LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE AU MALI : La France signe une convention de financement de près de 200 millions de FCFA

L’Ambassade de la France au Mali a servi de cadre, le mardi 4 décembre 2018, à une cérémonie de signature de convention de financement entre l’ambassadeur de la France au Mali, M. Joël Meyer, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Il s’agit d’un financement de près de 200 millions de FCFA complétant ainsi l’aide de la France au Mali à 1,6 milliard de FCFA en 2018.

Dans le souci d’apporter son soutien aux populations des régions de Ségou et de Mopti victimes d’insécurité et de perturbation de services sociaux de base, la France vient de signer hier, avec le PAM et la FAO, une convention de financement de près de 200 millions de FCFA. Ce fonds va compléter ainsi les financements de la France dans la lutte contre l’insécurité alimentaire à 1,6 milliard de FCFA en 2018. « Ce projet contribuera à améliorer de manière durable la sécurité alimentaire et les capacités de résilience des populations vulnérables de ces régions. Il s’inscrit également dans le plan d’urgence des autorités maliennes », a précisé l’ambassadeur de la France au Mali.

Cette aide ciblera notamment 8571 personnes via un soutien à la sécurité alimentaire et aux moyens d’existence, 5571 personnes qui bénéficieront de transferts monétaires et de 16 713 rations fournies comme couverture de consommation quotidienne par personne jusqu’à 90 jours. Outre cela, à travers cette aide, 3 000 personnes bénéficieront d’intrants agricoles. Dans ce cadre, des semences céréalières, des semences maraîchères, des outils agricoles, sont prévues. Des formations sont également prévues pour les bénéficiaires.

Pour le représentant de la FAO au Mali, Amadou Allahoury Diallo, « Cette assistance permettra ainsi aux ménages vulnérables ciblés de produire leurs propres aliments, notamment des légumes pour la diversité alimentaire et l’amélioration du statut nutritionnel du ménage. La vente du surplus des productions génèrera des revenus additionnels pour certains besoins de base. » Il continue en précisant que « Les femmes chefs de ménage constituent la grande majorité des bénéficiaires des interventions. » Quant à la PAM à travers représentant adjoint, Ibrahim Diop, il faudrait une conjugaison des efforts entre le PAM, la FAO et l’UNICEF afin de réussir leur combat en allant chercher les causes profondes des crises contre lesquelles ils se battent nuit et jour.

Notons que ce geste n’est pas nouveau puisque, chaque année, le Ministère français de l’Europe et des Affaires Étrangères apporte des aides alimentaires et nutritionnelles aux populations en difficulté. Par ce geste, la France contribue ainsi à la sauvegarde et à la réhabilitation des conditions de subsistance de ces populations.

La première contribution de la France était destinée à la lutte contre la malnutrition dans les régions du Mali les plus touchées et à la lutte contre l’insécurité alimentaire à Ménaka. Cette aide d’une valeur de 984 millions de FCFA a été versée au PAM et à l’ONG Acted. Quant à la deuxième contribution, elle venait en appui aux « personnes vulnérables au centre et au Nord du Mali ». Elle était d’une valeur de 492 millions de FCFA et a été versée au comité international de la Croix rouge (CICR). M. Diallo de la FAO n’a pas manqué à préciser toute leur satisfaction face à ce geste de la France. Il indique à ce titre : « Les financements français soutiennent un large éventail de programmes, centrés sur l’agriculture familiale, l’agro-écologie, le changement climatique et la résilience ainsi que la gouvernance de la sécurité alimentaire. »

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *