NBB : Des travailleurs avisés de leur licenciement juste à la veille

Ce n’est pas gai de se retrouver à la place des travailleurs de la société NBB de Mandiou Simpara. Des chefs de famille licenciés sans préavis et sans lettre n’ont que leurs yeux pour pleurer.

 

C’est seulement à 4 jours que les travailleurs de l’usine de Mandiou Simpara ont été informés de leur licenciement. Le 30 novembre une note de service a été faite pour informer les travailleurs d’une assemblée générale devant se tenir le 1er décembre. Au cours de cette assemblée, ils ont fait cas de la nécessité de licencier pour crise économique. Aussi, les travailleurs ont fait savoir aux responsables de la société que si NBB a aujourd’hui une force, à savoir son implantation dans d’autres pays, c’est sans doute grâce aux efforts consentis par les travailleurs de Bamako. Une manière de leur faire savoir que le licenciement n’est pas nécessaire. Sans aller en profondeur de la question de licenciement qui est de savoir qui sont ceux qui seront licenciés, les responsables ont, une semaine après, affiché une liste des travailleurs licenciés.

La première grosse erreur des responsables de NBB est le fait de ne pas envoyer de préavis à leurs travailleurs. Une faute grave qui risque de tourner en leur défaveur si jamais les victimes décidaient de porter plainte. Une autre chose qui risque de pousser les travailleurs à porter plainte est le fait que beaucoup d’entre eux avaient des contrats à durée indéterminée. Ce a poussé certains à prendre des prêts auprès des banques de la place.  C’est donc un autre front qui s’ouvre entre les licenciés et les établissements bancaires qui vont attendre les fins du mois pour être en possession de leurs dus, qui va tarder à venir. Pis, lorsqu’ils ont été contraint d’arrêter le travail le 11 décembre, les responsables n’ont pas voulu donner le salaire du mois comme prétexte qu’ils n’ont travaillé que quelques jours.

La question qui est sur toutes les lèvres est de savoir comment le richissime Mandiou Simpara arrive à flouer le droit des travailleurs. Lui qui est reconnu comme étant cette personne au cœur sensible et qui vient au chevet de sa population au quotidien. Que s’est-il passé donc ? Est-ce la grève de certains travailleurs qui avaient demandé une augmentation de salaire qui a provoqué toute cette situation ? En attendant de voir clair et de savoir sur les réelles motivations de ce licenciement, les chefs de familles attendent désespérément leur sort. Même si certains sont motivés à porter plaintes, d’autres préfèrent laisser à Dieu, car disent-ils, la justice divine existe toujours. Ces derniers croient mordicus qu’ils ont été licenciés et remplacés par des proches de la famille de Mandiou Simpara.

Affaire à suivre !

Source : 223 Infos

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *