Lutte contre la surcharge: le règlement 14 en vigueur à partir du 1er avril

Les membres du Conseil d’administration de l’Autorité routière ont tenu, hier jeudi, dans les locaux de la structure, leur 29e session qui avait pour but d’examiner les réalisations de l’exercice 2016 ; donner des orientations pertinentes ; et recommander des pratiques optimales pour l’exercice 2017.

Exploitation bois vene surcharge routiere

La séance d’ouverture, placée sous l’égide du président du Conseil d’administration de l’Autorité routière, Youssouf TRAORE, non moins président du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR), s’est déroulée en présence des administrateurs et du directeur général de l’Autorité routière, Moulaye Ahmed Boubacar dit Baba Moulaye.
A l’entame de ses propos, le PCA a non seulement présenté ses vœux de nouvel an aux administrateurs, mais aussi fait observer une minute de silence en hommage aux 3 agents du Poste de péage/pesage de Sankoroba, victimes d’une attaque terroriste, le 24 octobre 2016. A leurs familles et à la direction générale de l’Autorité routière, il a, au nom de tous les administrateurs, présenté ses condoléances les plus attristées.
Le PCA a félicité la direction de l’Autorité routière pour les résultats obtenus en 2016 avant de l’inviter à poursuivre les efforts de mobilisation des ressources financières ; la modernisation des outils de travail, ainsi que dans le renforcement de la sécurité de l’environnement.
La célérité dans le traitement des dossiers, la maîtrise des charges financières à tous les tous ; le suivi de la mise en œuvre des recommandations des différents audits relatifs aux travaux, les réformes administratives pertinentes, est convaincu le PCA, contribueront à améliorer certainement les résultats déjà satisfaisants.
Il ressort du rapport d’activités du directeur général de l’Autorité routière, Moulaye Ahmed Boubacar, que sur le plan administratif, les différentes sessions statutaires du Conseil d’administration se sont tenues, mais, reconnaît-il, les délais devraient être respectés.
Quant aux conventions et protocoles de financement de l’entretien routier, ils ont été signés et exécutés.
Le service de péage, a-t-il révélé, a repris à Sanankoroba et la remise en état du poste est en cours.
Aussi, a-t-il fait savoir, un contrat de prestation de service est en cours d’élaboration avec la Gendarmerie dans le cadre de la sécurisation de l’ensemble des postes de péage/pesage.
Par ailleurs, souligne le rapport d’activité du DG, la réunion annuelle des routes de 2016 a fait ressortir un besoin de financement de l’entretien routier de 80 milliards de FCFA. L’Autorité routière est à pied-œuvre pour la mobilisation de ces ressources en vue de l’exécution des travaux programmés.
Sur le plan financier, il ressort du rapport d’activité que le budget 2016, approuvé en recettes et en dépenses est de 68 364 189 239 FCFA ; sur lesquels 45 milliards ont été consacrés à l’entretien routier.
Les recettes mobilisées au titre des ressources propres se chiffrent à 33 630 367 432 contre une prévision annuelle de 36, 360 milliards FCFA, soit un taux de mobilisation de 92,49 %. Quant aux dépenses, elles ont été exécutées à hauteur de 74,26 %.
Selon le DG, les réalisations financées par l’Autorité routière ont concerné toutes les régions du Mali où les conditions de sécurité permettent de travailler.
L’une des innovations de l’exercice de 2017, est que les 5% du budget seront alloués à l’entretien routier en partenariat avec la Banque mondiale, a révélé Baba Moulaye. Cette décision, a-t-il expliqué, se justifie par le rôle très important des pistes rurales dans le développement du pays.
Selon Baba Moulaye, dans tous les pays du monde, le péage c’est par au passage. Au Mali, il est de 24 heures. Et certains trouvent même le moyen de ne pas payer sur ces 24 h heures.
« Je me battrai au cours de ce conseil, pour faire en sorte que les administrateurs prennent une décision dans ce sens. Mais quelque part, il s’agit d’une décision politique. Quant à Mme la ministre des Transports, elle est aussi en train de se battre pour faire en sorte que l’on puisse mobiliser le maximum de ressources pour en vue d’entretenir le maximum de linaires », a-t-il soutenu.
Enfin, Baba Moulaye a profité de l’occasion pour souligner qu’à partir du 1er avril 2017 débutera l’application du Règlement 14 de l’UEMOA à savoir la lutte contre l’extrême surcharge, a-t-il rappelé, est une infraction répréhensible au Mali, avant le Règlement 14. D’où son appel au civisme à l’adresse de tous les usagers de la route, véritable moteur de développement.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *