche pédagogique pour la mise en œuvre de l’atelier était basée sur une méthode participative. L’animation était assurée par un consultant spécialisé sur les questions de plaidoyer et expérimenté sur les organisations paysannes au Mali. L’atelier s’adressait à une vingtaine de producteurs de riz et aux acteurs impliqués dans la plateforme d’innovation.
Rappelons que le séminaire s’est déroulé en présence du Coordinateur national de la Plateforme nationale des producteurs du riz au Mali (PNPRM), Seydou Kéïta, du président de la Plate-forme d’innovation, Massako Konta, du président du PNPR, Faliry Boly, du directeur exécutif de l’IRPAD-Afrique, Mamadou Goïta et des personnes ressources expérimentées sur les techniques de plaidoyer, de lobbying, de la communication stratégique et de la construction d’un argumentaire.
S. Y WAGUE

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *