Lutte contre le terrorisme au Mali : Le vecteur aérien des FAMa se renforce avec des avions de combat

L’Etat-major général des armées  a reçu, hier mardi 9 août 2022,  des mains du président de la transition, le colonel Assimi Goïta,  de nouveaux aéronefs (une douzaine) dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des FAMa sur le terrain. Composée essentiellement d’avions de chasse de type L39 et Souhkoi 25, des hélicoptères d’attaque de type MI24-P, des hélicoptères de manœuvre de type MI-8, ainsi qu’un deuxième avion de transport tactique de type Airbus Caza-295, cette nouvelle acquisition est un témoignage de la détermination des plus hautes autorités de la transition à venir à bout  du terrorisme et de l’insécurité sous toutes ses formes au Mali. C’était en présence du Premier ministre de la Transition, de  l’Ambassadeur de la Fédération de Russie au Mali, des  anciens de l’Armée de l’Air, etc.

Avec l’acquisition, entre autres, d’avions de chasse de type L39 et Souhkoi 25, des hélicoptères d’attaque de type MI24-P, des hélicoptères de manœuvre de type MI-8, ainsi que d’un deuxième avion de transport tactique de type Airbus Caza-295, le vecteur aérien de l’armée malienne vient de se renforcer. Le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a officiellement a remis au chef d’état-major, hier mardi 9 août 2022, les clés de ces  douze nouveaux appareils parmi lesquels quatre avions d’attaque légers de type L-39C Albatross. Arrivés à un moment où l’armée malienne fait face à de nombreuses attaques terroristes, le ministre de la Défense, le colonel Sadio Camara, dira que l’objectif de cette dotation est de faire de l’armée malienne « une armée professionnelle, bien équipée, bien entrainée, dotée de bon moral, proche du peuple dont elle  est issue et dominant l’espace des opérations dans le respect  des règles et coutumes adéquates et suivant des règles d’engagement stricts ». Tout en soulignant que cette cérémonie de remise est historique de par la nature que le volume des nouveaux matériels, le colonel Sadio Camara a tenu à saluer le leadership du président de la transition, colonel Assimi Goïta, et le partenariat avec la Fédération de la Russie.

Pour le chef d’état-major de l’armée d’air, le général de brigade Aly Boï Diarra, cette acquisition  vient effacer le mauvais souvenir des périodes, où les vaillants soldats de l’armée malienne étaient à la solde des groupes armés terroristes, sans aucune possibilité d’appui aérien. Et maintenant, selon lui,  « ce n’est pas une armée de parade que nous construisons. Nous avons l’ambition de construire une armée d’action, opérationnelle, apte au combat et décisive au moment opportun ». Une thèse développée  encore par cet ancien pilote de l’armée de l’Air, Mahamadou Maïga, interrogé par Abdoul Niang. Il s’est réjoui que l’armée malienne soit en train de recouvrer sa notoriété dans l’espace sous-régional. « Maintenant on peut dire sans se tromper que le Mali dispose désormais d’une armée de l’air et non d’une armée en l’air », a-t-il indiqué.

Le L-39C est un avion d’entraînement de pilotes  développé dans les années 1960 par l’avionneur tchèque Aero Vodochody, mais l’appareil peut être aussi  utilisé pour des missions d’attaque au sol. C’est un appareil léger qui est très efficace dans les combats contre des petits groupes de djihadistes comme ceux qui évoluent au Mali. Si beaucoup d’acteurs contre les actions de la transition ont souligné que ce sont des avions des années 1960, Attaye Ag Mohamed, membre de la CMA au CNT, a écrit sur son compte Twitter : c’est d’ailleurs le type dont que le Mali besoin aujourd’hui : « très Utiles, moins coûteux et suffisamment dissuasifs face à des adversaires au sol, généralement à motos. Pas besoin de dernières générations couteuses, pilotage hyper-électronique et pas facile à entretenir. Il faut maintenant livrer plus de batailles hors d’emprises militaires », a-t-il indiqué. Il faut noter que ces nouveaux appareils de chasse ont une vitesse maximale de 800-1000 km/h selon les versions. Ils peuvent intervenir dans une altitude de 7 à 10 km (7000 / 10000 m) et peuvent couvrir un
rayon d’action de 1750-2500 km. Des équipements sophistiqués qui viennent renforcer la capacité opérationnelle de l’armée de l’air, en plus des hélicoptères de combat récemment acquis par l’armée malienne.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.