Pratiques coutumières néfastes : Le taux de prévalence de l’excision au Mali estimé à 85%

Les taux de prévalence de l’excision au Mali sont de 85 % chez les femmes de 15 à 49 ans et 84 % chez les filles de 0 à 14 ans, selon le ministère de la Famille, de la Promotion de la femme et de l’Enfant. Des chiffres inquiétants publiés dans le cadre de la célébration hier au Stade du 26 mars de la Journée internationale de lutte contre l’excision.

 

 excision lame

 

La journée internationale de lutte contre l’excision (6 février) placée sous le thème « Tolérance zéro aux MGF/excision : les communautés s’engagent »,      a été célébrée hier au Mali. Cette journée visait d’une manière générale à contribuer à l’abandon de la pratique des Mutilation génitale féminine (MGF/excision) sur toute étendue du territoire national.

 

 

Pour cela, elle s’est fixée des objectifs comme intensifier le plaidoyer auprès des décideurs administratifs et politiques et des partenaires techniques et financiers pour plus d’engagement en faveur de l’abandon de l’excision ; intensifier les actions de mobilisation sociale des communautés pour qu’elles s’engagent en faveur de l’abandon de l’excision et amener les médias à soutenir toutes les actions des acteurs de la communauté en faveur de l’abandon de la pratique de l’excision.

 

 

A l’échelle mondiale, le phénomène de l’excision a touché plus de 140 millions de femmes et de fille. De ce chiffre plus de 100 millions des victimes se trouvent en Afrique. Et chaque année, environ 3 millions de filles sont susceptibles d’en être victimes dans le monde si rien n’est fait.

 

 

Sur le plan national, les taux de prévalence de l’excision sont de 74,4% chez les filles de 0 à 14 ans et 89% chez les femmes de 15 à 49 ans. Les conséquences néfastes de cette pratique sont multiples et diversifiées, ce qui fait que les MGF/E sont considérées comme un réel problème de santé publique par les autorités maliennes.

Face à ces drames, les autorités maliennes  ont promis l’adoption d’une politique nationale pour l’abandon de la pratique de l’excision 2010-2014.

 

 

Youssouf Coulibaly

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *