Opération de contrôle d’engins à deux roues à Bamako : DOUBLEMENT BENEFIQUE

d’informatiser un système de recouvrement de ses équipements marchands. Hamady Diallo, l’un des responsables du bureau du service informatique de la mairie, juge que c’est ce système qui manquait à sa structure pour aider à démanteler les réseaux de fabrication de fausses vignettes. Dans ce cadre, la mairie du District a écrit au commandant de la circulation routière, Idrissa Sangaré, pour lui demander de l’appuyer dans une opération de contrôle des vignettes d’engins à deux roues. Une vaste opération a ainsi été déclenchée dans ce sens hier.

 motos fourriere mali vie mal vie aci 2000 hamdallaye

Lancée depuis 6h30, l’opération s’est concentrée sur deux postes : les entrées des ponts des Martyrs à Badalabougou et Fahd au Quartier-Mali. Le commissaire Idrissa Sangaré avait dépêché 5 agents sur chaque site pour assister les hommes de la mairie du District.

Ces  policiers spécifiquement désignés pour l’opération n’avaient rien à voir avec les autres agents de la compagnie chargés de la  fluidité de la circulation à Bamako. Au passage de notre équipe de reportage vers midi, le nombre de motos saisies était estimé à plusieurs centaines.

Le gros du lot a été saisi par l’équipe de l’adjudant-chef Tahirou Cissé. Ces motos regroupées à Badalabougou étaient, au fur et à mesure, acheminées au Groupement mobile de sécurité (GMS) dans des camions réquisitionnés par la mairie du District.

Pour Moussa Sangaré, contrôleur de la Brigade urbaine pour la protection de l’environnement, l’opération a été une grande réussite. Elle a permis non seulement de déceler beaucoup de personnes ne possédant pas la vignette 2014, mais également de débusquer une quantité importante de fausses vignettes ne comportant pas les mêmes caractéristiques que celles conçues à la mairie du District de Bamako.

Il y a aussi le cas des vignettes émises pour servir à Kati mais qui sont utilisées à Bamako. Pour ces cas, l’agent de la circulation vérifie la conformité de la vignette avec la pièce d’identité du propriétaire. Les titulaires de fausses, vignettes sont mis à la disposition d’une unité d’enquête. Les contrevenants, pour enlever leur engin, doivent payer le double  de la valeur de la vignette (12 000 Fcfa) plus 3000 Fcfa pour sa non présentation.

Après cette opération réussie, la mairie du District ne sera-t-elle pas tentée de l’élargir ? Nos interlocuteurs n’ont pas voulu dévoiler leurs plans.

S. DOUMBIA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.