Personnes handicapées visuelles: PLAIDOYER POUR UNE INSERTION SOCIOPROFESSIONNELLE

« La problématique de l’insertion socioprofessionnelle des personnes diplômées handicapées : Cas des personnes handicapées visuelles » était au centre d’une journée de réflexion et de plaidoyer, hier, au siège de l’Union malienne des aveugles (UMAV), à Faladiè.

umav aveugle non voyants yeux

Objectifs de l’atelier ? Faciliter l’insertion socioprofessionnelle et économique des personnes handicapées en général et des personnes handicapées visuelles en particulier et rappeler à l’Etat ses engagements internationaux. Il s’agissait aussi de permettre à l’opinion nationale et internationale de mieux connaitre les raisons qui doivent pousser l’Etat à recruter plus de personnes handicapées dans la Fonction publique, de relancer le processus de recrutement des personnes handicapées et de plaider pour l’augmentation du taux de recrutement des personnes handicapées à la Fonction publique de l’Etat et des collectivités.

Les participants, en majorité handicapés visuels ont été repartis en deux groupes de travaux. Le point des acquis législatifs et réglementaires du recrutement spécial des personnes handicapées, l’écart entre les personnes handicapées visuelles recrutées et les autres handicapés, l’identification des obstacles qui se posent à l’insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées diplômées, les propositions de solutions pertinentes pour lever les obstacles identifiés et une stratégie de communication, de plaidoyer et de lobbying pouvant faciliter l’insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées diplômées étaient les thèmes discutés dans les groupes de travaux.

« En dépit de la ratification par notre pays de nombreux textes se rapportant à l’insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées, l’emploi de cette catégorie reste toujours un vrai problème », a constaté le président du Collectif des diplômés malvoyants et non-voyants, Drissa Diarra.

En 2012, les personnes handicapées avaient bénéficié d’un recrutement spécial. « Ce droit a connu un ralentissement dû à la mauvaise interprétation des textes par les autorités chargées de sa mise en œuvre », a déploré Drissa Diarra qui a révélé que le nombre de handicapés visuels chercheurs d’emplois a été multiplié par 50 en 5 ans.

L’ouverture des travaux a été présidée par le président de l’UMAV, Moumini Diarra. Organisé par l’UMAV en collaboration avec l’Ong internationale « Sight Savers Mali-Guinée», l’atelier a regroupé une trentaine de participants comprenant les représentants des directions nationales de la Fonction publique et de l’Emploi.

Les jeunes diplômés handicapés visuels, les représentants de la Fédération malienne des associations des personnes handicapées (FEMAPH), de l’Etat et du forum des Ong internationales étaient aussi présents.

S. Y. WAGUE

 

Source :L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *