Nouveau marché de Médine ou Soukounicoura : Un réel danger pour la santé publique

Constat très inquiétant !. Le nouveau  marché de Medine ou soukounicoura de Bamako est un réel danger pour la santé publique.

emballage marche vendeur ambulant

La reconstruction de ce marché doit être une priorité.   Le marché  est un lieu par excellence de vente d’aliments. Ces aliments doivent être dans des conditions hygiéniques idoines.  Cela  pour garantir la santé des consommateurs. Au marché de medine, l’insalubrité saute à l’oeil. De nos jours, le marché de soukounicoura est un lieu où l’air est pollué  et où  les aliments son impropres à la consommation. En effet dans ce marché les aliments sont à même le sol en contact avec les eaux de ruissellement. Les ordures, les eaux souillées occupent un espace de plus en plus grand avec son lot de mouches, de moustiques et de cafard. Le tout couronné avec une odeur dégoutante.  Soukounicoura est un lieu très prisé par les Bamakoises et les villes environnantes dans le cadre de l’approvisionnement en denrée de première nécessité. Afin de préserver la  santé publique, les autorités doivent prendre des mesures idoines pour assainir voire reconstruire ce marché. Selon certaines sources, la mairie du district  avait initié un projet de reconstruction du marché. ” Nous voulons la reconstruction de ce marché. Seulement une partie des commerçants n’a pas eu de compromis  avec la mairie du district ” affirme Madou Kanté commerçant.

En tout cas, les autorités du district et le syndicat des commerçants sont plus que jamais interpellés pour trouver un compromis. Car la modernisation de ce marché  est aujourd’hui une question de santé publique. Moussa BOUARÉ

ORGANISATION DU FORUM « INVEST IN MALI » : Le ministre Konimba Sidibé met la charrue avant les bœufs

Le Mali s’apprête à tenir un forum sur l’investissement du 07 au 08 décembre prochain à Bamako. Si l’initiative est jugée salutaire par certains, force est de reconnaitre que cet évènement se tiendra à un moment où l’insécurité bat son plein au pays. Ce qui amène les citoyens maliens à poser la question sur l’opportunité de tenir un tel forum.  Pour eux, le ministre des Investissements et du Secteur Privé Konimba Sidibé met la charrue avant les bœufs.  

Notre pays n’a pas pu juguler l’insécurité. Malgré le discours tenu par les gouvernants sur la maitrise de la situation sécuritaire se dégrade de jour en jour. Des attaques terroristes par-là, des enlèvements par ci. Bref, le  Mali est devenu un Far West pour les terroristes qui écument en tout lieu et à tout moment. Les populations désemparées ne savent à quel saint se vouer tant l’insécurité devient grandissante au pays. L’Etat semble atteindre ses limites face aux montées du terrorisme et de l’intégrisme religieux.

C’est le moment choisi par le ministre des Investissements et du Secteur Privé, Konimba Sidibé pour organiser un forum sur l’investissement faisant fi de l’insécurité.  Ce qui amène des citoyens à dire que le régime IBK est déphasage total avec son peuple. Sinon, il allait juguler la crise sécuritaire d’abord de tenir un tel  forum.

Curieusement, le ministre Sidibé est aidé en la tenue de ce forum par certains agents de l’Etat. C’est le cas de Moussa Ismaïla Touré, Directeur Général d’API-Mali se félicitait du climat actuel des affaires au pays. À ce propos, il disait ceci : « Ces dernières années, malgré la crise que le Mali a traversée, le classement Doing Business a démontré que le Mali continue à améliorer le climat des Affaires. Avec toutes ces avancées, nous avons entrepris  des réformes pour faciliter la création d’entreprise ».

Nonobstant la crise, on veut organiser un forum sur l’investissement afin d’attirer au pays des investisseurs. On veut mettre les charrues avant les bœufs, disent des citoyens opposés à la tenue de ce forum. Pour ces personnes, la priorité réside dans la sécurisation du pays. Car, personne ne prendra le risque d’investir dans un pays en insécurité. Faire fi de celle-ci (insécurité), c’est refuser de voir la réalité en face. Le Mali vit une situation exceptionnelle qui ne se prête pas à l’investissement. Les autorités doivent reconnaitre cet état de fait et se tourner dans la lutte contre l’insécurité.

Les autorités affirment que  500 investisseurs sont attendus à Bamako. Une autre diversion. Nous ne leurrons pas  la destination Mali n’est pas prisée par l’extérieur. L’insécurité étant la cause principale. Tant que ce problème n’est résolu, nous réussirons difficilement des investisseurs étrangers dans nos murs. Les autorités doivent accepter cette réalité d’en face. C’est à ce prix que nous pourrons sortir de l’ornière. IBK et son  gouvernement sont avertis.

 Alfred           

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *