PROCESSUS DE PAIX AU MALI : le MJEDM fait le procès de la Minusma en Commune I

Soumettre la MINUSMA à une série de questions-réponses précises sur la vraie raison de sa présence sur le sol malien. Tel était l’objectif visé par les jeunes de Boulkassoumbougou (Commune 1 du district de Bamako) réunis le samedi 16 novembre 2019 à l’initiative du Mouvement des jeunes engagés pour le développement du Mali (MJEDM).

Les différents chefs de division de la Minusma, après s’être présentés, ont tenu a précisé le rôle et l’objectif de la mission onusienne sur le sol malien. Et par la suite, la séance des questions-réponses n’a pas été une partie de plaisirs pour ces agents. Les réponses fournies à certaines questions ont suscité de vifs agacements dans la foule et le mécontentement s’est très vite fait ressentir haussant du coup la tension. «Nous ne voulons plus de votre aide; la Minusma n’est pas une force d’aide, mais plutôt une force de domination », a déclaré haut et fort l’ex maire de Boulkassoumbougou, Hamadoun Touré.

Si l’on se réfère aux différentes interventions, on peut dire que la population ne voit encore aucune utilité à la présence de cette force onusienne sur le territoire malien. A part se faire le profit de ses employés dont le niveau de contribue malheureusement à aggraver le nombre de pauvreté dans notre pays.

«Nous ne sommes chez vous que pour vous aider. Mais si aujourd’hui le Mali dis non nous ne voulons plus de la Minusma, demain nous quitterons le territoire malien», a défendu Patrice Honkou, Chargé de la communication stratégique et de l’information publique de la police de la Minusma. D’après Aboubacar Gakou le président du MJEDM, «Nous pensions que cette force était là pour nous aider, mais nous avons constaté qu’ils y a certaine incohérence entre leur rôle/mission et la situation actuelle de notre pays. Raison pour laquelle nous avons jugé nécessaire de les interpeller afin d’expliquer clairement leurs missions et leur poser des questions. C’était en réalité notre objectif. Et, personnellement, la présence de cette force étrangère ne nous ai pas indifférente».

Plusieurs personnalités ont pris part à cet événement, notamment des élus, des notabilités et des leaders religieux de la Commune I du district de Bamako.

 

Sory Diakité, Stagiaire

LE MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *