Prévision de forte chaleur en 2021 : EDM-SA interpellée

Selon un responsable des services météorologiques du Mali, 2021  risque d’être l’année la plus chaude au Mali. Elle pourrait dépassée celles de 2016 et 2020, qui ont été  toutes les plus chaudes depuis 140 ans. Face à cette prévision, Energie du Mali est plus que jamais interpellée à anticiper d’éventuelles coupures de courant.

 

Au Mali, en particulier à Bamako, d’ordinaire la période de décembre à janvier voire début février,  le thermomètre affiche une température maximale comprise entre 25 et 30 °C.

La période de décembre et début janvier 2021 est en train de battre le record, « plus chaude ». En effet, ces deux mois sont connus pour être des moments de fraîcheur pendant la nuit et relativement chaude la journée. Cette semaine, la température prévue est de 37°C.

Mais ces temps-ci, les habitudes ont changé à cause de la chaleur. Il n’est pas rare de voir beaucoup de gens, en ces temps supposés froids, mettre en marche leurs ventilateurs ou climatiseurs. Toute chose qui n’était pas observable, il y a 3 ans.

Un responsable des services météorologiques du Mali explique que la chaleur qui est en train de s’installer « précocement » est due au changement climatique.  « On est parti pour une année chaude», souligne le prévisionniste. Pour lui, avec le changement climatique, « les années se suivent, mais ne se ressembleront plus ».

Se basant sur les résultats de certaines recherches scientifiques britanniques, le prévisionniste avance que « les cinq prochaines années pourraient être les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde ». L’étude évoque un risque que la  Terre atteigne un réchauffement de +1,5 °C d’ici 2024.

Dans des prévisions qui étudient les tendances climatiques des dix prochaines années, le  Met Office, affirme-t-il, estime que « pour chaque année de 2020 et 2024, la température devrait être 1,06 à 1,62 °C plus élevée que la normale ». 2016 a été, pour l’instant, l’année la plus chaude jamais enregistrée. Ce record pourrait être « probablement » battu pendant cette période.

« Les dernières prévisions sur cinq ans suggèrent une poursuite du réchauffement, en concordance avec les niveaux élevés de gaz à effet de serre », explique le prévisionniste Doug Smith. Ces prévisions comportent des incertitudes.

 

Anticiper les coupures  

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement publié en 2020, le monde doit réduire la production d’énergies fossiles de 6% par an d’ici 2030 pour espérer limiter le réchauffement à +1,5 °C. Mais les prévisions tablent sur une hausse. La chaleur la plus remarquable a été observée en 2020 après 2016.

Qui parle de chaleur, fait allusion à la consommation accentuée de l’électricité. Puisque l’alerte est donnée par les prévisionnistes de la météo, il revient à Energie du Mali de prendre le devant, de faire en sorte que nous ne tombions pas dans les mêmes situations de coupures intempestives de courant comme les années passées.

EDM-SA a cette mauvaise habitude d’attendre la période de grande chaleur pour se lancer soit dans les révisions de ses groupes électrogènes ou de son réseau électrique qu’elle dit « de faible capacité ». Or, pour une structure qui a souci du mieux être de ses abonnés, il n’est pas décent d’attendre que les eaux des barrages tarissent, ou que les pannes se multiplient au niveau des centrales pour faire des communiqués laconiques « …de regret de constater  que…».

Il faut dire d’ailleurs que les coupures de courant ont déjà commencé. En début de semaine dernière, des coupures sont intervenues nuitamment plusieurs fois et dans plusieurs quartiers de Bamako et environs. C’est ça qu’il faut éviter en prenant des mesures préventives.

Autrement dit, la direction de EDM-SA doit faire preuve d’anticipation pour que les populations ; notamment les personnes malades ne souffrent pas de la grande chaleur qui va s’installer.

Djibril Diallo

Source : Arc en Ciel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.