Report des Elections communales et régionales : Une mesure qui fait l’unanimité auprès de la classe politique!

Initialement prévues pour le 26 avril prochain, les élections communales et régionales viennent d’être  reportées. C’est du moins ce qui ressort d’une réunion  urgente tenue entre le  ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Idrissa Maïga et les responsables des partis politiques, hier à son département.  C’était en présence de Choguel Kokala Maïga, ministre de l’Economie Numérique, de l’Information et de la Communication,porte parole du gouvernement, du president de la CENI, Mamadou Diamoutani, du Délégué général aux élections, général Siaka Sangaré et un parterre de présidents et représentants de partis politiques.

On pouvait s’y attendre et c’est désormais chose faite. Les élections communales et régionales initialement prévues pour le 26 avril prochain  viennent d’être reportées. C’était hier jeudi 5 mars à l’issue d’une réunion convoquée d’urgence par le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga  conformément à une requête du conseil des ministres du mercredi dernier.

D’entrée de jeu, le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga expliquera que cette réunion a été convoquée pour discuter, avec la classe politique, des  conclusions de la dernière  rencontre tenue 10 jours plus tôt. Selon lui, les élections communales et régionales ont déjà connu deux reports pour deux motivations essentielles : la prise en compte des recommandations des Etats Généraux sur la Décentralisation  et le processus de négociations de paix d’Alger.

Aux dires du ministre Maïga, l’horizon est désormais dégagée avec le paraphe d’un document entre le gouvernement du Mali et les groupes armés.

A l’en croire, cette rencontre était nécessaire car se tenant à une semaine du délai de dépôt des candidatures. Et il fallait faire valider la décision de report car, lors de la précédente rencontre, les partis politiques ont souhaité qu’il y ait un accord de paix avant d’aller à ces élections.

« J’ai rendu compte au conseil des ministres qui a demandé à ce que je revienne vers la classe politique pour valider la décision de report », a laissé entendre le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Qui a exhorté la classe politique à faire en sorte que ces élections se tiennent dans le premier semestre de 2015.

Le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga justifiera aussi cette rencontre par une volonté affichée des autorités de discuter avec la classe politique des frais à payer par les candidats aux municipales et aux régionales. Il s’agit de 500F pour les candidats aux municipales et 5000F pour les candidats aux élections régionales.

Le report unanimement sollicité par la classe politique

Les présidents et représentants de partis politiques, lors de cette réunion avec le ministre, ont tous demandé le report des élections communales. Même s’il y avait des divergences sur d’autres points, cette réunion aura été marquée par l’unanimité de la classe politique pour le report de ces élections.

Moussa Doumbia du parti APM-Maliko dans  son intervention dira que ce report est pertinent. Selon lui, c’est une situation inévitable dénouée de toute échappatoire.

Alassane Abba de la CODEM  a réclamé le report de ces élections. Seulement, il a demandé aux autorités de mettre en place des mesures d’accompagnement au niveau des collectivités où les populations souffrent, piaffant d’impatience de tourner la page de la mauvaise gestion.

Amadou Aya, secrétaire politique du parti Yèlèma abondera dans le même sens.

Idrissa Traoré, vice-président du MPR pour sa part demandera le report, mais souhaite la tenue des élections  dans le dernier trimestre de 2015.

Même son de cloche chez Abba Touré du CNID-FYT qui a demandé le report de ces élections, mais se dit convaincu que les élections peuvent se tenir le 27 septembre prochain. Cependant, il a demandé la relecture de la loi électorale pour l’adopter aux recommandations du futur accord de paix.

Issa Diarra de l’ASMA-CFP  dira que le report a été décidé lors de la rencontre du ‘’Grand hôtel’’ il y a une dizaine de jours, avant de se réjouir de la prise en compte de cette requête de la classe politique par le gouvernement.

Bandiougou Soumaoro de l’ADPM propose la tenue des élections lors du dernier trimestre de 2015 à condition que des solutions soient trouvées à l’insécurité, le retour des personnes déplacées et refugiées.

Yeah Samaké du PACP quant à lui propose la tenue de ces élections en décembre. Mieux, il propose le découplage des élections communales avec les régionales pour donner la chance aux candidats qui ne passent pas aux communales de se présenter aux régionales

Oumar Ibrahim Touré de l’APR ira plus loin. Il propose la prise en  compte de toutes les dispositions et aspects du futur accord  d’Alger. Mais aussi, analyser ces aspects, faire des reformes, régler les problèmes sécuritaires avant de proposer une date pour les élections communales et régionales.

Le Colonel Youssouf Traoré de l’UFDP s’est  dit soulagé par ce report pour des raisons sécuritaires et les conditions techniques d’élaboration des listes électorales impossibles dans certaines communes à cause de l’insécurité. Selon lui, il est nécessaire de laisser le temps aux techniciens du ministère de l’Administration Territoriale de travailler pour  s’assurer du moment opportun de la tenue de ces  élections afin de proposer une  date à la classe politique.

Mamadou Kassa Traoré et Younouss Hamèye Dicko ajouteront que ce report est justifié. Avant de remercier le gouvernement pour avoir accédé à la demande de la clase politique.

Befon Cissé au nom de l’URD s’est dit d’accord avec le report des élections et le payement de la somme soumise aux candidats. Mais, il demande au ministre de tout faire pour  informer les populations au plus vite.

A l’issue de cette réunion où de nombreuses contributions ont été faites, le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a annoncé officiellement le report des élections communales et régionales. Un report, selon lui qui pourrait aller jusqu’au mois d’octobre. Aussi, les frais symboliques de 500F pour les candidats aux communales et 5000F pour les candidats aux élections régionales proposées par le ministre ont été maintenus.

D. Diama

source : Tikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.