MULTIPLICATION DES ARRESTATIONS SUR PLAINTE DES MAGISTRATS ME KONARE ÉVOQUE LES RAISONS LIÉES A L’IGNORANCE DE LA LOI PAR LE PEUPLE ET LE MANQUE DE COMMUNICATION DES JUGES

Suite à l’incarcération de  l’artiste Sidiki DIABATE,  deux autres personnes   qui soutiennent l’artiste   ont été  également  arrêtés. Il s’agit de l’animateur radio  vieux Blen et l’artiste comédien  Youssouf KEITA dit Petit GUIMBA.   Un  autre  animateur radio convoqué  dans le cadre  de  cette affaire  n’a pas encore répondu présent. Si Sidiki DIABATE   est  à la prison centrale pour  des faits d’agression corporelle contre sa campagne, Vieux Blin  et petit Guimba l’ont rejoints  pour  outrage à magistrat. Dans un entretien Me  Cheick Konaré tente de donner des explications sur les raisons de ces arrestations.

 

Face à cette multiplication d’arrestations  et la  lettre de mise  en garde des deux principaux syndicats des magistrats    à l’endroit de certains medias qui s’en prennent à eux,   plusieurs  observateurs parlaient de la mise en danger de la liberté d’expression au Mali. Cependant, tel ne semble pas être le cas   à en croire les propos de Me Cheick Oumar Konaré.  Invité d’une radio de la place sur la question, Me Konaré, estime que  l’une des raisons réside dans la méconnaissance de la loi  par la population. Selon lui, même des hommes instruits ignorent  souvent les textes à plus  forte raison   un peuple  à majorité   analphabète. ‘’ On peut critiquer le jugement, mais on  ne doit pas critiquer le juge’’  dira-t-il.   En réalité  explique-t-il  ‘c’est parce que les gens n’ont pas compris la démocratie  qui est instaurée depuis 1991 car la majorité d’entre nous n’est pas allée à l’école.  Deuxièmement , nos lois   sont  faites dans la langue des  blancs  , elles  s’appliquent  dans la méthode des blancs et les maliens ne comprennent pas cela  par ce que nous ne sommes  pas instruits  et nous ne sommes pas  des  blancs . Le problème est que Sidiki   a été arrêté, il a plusieurs soutiens, plusieurs fans,  certains ont decidé de l’aider. Mais   dans leur  manière de l’aider  , à savoir parler de la justice , la justice qui l’a  arrêté ,   ils ont tenu  des propos qui ont poussé le SAM et le SYLIMA à porter plainte contre eux’’.

Ce qui  semble  normal  car  la magistrature tient à son indépendance.   De l’avis de Me KONARE,  il aurait voulu que les syndicats  éduquent les populations   , notamment en leur faisant savoir  jusqu’où  devrait s’arrêter les critiques, les lignes à ne pas franchir  au risque de s’exposer à quoi que ça soit.  ‘’La Constitution malienne   confère le pouvoir de jugement aux magistrats.  Les  juges sont indépendants, les autorités sont tenues de protéger cette indépendance. Le juge ne reçoit  pas d’ordre  du Président de la République, le seule ministre qui peut  s’inviter dans leurs affaires est celui de  justice  et même là, il (le ministre de la justice) ne s’adresse qu’aux Procureurs .Certes, ils(les juges) ne sont pas aussi des gens qui  font des travaux aussi parfaits. Si vous n’êtes pas d’accord avec une décision de justice, vous pouvez   critiquer le jugement  mais vous ne pouvez pas critiquer le juge.  Vous avez  le pouvoir de faire appel si   vous  n’êtes pas d’accord   avec le  jugement. Si vous n’êtes pas encore satisfaits du jugement de    l’appel, vous partez à la Cour suprême mais vous  ne pouvez pas insulter le juge parce que  vous n’êtes pas d’accord avec la décision qu’il a rendue’’, a expliqué   Me Konaré. ‘’Les juges sont des gens  qui ne  communiquent pas beaucoup …  que vous soyez  journalistes ou autres maliens vous pouvez   contester les décisions du jugement  à travers des arguments de lois mais on ne doit pas critiquer le juge.  Il faut  de la pédagogie pour reg ler le problème ‘’, a declaré me Konaré

Par Mahamane TOURE

Source : NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.