Police nationale: Le SAP monte au créneau pour la défense des droits des policiers

Après une période de silence et de mise en oeuvre de sa nouvelle stratégie de lutte pour l’intérêt de la police nationale, le Syndicat Autonome de la Police (SAP) signe son retour sur le devant de la scène avec de nouveaux dossiers et de nouvelles revendications.


C’était ce Samedi 04 Janvier 2020 dans les locaux du Carrefour des Jeunes de Bamako en présence des militants, militantes et symphatisants du Syndicat Autonome de la Police, des policiers ex-combattants et du collectif des diplomés de la police.
Pour ce retour au devant de la scène syndicale, trois points étaient à l’ordre du jour : La situation des policiers ex combattants, le cas du collectif des diplômés de la police et la question relative au traitement illegal entre les différentes brigades spéciales de la police.
« Les ex combattants policiers sont des Maliens comme nous tous et ils doivent bénéficier des mêmes avantages que les autres ». C’est en ces termes que le secrétaire général du Syndicat Autonome de la Police (SAP) l’adjudant Souleymane Sanogo a planté le decors de cette conférence de presse qui a été une tribune pour le Syndicat Autonome de la Police (SAP) dirigé par le sergent chef Bougouna Baba Dembélé de toucher à toutes les questions relatives à la police.
Pour le conferencier, l’adjudant Souleymane Sanogo, il est aujourd’hui urgent de corriger cette injustice dont sont victimes les policiers ex combattants. S’agissant du cas des diplômés de la police, Sidi Konaré du collectif des diplômés de la police dira qu’ils sont victimes de traitement discriminatoire de la part des autorités. « Nous sommes laissés à notre triste sort et cela sans aucune réaction des autorités », a-t-il martelé.
Et d’ajouter que « Nous sommes tous policiers, fils de ce pays, nous demandons au gouvernement de réparer l’injustice conformément aux texte ».
Pour ce qui est de la question épineuse des primes aux sein des unités spéciales de la police, l’adjudant Souleymane Sanogo dira que pour plus d’équité, de transparence et de sincérité, les autorités du pays doivent harmoniser les primes, car les policiers des unités spéciales, courent le même risque et il est vraiment frustrant de constater au niveau des traitements une disparité qui ne dit pas son nom. L’adjudant Souleymane Sanogo a aussi touché du doigt les conditions de travail des regisseurs dans les commissariats.
Pour ce faire enttendre, dans les jours à venir, le Syndicat Autonome de la Police ( SAP) envigage d’organiser plusieurs actions.

Mohamed Kanouté

Mali24.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *