Mairie de Baguinéda-Camp : L’espoir renait avec la nouvelle équipe communale

Le premier maire adjoint de la mairie de Baguinéda-Camp, non moins président national du Parti pour l’action civique et patriotique (Pacp), Dr. Oumar Keïta, dans un entretien sur la gestion de la commune 6 mois après l’emprisonnement de l’ancien maire Salia Diarra, a fait savoir qu’en 2022, l’équipe communale fera  des réalisations qui n’ont jamais été effectuées pendant les 20 ans de la décentralisation dans ladite commune.

Selon lui, de janvier à ce jour, la commune de Baguinéda-camp se porte très bien, même s’ils ont commencé la nouvelle année avec quelques problèmes.

« En novembre dernier, il y a eu l’arrestation du maire Salia Diarra et des deux régisseurs pour ‘’détournement de biens publics’’. Ce qui a fait que la mairie a commencé la nouvelle année avec de petites difficultés, surtout au niveau de la prise de certaines décisions. Mais, Jean Marie Dackouo, qui était son premier adjoint, assure l’intérim. Avec ça on a pu élaborer notre budget », a expliqué le premier maire adjoint de la nouvelle équipe.

A en croire Dr. Oumar Keïta, le budget de l’année 2022 a été élaboré après délibération, et il a été approuvé par le préfet. Chose qui fait qu’ils arrivent à maintenir  le fonctionnement pour ce qui est du salaire des fonctionnaires des collectivités au niveau de l’éducation, la mairie et la santé.

Quand le nouveau secrétaire général séduit

Selon Oumar Keïta alias Barou,  la nomination de Seydou Diarra au poste de  secrétaire général de la mairie a été une chance pour eux et pour  la commune de par son expérience avérée dans le domaine. « C’est une chance pour nous. C’est vraiment un secrétaire général qui est au top. Depuis son arrivée, il y a eu beaucoup de changement. Il nous aide beaucoup avec ses conseils pour l’épanouissement de la mairie. Par rapport aux lois, aux innovations au niveau des collectivités, il est vraiment avec le temps », a-t-il indiqué.

Autres exploits, il dira qu’ils ont pu faire non seulement le compte administratif de 2021, mais aussi les imposables et la délibération par rapport aux taxes communales qu’ils doivent récupérer au cours de l’année 2022. « Ce sont des acquis, ce sont des instruments de travail de la commune », a-t-il dit.

Parallèlement, il a ajouté qu’ils ont pu faire le programme d’investissement annuel dont la réalisation a commencé. Dans ce programme, évoque-t-il,  il est prévu la construction de cinq écoles, la réhabilitation du centre d’état-civil principal et de deux autres centres secondaires d’état civil.

« Les choses  ont bien commencé. Au bout des cinq mois, il se trouve déjà que la première tâche par rapport à la construction de trois salles de classes à Kobalacoro a été déjà financée sur fonds propre de la mairie. Les salles sont construites, il reste la toiture et les crépissages. S’y ajoutent la construction de la clôture de l’école de Dougoulacoro, la construction en cours de trois salles de classe à Farakan, et trois autres salles à Mofa, ainsi que la clôture de l’école. Sans oublier la construction de trois salles de classe à Senkorocoura », a-t-il fait savoir.

Pour dire que tout se passe très bien. Il s’est réjoui du fait qu’à cinq mois déjà dans le programme d’investissement annuel prévu, ils ont commencé avec 5 programmes. Et il est confiant qu’avant la fin de l’année ils feront la réception de ces 5 écoles. Pour Keïta, à la mairie de Baguinéda les ressources ne manquent pas ; il s’agit tout simplement d’en faire bon usage.

« Quand on arrivait, les gens ne payaient pas les taxes. Mais de nos jours, suite à la sensibilisation menée par une équipe conduite par  le président de la commission finances, Sory Traoré, beaucoup de nos concitoyens se déplacent pour venir s’acquitter de leur devoir civique », a-t-il laissé entendre.

Avec ces différentes réalisations en six mois, l’on peut dire qu’avec cette équipe l’espoir renait.  En tout cas, les citoyens observent avec intérêt, pour qui connait cette commune qui regorge d’énormes potentialités, mais qui n’arrive toujours pas à émerger.

Affaire à suivre !

Moussa Sékou Diaby

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.