Nara: des résultats appréciables du PRODEZEM

Réhabilitation de quatre périmètres pastoraux et la création de trois nouveaux ; la mise en place d’un réseau de santé animale de proximité, constitué par cinq cabinets vétérinaires ruraux ; la mise en place d’un réseau de onze banques d’aliment bétail (BAB) ; la construction des infrastructures communautaires d’élevage (marché à bétail, parcs de vaccination, aires d’abattage et de séchage, de boucheries, de laiterie), voilà entre autres quelques réalisations du PRODEZEM dans le cercle de Nara. Des résultats tangibles et visibles sur le terrain qui ont été appréciés les acteurs et les principaux bénéficiaires.

nara ville region

La mise en ouvre de la première phase du Projet d’appui au développement de l’élevage du Zébu Maure (PRODEZEM) dans le Cercle de Nara qui vient d’être bouclé a abouti à des résultats forts encourageants dans les domaines contribuant à la promotion de la race Zébu Maure et ce, malgré les aléas néfastes dans la zone d’intervention. Avec ses cinq composantes déclinées en résultat, le PODEZEM, Cofinancé à hauteur de plus de 5 milliards de FCFA, avait comme objectif de renforcer la sécurité alimentaire et de lutter contre la pauvreté dans le cercle de Nara ; d’améliorer la productivité des systèmes d’élevage grâce à l’amélioration des conditions d’élevage et à la sélection des Zébus maures ; d’améliorer l’accès aux ressources pastorales dans les cinq communes du cercle ; d’améliorer la gestion technique des élevages traditionnels ; d’organiser la commercialisation des productions de l’élevage et d’améliorer les capacités des acteurs institutionnels locaux à collaborer pour appuyer le développement de l’élevage.
Après cinq ans de mise en œuvre, cette première phase, au regard de grandes actions réalisées dans sa zone d’intervention, a été considéré par les acteurs et les principaux bénéficiaires comme un franc succès. Des résultats tangibles et palpables qui ont été appréciés sur le terrain à la faveur de la première édition de la journée du ZEBU MAURE à Nara dont l’objectif était de rendre visible non seulement l’intervention du ministère de l’Elevage et de la pêche dans le cercle de Nara à travers les multiples réalisations du PRODEZEM, mais aussi et surtout de créer une saine émulation entre les éleveurs, acteurs terrain du projet.
Une visite de terrain qui a été l’occasion pour les responsables du département de tutelle, du projet et le représentant du Gouverneur de Koulikoro d’apprécier à sa juste valeur les réalisations effectuées en faveur des bénéficiaires du projet.
Au nombre de ces résultats : la réhabilitation de quatre périmètres pastoraux et la construction de trois nouveaux dont deux à Galo et Gringalé peulh dans la commune de Niamana. Des réalisations qui ont eu comme effet d’augmenter leur durée d’exploitation passant de 60-90 jours à 240 jours avec une capacité d’abreuvement de plus de 4000 têtes / jour. Aussi, ces ouvrages ont-elles permis une stabilisation des troupeaux et par conséquent une réduction relative du déplacement des troupeaux vers les zones agricoles.
La délimitation, le bornage des périmètres pastoraux ainsi que la réalisation des pare feux autour de ces périmètres, ont permis de les sécuriser.
Par ailleurs, la mise à disposition de l’eau potable aux populations a délivré les femmes desdites zones des corvées d’eau à des distances très éloignées de leurs domiciles. En fonction des localités, des femmes ont saisi cette opportunité pour s’adonner à des activités génératrices de revenus tels le tissage de nattes observées à Gringalè Peulh.
En outres, les campagnes de sensibilisation, d’information et d’éducation de l’équipe du projet ainsi que la création des brigades anti feu ont contribué à réduire significativement les feux de brousse de 180 000 ha (en 2010) à seulement 8 000 ha (en 2015). Ce qui a permis de préserver le maximum de ressources fourragères pendant une bonne période de l’année.
S’y ajoute les travaux de récupération de 1000 ha de sols dégradés ayant consisté en des actions d’amélioration de la couverture végétale (arbustive et herbacée). Ce couvert végétal constitue un frein naturel à l’érosion hydrique et améliore l’infiltration des eaux de surface dans le sol pour alimenter les nappes phréatiques et aquifères. Ce sont ces eaux souterraines qui alimentent les puits et les forages pour l’abreuvement des troupeaux.
Autres acquis du projet : la mise en place d’un réseau de santé animale de proximité, constitué par cinq cabinets vétérinaires ruraux, de 40 éleveurs relais et un carde formel de concertations où tous les acteurs de la santé animale dans le cercle ont leur place. Ces cabinets sont gérés par des promoteurs privés, détenteurs de mandats sanitaires, délivrés par l’Etat.
A cela s’ajoute la mise en place d’un réseau de onze banques d’aliment bétail (BAB) équipées, régulièrement approvisionnées et entièrement gérées par les éleveurs, au sein d’une coordination. Toute chose qui a contribué à réduire considérablement les effets néfastes de la période de soudure sur les animaux et limiter les spéculations sur les intrants.
Des appuis aux filières lait et bétail/viande ont contribué à l’émergence de six groupements de femmes transformatrices de lait cru local, organisés en sociétés coopératives simplifiées. Entre 2015 et 2016, ces femmes collectent et transforment environ 11 000 litres de lait pour une valeur marchande de plus de 11 millions de francs CFA.
Aussi, la construction des infrastructures communautaires d’élevage (marché à bétail, parcs de vaccination, aires d’abattage et de séchage, de boucheries, de laiterie) a significativement amélioré la santé animale, l’hygiène et commercialisation des produits d’élevage.
Pour ce qui concerne le programme de « Sélection et de préservation du zébu maure » en milieu ouvert, l’équipe du projet a identifié soixante-dix éleveurs sélectionneurs volontaires (dont quatre femmes) lesquels ont été organisés en union, une stratégie nationale de gestion des ressources génétiques animales et d’amélioration génétique ainsi qu’un répertoire des races animales du Mali ont été élaborés et validés. Sans oublier l’acquisition d’un camion bétaillère de 40 tonnes au prix de 140 millions de Fcfa (hors taxe).
De révélations faites par certains bénéficiaires issus de ménages vulnérables, l’appui à eux apportés (noyau en petits ruminants, ânes et charrette à traction asine) par le projet dirigé par Alpha Gouro DIALL, leur a permis d’émerger et de sortir de l’extrême pauvreté.
Mêmes reconnaissances à Galo et Gringalé peulh dont les chefs de villages respectifs ont remercié le projet pour avoir « renouveler leur vie » à travers la construction et l’équipement des périmètres pastoraux dans leurs localités où l’eau à une époque encore assez récente était pour eux une denrée très rare.
En tout cas, les bénéficiaires ainsi que le représentant du gouverneur de la région de Koulikoro ont témoigné sur les multiples contributions apportées par le Projet PRODEZEM dans la région, en général, et dans leurs localités, en particulier. Ils ont aussi attesté des résultats accomplis dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire et l’amélioration de l’élevage.
Le représentant du gouverneur a salué les partenaires belges pour les résultats enregistrés tout en se réjouissant de l’annonce du nouveau projet qui débutera dans la région de Koulikoro au courant de ce mois de janvier.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.