Préparatifs du FISo 2023: la délégation malienne lance ses activités

La 7ème édition du Festival International Soninké (FISo) se tiendra du 22 au 26 février 2023 Nouakchott (Mauritanie) comme précédemment annoncé. Cet vénement qui sera placé sous la présidence du président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould El GHAZAOUANI, a pour thème : «Écrire notre langue et en parler pour qu’elle ne disparaisse pas ». Pour cette présente édition, Nouakchott va accueillir des festivaliers du Mali, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau, de la Guinée Conakry, de la Cote d’ivoire, du Burkina Faso, du Niger, du Nigéria, du Togo, du Gabon, du Congo Brazzaville, de l’Angola, de la Diaspora notamment de la France, Espagne, Italie, Allemagne, des USA, et de certains pays d’Asie.

Dans le cadre des préparatifs de ce rendez vous, la délégation malienne, sous l’égide de l’Association Culturelle Soninké (ACS) est à la manœuvre pour donner à l’évènement tout l’éclat qu’il mérite. Pour ce faire, ils ont procédé, ce vendredi 20 janvier 2023, au lancement officiel des activités au Centre internationale des conférences de Bamako (CICB).
Cette cérémonie était présidée par le ministre de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme, Andogoly GUINDO ; en présence du président de l’ACS, l’ancien ministre Abdramane SYLLA.
L’ancien président par intérim, Dioncounda TRAORÉ, parrain de l’événementiel, Chef de la délégation malienne pour le FISO 2023 était représenté par son épouse Mme TRAORÉ Mintou DOUCOURE.
On notait également la présence de l’ancien PM, Moussa MARA; du représentant du président de la transition, Colonel Badiallo TOURE DIAWARA, etc.
Par ailleurs, les membres de la famille fondatrice de Bamako ; les Présidents des Associations sœurs/ IrGanda; Ginna Dogon; Tapitaal Pulaaku ; Grand forum du Mandé; Niimi Présence Boa ; Bozo Kabou; Mamaala ; Kel Ansar; la communauté arabe; et toutes les associations membres de la CAPEDEM etc. étaient présents.
Au cours de cette 7e édition, il sera débattu beaucoup de thèmes sans complaisance, notamment la scolarisation de la jeune fille en milieu Soninké; l’esclavage par ascendance défis et perspectives; la question de la création de la banque de Wagadu qui aura son siège à Banjul ; le forum économique qui réunira tous les opérateurs économiques pour échanger sur les questions de développement ; et bien évidemment la commission de la Langue Soninké présidée par le Mali.
Le président de l’ACS, le Dr Abdramane SYLLA, a souligné qu’il est important de savoir que le Festival doit accorder davantage d’intérêt à la mobilisation des ressources pour le développement de nos terroirs.
Selon lui, les pays soninké sont vidés des bras valides et de l’intelligence de sa jeunesse au bénéfice des pays d’accueil; les ressources envoyées au pays sont, à 80%, destinés à la consommation.
Pour lui, il est temps d’inverser cette tendance pour le développement.
«Les cadres soninkés sont désormais tous interpellés. Ils doivent s’impliquer davantage à assister notre communauté dans l’élaboration des programmes de développement de leur suivi. Notre implication pourra aider à diminuer le flux migratoire et booster la création de richesses nationales», a-t-il déclaré.
L’Association Culturelle Soninké (ACS), selon ses responsables, a compris que la culture est le creuset de la Paix et de la Cohésion Sociale entre les peuples. Pour ce faire, elle travaille inlassablement à la prise de conscience collective de nos valeurs socio-culturelles. «Elle est consciente que la culture est l’âme du peuple, notre identité, ce qui demeure en nous lorsque l’on a tout perdu», a précisé l’ancien ministre Dr Abdramane SYLLA.
A en croire ce dernier, une langue vit parce qu’elle est parlée sinon elle meurt et avec elles, disparaissent ses imaginaires, ses contenus socio-culturels, ses contes, ses proverbes, ses sagesses, ses mythes et ses traditions.
Avant de terminer, rendre un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité, a toute notre armée avec à sa tête le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat pour leur abnégation au service de la Nation.
Dans son discours de lancement, le ministre Andogoly GUINDO, a affirmé que ce festival s’inscrit en droite ligne de la vision du Président de la Transition, Assimi GOÏTA, à savoir celle de la refondation en vue de répondre aux aspirations les plus profondes de notre peuple que sont : la paix, l’unité nationale, sa vision de faire du Mali une nation réconciliée, résolument tournée vers son destin. «L’homme doit être mis au cœur du vaste chantier de cette refondation, qui elle-même doit prendre pour socle notre culture, notre héritage commun que nous devons préserver à tout prix et valoriser», a-t-il déclaré.
Pour lui, FISo s’inscrit comme l’un des évènements majeurs de l’agenda culturel des quatre pays, à savoir : la Gambie, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.
L’occasion pour lui de saluer et féliciter toutes les Associations culturelles soninkés, à travers elle, le vaillant peuple soninké qui œuvre inlassablement pour la préservation de sa culture. «La culture c’est l’ADN du peuple, un puissant et authentique marqueur d’identité », a-t-il conclu.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : Info Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.