Réduction du taux de mendicité des enfants: le Parlement des enfants s’implique

Le Parlement des enfants du Mali a tenu une journée d’échanges, le vendredi 20 novembre, avec les enfants talibés et déplacés privés de certains de leurs droits fondamentaux dont l’éducation. L’une des finalités de cette rencontre, en plus de s’enquérir de leurs difficultés, est de trouver une solution de réduction du taux de la mendicité de ces enfants au Mali.

 

Cette journée de sensibilisation et d’échanges a été organisée grâce au soutien de l’ONG Save the Children œuvrant durant des années à la protection et à la promotion des droits des enfants.
Ce cadre de partage, d’échanges entre des enfants de milieux différents est une opportunité pour le Parlement des enfants, la faitière représentative de tous les enfants du Mali, de comprendre les enjeux et les besoins des talibés et des enfants déplacés.
En effet, ils sont de milliers d’enfants, à travers la ville de Bamako et alentours, faufilant entre les engins dans le carrefour à la recherche de quelques pièces d’argent. Une pratique bien qu’interdite continue son beau jour au détriment de l’avenir des enfants.
En outre, il s’agissait également via cette rencontre de permettre à ces enfants d’oublier leur stress et angoisse, en quelques minutes, à travers des jeux. Idem pour les enfants déplacés.
Le président du Parlement des enfants du Mali, Nouhoum Chérif HAIDARA, s’exprimant à cette occasion, a rappelé que l’initiative constituait à échanger et de discuter de la situation des enfants talibés et déplacés. Elle s’inscrit dans le nouveau volet du Parlement des enfants consacré uniquement aux enfants talibés dont leur activité principale demeure la mendicité.
Dans son speech, a-t-il souligné, les enfants talibés sont confrontés à d’énormes problèmes comme les accidents de la circulation, les enlèvements, les bavures policières, la faim, les maladies.
« Ils peuvent être facilement endoctrinés pour être utilisés à des fins néfastes. Ces problèmes galopants des enfants talibés nous ont alertés et amenés à organiser cette activité », a déclaré Nouhoum Chérif Haïdara.
Après avoir fait le constat et évalué les dangers, la seconde étape va être l prise des mesures concrètes en partenariat avec des centres coraniques, les enfants mendiants eux-mêmes, les pouvoirs publics-privés pour trouver une solution immédiate à cette situation de mendicité qui gangrène la société malienne. Ces mesures, a rassuré le président du Parlement des enfants, seront appliquées.
«J’invite tout le monde à la réflexion, aux autorités de prendre des mesures plus concrètes pour stopper la mendicité, aux partenaires internationaux d’agir encore plus dans les actions de sensibilisation de lobbying et de plaidoyer pour que ce fléau cesse », a exhorté Nouhoum Chérif HAIDARA.
A défaut d’une bonne politique en prise en charge des déplacés, leurs enfants sont en train de grossir le nombre d’individus faisant de la mendicité comme moyen de substance et d’activité génératrices de revenus.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.