Manifestation contre les caricatures insultantes du Prophète Mohamed : Le HCIM dans la danse ?

Selon certaines indiscrétions, le Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) s’organiserait pour manifester ce mercredi 28 octobre 2020 contre les caricatures insultantes du Prophète Mohamed et portant atteinte délibérée à l’islam et ses symboles.

 

L’information fait la Une des réseaux sociaux, notamment Facebook où Abdoulaye Tiémoko Sanogo précise : « Le Haut Conseil islamique du Mali a tenu une réunion d’urgence cet après-midi (lundi 26 octobre 2020) à son siège sur la question des caricatures insultantes du Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, de la part du maudit raciste en France ».

L’intéressé indique des décisions prises, notamment un « appel à tous les Musulmans du Mali à se rassembler dans la Grande Mosquée de Bamako (Mosquée du Roi Faisal) après-midi, le mercredi 28/10/2020 à 14h00, pour dénoncer l’affaire et montrer la position unifiée des musulmans du Mali sur le refus catégorique de toucher au Prophète, l’Elu avec la moindre insulte ».

Il a été aussi décidé de « la rédaction d’une déclaration de condamnation, de dénonciation et de déni dans les termes les plus forts de condamnation et une copie de celle-ci envoyée à l’ambassade de France et lue en public et dans la presse locale et internationale pour indiquer que le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, est une ligne rouge.»

 

Toujours selon Sanogo, la réunion  demande à tous ceux qui célèbrent le Maouloud cette année « d’aborder cette question et de démontrer les vertus du Saint Prophète » et « à tous les imams des mosquées, en coopération avec l’IMAMA, de s’attaquer à ce problème et de faire preuve de solidarité avec le bien-aimé Prophète, vivant et mort.»

HCIM n’est pas seul

Tout est parti des propos du Président français qui a promis de ne pas « renoncer aux caricatures » du Prophète Mahomet, interdites dans la religion musulmane. « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent », avait déclaré Emmanuel Macron, lors de l’hommage national, le mercredi 21 octobre, à Samuel Paty, l’enseignant assassiné pour avoir enseigné sur la liberté d’expression avec la caricature de Prophète à l’appui.

Cette attitude jugée hostile aux Musulmans met le feu à la poudre dans le monde musulman. Depuis quelques jours, le Président turc Recep Tayyip Erdogan est monté au créneau en appelant son homologue français à «se faire soigner». Ce dernier sera suivi par le Premier ministre pakistanais Imran Khan qui a accusé dimanche dernier Emmanuel Macron « d’attaquer l’Islam. Il est regrettable qu’il ait choisi d’encourager l’islamophobie en s’attaquant à l’Islam plutôt qu’aux terroristes qui pratiquent la violence, qu’il s’agisse de musulmans, de tenants de la suprématie blanche ou d’idéologues nazis », a poursuivi le Premier ministre pakistanais.

Le Mali entend emboiter le pas à la Turquie, l’Iran, la Jordanie ou le Koweït qui non seulement ne cessent de dénoncer la publication des caricatures du Prophète, mais boycottent les produits français.

D.C.A

Le Soft

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *