Prison centrale : Des matelas offerts aux détenus

Les autorités judiciaires maliennes sont en train de tout mettre en œuvre pour respecter les droits des détenus. C’est dans ce cadre qu’elles viennent d’offrir aux pensionnaires de la maison centrale d’arrêt de Bamako des matelas  pour leur permettre de passer leurs peines dans des conditions acceptables.

La nomination d’un spécialiste en science pénitentiaire, comme régisseur de la maison centrale d’arrêt de Bamako, en la personne du Commandant Abdoulaye Idrissa Maïga, semble accélérer le respect des droits des détenus pourtant bafoués dans un passé très récent dans cette même prison. La MCA était dans un état de délabrement total. Les caniveaux étaient bouchés, les chambres et dortoirs dégageaient des odeurs nauséabondes, les toilettes n’en parlons pas.

 prison togo voleurs bandits hommes militaires

Pour pallier à toutes ces mauvaises conditions de détention, les autorités judiciaires, à commencer par le ministre de la justice Bathily et le directeur national de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée Azer Kamaté, ont décidé de soutenir tous les projets novateurs du régisseur Maïga. En plus de la réfection de l’infirmerie et l’ensemble des toilettes de la MCA, le Commandant Abdoulaye Idrissa Maïga a demandé et obtenu, auprès de sa hiérarchie, un lot de matelas pour les détenus. Tout ce qui permet à notre pays d’avoir la considération de la communauté internationale pour son  respect des droits de l’homme.

Le diplômé de l’université Paris Panthéon en science pénitentiaire a également initié des journées de salubrité à la MCA. Ces journées, qui font d’ailleurs tâche d’huile, sont soutenues par le comité international de la Croix rouge (CICR) qui vient en appui avec des spécialistes de la désinfection et du traitement des chambres et des dons en détergents, savons, pâtes dentifrices, au bénéfice des détenus.

A tous ces résultats encourageants, s’ajoute le projet biogaz qui permettra,  sans nul doute,  à la prison centrale d’économiser plus de 600 000 FCFA qu’elle mobilise dans l’achat du bois, note le lieutenant Lassana Goïta, contrôleur des services pénitentiaires.

Bassidiki Touré    

SOURCE: Le Guido
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *