Opérations de soutien à la paix : LES JOURNALISTES PRENNENT DU BAGAGE

L’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye a organisé du 5 au 9 octobre derniers deux stages sur les droits de l’homme et les connaissances fondamentales sur les opérations de maintien de la paix au profit des journalistes.

ecole maintien paix alioune blondin beye universitaireLes cérémonies d’ouverture et de clôture de ces sessions ont eu lieu la semaine dernière dans l’amphithéâtre de la structure sous la présidence du directeur adjoint et directeur des études, le colonel Philipp Kleb. C’était en présence des directeurs de stage des deux groupes et des instructeurs de l’école.
Les formations sur les droits de l’homme et les connaissances fondamentales sur les opérations de maintien de la paix ont été organisées à l’initiative du général Moussa Sinko Coulibaly, le directeur général de l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye.
Le premier stage, entièrement financé par notre pays, était consacré aux connaissances fondamentales sur les opérations de soutien à la paix. Il a regroupé 67 journalistes de différents organes privés et publics. Au cours de la formation, quatre modules ont été présentés : l’introduction au maintien de la paix des Nations unies, l’établissement et l’opérationnalisation des mandats du Conseil de sécurité de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix, les normes juridiques internationales et le rôle du maintien de la paix dans la protection des droits de l’homme, des civils, des femmes et des enfants et enfin le respect de la déontologie.
Le deuxième stage, financé par la Suisse, portait sur les droits de l’homme dans les opérations de soutien à la paix. Il a regroupé 24 stagiaires militaires, de la police, de la protection civile et des civils. Au total, 11 nationalités étaient représentées dans ce stage. Ces pays sont le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo Brazzaville, la RD Congo, le Niger, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo et le Mali. La session s’inscrivait dans la dynamique de formation des soldats de la paix aux rudiments des droits humains en vue de leur bonne application. Cette formation a pris en compte plusieurs thèmes parmi lesquels l’introduction aux droits de l’homme, la protection des personnes en mouvement, en monitoring et rapportage des violations des droits de l’homme et la justice transitionnelle.
Selon Faraban Sangaré qui dirigeait le stage du groupe 1, les connaissances fondamentales sur les opérations de soutien de la paix sont un cours destiné à fournir une connaissance de base au personnel civil, militaire ou policier qui ne dispose que d’une expérience limitée dans le domaine des opérations de paix. Il a aussi rappelé que la protection et la promotion des droits de l’homme sont des éléments clés de toute la gamme d’activités de paix et de sécurité : la prévention des conflits, le rétablissement de la paix, l’imposition de la paix, le maintien et la consolidation de la paix. Il a remercié les stagiaires pour leur disponibilité et leur professionnalisme tout au long de l’exercice et les a exhortés à jouer pleinement leur rôle de partenaires incontournables dans tout processus de sortie de crise. Pour Faraban Sangaré, les médias doivent sensibiliser pour promouvoir la culture d’une coexistence pacifique dans le respect des droits de l’homme, garant d’une paix et d’une sécurité solide, durable et équitable.
Le directeur adjoint de l’école, Philipp Kleb, a assuré que tant qu’il y aura des opérations de maintien de la paix sur le continent et dans le monde, sa structure continuera à former des soldats engagés pour la recherche de la paix et de la sécurité dans le monde. Il a noté que les milliards dépensés dans les opérations de soutien à la paix pourraient servir à financer le développement socio-économique du continent s’il y avait la paix partout. Phillip Kleb a assuré que l’école continuera sur sa lancée car c’est un combat noble et que tout est mis en œuvre pour que la paix soit une réalité en Afrique. Pour la continuité des efforts de l’école, le colonel Kleb a indiqué que d’autres acteurs de la société sont ciblés pour suivre la même formation sur les opérations de maintien de la paix. A noter que c’est la première fois que l’établissement organise une formation entièrement dédiée aux journalistes sur les opérations de soutien à la paix.

Abdoul K. COULIBALY

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *