Régions de Ségou et Koulikoro : SITUATIONS CONTRASTÉES SUR LES SITES DES LOGEMENTS SOCIAUX

Après avoir apprécié les réalisations, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a recensé les problèmes et promis de les résoudre

logement sociaux maison cite

Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Ousmane Koné, était du 16 au 18 mars, en tournée dans les régions de Ségou et Koulikoro où il a visité les sites des logements sociaux de Bla, San, Ségou, Dioïla, Barouéli, Fana, avant de rencontrer les responsables des services relevant de son département. Cette visite a permis au ministre Koné de mesurer la qualité et l’état d’avancement des travaux, de recenser les besoins en vue de trouver des solutions avant l’attribution des logements terminés.
Jeudi 16 mars. Il était 11h 30 mn, la délégation ministérielle, escortée par des éléments de la gendarmerie et de la police, est arrivée à Bla pour visiter le site des 30 logements de type F3 dont les toits sont en tôle. Ici, les travaux, confiés aux entreprises Moro Fofana et HATTS, sont exécutés entre 85 et 95%. Certains bâtiments sont au niveau de la peinture. Tandis que d’autres attendent encore des battants. Le problème majeur auquel ce site est confronté est le manque d’adduction d’eau. Pour les travaux de viabilisation, le chef de la section contrôle technique de l’Office malien de l’habitat (OMH), Adama Amion Guindo, a annoncé qu’un appel d’offres sera bientôt lancé dans ce sens. Avec la réalisation de ces 30 logements, la ville de Bla compte désormais 50 logements sociaux réalisés en deux programmes.
Après Bla, la délégation ministérielle a mis le cap sur San où elle a visité les 25 logements réalisés par l’entreprise «Ma travaux». Ces logements de type F3 avec des toits en tôle sont prêts depuis fin 2015 et attendent d’être livrés. Au cours de la rencontre du ministre avec les acteurs concernés à l’hôtel Tériya, les problèmes signalés ont pour noms : la sécurité des logements terminés, la qualité des travaux au niveau de certaines maisons, l’immatriculation des sites et la régularisation des titres fonciers. Avant de regagner Ségou pour y passer la nuit, le ministre Ousmane Koné s’est rendu au bureau de l’urbanisme de San qui se trouve en location. Ce service est aussi confronté au manque d’équipement, de personnel et de formation. Il y a, dans la ville de San, 95 logements construits en 3 programmes.
Vendredi 17 mars, la délégation du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a visité les 55 logements sociaux de Ségou où subsistent également plusieurs problèmes : manque d’assainissement, problèmes de remblais et de compactage, fissures sur des clôtures, détérioration des portes en bois par les termites. Ousmane Koné a eu des échanges avec les acteurs concernés au gouvernorat de Ségou. C’était en présence du préfet, Malick Maïga, et du maire de la commune urbaine de Ségou, Mafiengué Goïta. Il a été question de la nécessité d’impliquer des départements ministériels dans l’implantation de certaines infrastructures comme l’école, le centre de santé, le marché, les voies d’accès, etc. Avec la réalisation de ces 55 logements sociaux, Ségou est à son 4è programme pour un total de 369 logements. Ici, le ministre Koné a visité les locaux de la direction régionale de l’urbanisme et de l’habitat en chantier avant de prendre la direction de Barouéli pour visiter les 20 logements sociaux  qui sont entièrement terminés et viabilisés. Cependant, ils ne sont pas encore équipés de système d’adduction d’eau. De nos jours, Barouéli compte 50 logements.
Partenariat public-privé. Le ministre Koné a bouclé sa tournée samedi par les localités de Dioïla et Fana.  A Dioïla, 50 logements sociaux de types F3 avec des toits en dalle sont réalisés dans le cadre du partenariat public-privé (l’Etat et la société Sopromac Immobilière). Ici, 20 logements sont en chantier. Dioïla avait déjà bénéficié d’un premier programme de 20 logements de type F3 avec des toits en tôle. Il ressort des échanges qu’il faut augmenter le niveau des pentes des 20 logements en cours de construction et doter le site entier d’un système d’adduction d’eau effectif.
A Fana, la délégation s’est rendue sur le site des 50 logements sociaux de type F3 avec des toits en dalle qui sont également construits par l’Etat en partenariat avec la société Sopromac Immobilière. Ici, 20 logements sociaux sont déjà habités dans le cadre d’un premier programme financé par l’Etat.
A la fin de sa visite, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a remercié les autorités administratives, politiques et coutumières des différentes villes visitées pour l’accueil chaleureux réservé à sa délégation. «Nous avons entrepris cette tournée conformément aux instructions du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui accorde un intérêt particulier à l’amélioration des conditions de vie des populations, en leur offrant un cadre de vie confortable à travers des logements de bonne qualité », a déclaré Ousmane Koné. Il a indiqué que les ouvrages sont correctement réalisés d’une manière générale, mais il y a quelques corrections à faire par les entreprises de construction. «La visite a permis de confirmer le constat que certains logements sont terminés depuis un bon moment, mais qu’ils ne répondent pas aux conditions (viabilisation, assainissement, voies de circulation) devant normalement  être réunies avant l’attribution. Par endroits, il y a des problèmes d’eau qui ont été posés. Nous avons l’intention d’examiner la possibilité de mettre de l’adduction sommaire là où c’est possible ; essayer de mettre des forages avec des réservoirs de façon à ce que l’eau courante puisse être disponible parce que les types de sanitaires qui sont installés ne sont pas compatibles avec le manque d’eau», a indiqué le ministre Koné.
S’exprimant sur le cas du statut du foncier, Ousmane Koné dira qu’il est nécessaire de ne pas construire dans la précipitation et qu’il faut clarifier le statut et créer des titres fonciers partout où cela n’est pas encore le cas. Répondant à la question sur l’attribution de certains logements, il a dit : «ce sont des rumeurs, parce que l’attribution se fait sur la base d’une commission. Et cette commission n’est même pas encore officiellement constituée. L’attribution va se faire en fonction du niveau d’achèvement des travaux dans chaque localité après que toutes les conditions soient réunies». Le ministre a aussi invité les bénéficiaires à s’occuper de l’environnement végétal de leurs cités en plantant des arbres et à être à jour dans le paiement pour la pérennisation de l’opération.

S. TANGARA
envoyé spécial

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.