Police malienne en ébullition : Le départ du Dg Hamidou Kansaye réclamé

 Le Syndicat national de la Compagnie de circulation Routière (Ccr) et celui du Groupement mobile  de sécurité(Gms) ont tenu une Assemblée générale extraordinaire le 17 mai dernier, au cours de laquelle ils ont réclamé le départ du Directeur général de la police, Hamidou Kansaye

 police nationale agents securite

Avant de commencer l’Assemblée générale, les deux syndicats ont observé des heures de deuil en mémoire de l’ensemble de nos forces armées et de sécurité tombées sur le champ de l’honneur, en général et des policiers, en particulier. Ils étaient plus de 500 policiers à participer à ce deuil de 6 heures à 8 heures. Occasion pour le secrétaire général adjoint du syndicat du Groupement mobile de sécurité (Gms), le  Sergent Haï Dramé, d’expliquer à ses camarades que leur  chef Sékou Siraman Diarra est actuellement détenu à Kidal par les groupes armés. «Nous avons pu rentrer en contact avec certains de nos éléments en détention, qui nous ont fait savoir que les groupes rebelles veulent qu’ils soient échangés avec les combattants rebelles en détention à Bamako», a-t-il indiqué.

Il a aussi rappelé que dans le cadre du voyage du Premier ministre Moussa Mara à Kidal, 30 de leurs éléments se sont déplacés avec la délégation, pour rejoindre une centaine de policiers qui étaient déjà en poste à Kidal. Le Secrétaire général adjoint du Gms  a également déploré le fait que leurs camarades aient été amenés les bras ballants, sans la moindre arme, et qu’ils n’avaient que leur bâton. «Nous avons appris le métier des armes ; le minimum, c’était de les doter en gilets par balles, et des armes, chose  qui n’a pas été faite. Nous pensons que nos éléments ont été livrés.

Nous décrions aussi la gestion calamiteuse du dossier de nos camarades par l’administration de la police : elle reste inactive face à leur cas. C’est sur notre initiative qu’une commission a été mise en place pour gérer ce dossier et soulager les familles des victimes et des otages. L’administration ne s’est jamais souciée de leur cas. C’est nous-mêmes qui avons collecté des fonds pour aller essayer de soulager les familles des victimes. Nous demandons simplement la démission du Directeur général de la police pour incompétence», a-t-il fait savoir. Pour le Sergent de police Aboubacar Keïta, Secrétaire général de la Compagnie circulation routière (Ccr) du Gms, la tenue de cette Assemblée générale est un cri de cœur des policiers à l’endroit de nos autorités, en général et celles de la police, en particulier. Il dit décrier la gestion du dossier de leurs camarades restés à Kidal, sans la moindre assistance. Il a estimé que malgré le fait que leurs camarades ne soient pas armés, ils se sont battus comme ils pouvaient, avant d’enregistrer des pertes, des blessés, et une vingtaine d’entre eux sont faits prisonniers par les groupes armés. Mais, précise-t-il, il ne saurait dire le bilan exact de leurs pertes et blessés. Pour lui, ce fut une fierté pour la police d’avoir participé aux opérations de Kidal. Ce qui leur fait mal, c’est la gestion de ce dossier par la Direction générale de la police. Celle-ci semble ne point se soucier de leurs camarades en difficulté et des familles endeuillées.

À  l’en croire, aucune commission de crise n’a été mise en place par la Direction  générale pour pouvoir gérer les cas sociaux des familles victimes. «Nos camarades qui ont pu s’échapper de Kidal pour Gao, ne sont dans aucune condition. Je salue  l’initiative du ministre qui a donné un million à 12 policiers qui sont venus de Gao. Ce qui est gênant, c’est que ceux qui sont venus après, n’ont rien eu comme sous, alors qu’ils ont tout perdu sur le théâtre des opérations», a souligné M. Keïta.

Il a aussi  déploré le fait qu’aucune de nos autorités ne se soit pas rendue chez les familles des victimes policières, à part  un seul policier. «Le Directeur général de la police ne s’est pas rendu chez aucune des victimes. Seul, le syndicat s’est battu pour soulager les souffrances des familles», a fait savoir le Sergent Keïta. Avant de conclure : «Le Directeur général devait en ces moments difficiles se comporter comme le père de tous les policiers. Mais hélas, il s’en fout des policiers. Pour cela, nous demandons qu’il soit dans un très bref délai remplacé par un autre, qui se souciera du devenir des policiers maliens».

Drissa Tiéné avec Baobabpresse 

SOURCE: Le Débat
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.