« Pour vaincre la mafia des terroristes, les jeunes se sont engagés en masse parmi les bérets noirs »

Le temps de la complaisance forcée et de la collaboration passive est décidément bel et bien révolu ! Au cours des deux derniers mois, un nombre impressionnant de jeunes Maliens s’est engagé dans les forces de sécurité. Plusieurs milliers d’élèves-policiers, âgés de 18 à 25 ans, ont simultanément été recrutés pour combattre l’insécurité rampante engendrée par les narcoterroristes sous couvert d’un fanatisme religieux importé de l’étranger : une première au Mali !

libre expression edito exprime

Le Mali trouvera-t-il son salut grâce à ses jeunes ? C’est ce que laisse à penser cette démarche d’engagement volontaire en masse de jeunes Maliens dans les forces de sécurité nationales, avec pour ambition de défendre le pays et de vaincre définitivement les terroristes-trafiquants de drogue.

Il n’y a pas si longtemps que cela, il restait encore compliqué pour tout un chacun d’agir concrètement contre le cancer du narco-terrorisme fanatisé qui s’est métastasé au Mali.

Le ras-le-bol général des citoyens, de plus en plus miséreux du fait de la crise, a pourtant progressivement mais sûrement pris le pas sur l’incertitude et la peur. Nous avons ainsi commencé par voir se multiplier les dénonciations, par des patriotes, d’activités d’extrémistes aux forces de sécurité. Ces actes courageux ont permis de déjouer grand nombre de méfaits et de tueries. Rendons hommage à ces patriotes.

Certes, rien ne peut être exigé de ces jeunes, à qui nous n’avons pu offrir depuis longtemps ni protection, ni travail, ni vie décente. Ce serait à eux de demander des comptes aux plus vieux sur ce que le Mali est devenu : un pays perdu aux influences dévastatrices d’un islam intolérant. Pour autant, tout reste à attendre d’eux. Droit debout face aux terroristes, fièrement coiffés du béret noir et porteurs de valeurs fondamentales que les vieux n’ont pas su respecter, ce sont eux qui permettront au Mali de retrouver la prospérité et la sérénité d’antan. Celles qu’ils n’ont même pas connues.

Pour les autres, ceux qui n’ont pas rejoint les rangs des la police, d’autres formes d’engagement sont bien sûr possibles : alors que l’on parle beaucoup cette semaine d’autorités intérimaires et de collectivités territoriales, je veux rappeler aux jeunes, comme aux femmes, que les Accords pour la Paix et la Réconciliation au Mali prévoient une ouverture du Haut Conseil des Collectivités en leur direction.

Je veux vous dire à vous, les jeunes, qu’il est essentiel que vous vous appropriiez toutes ces instances et y envoyiez vos meilleurs représentants. Aucun de ces vieux terroristes ne pourra affronter votre vigueur et la force de votre engagement.

Mamadou Maïga

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *