Lutte contre la malnutrition chronique dans le Cercle de Bandiagara : LES AGENCES DES NATIONS UNIES SALUENT LES PROGRèS

Le mercredi 16 novembre 2016 restera longtemps gravé dans la mémoire des populations du village de Kori-Maoudo et environs, dans la commune rurale de Bignari Bana (Cercle de Bandiagara). En effet, la localité  a eu l’honneur, ce jour-là,  d’accueillir une délégation de haut niveau du Système des Nations unies au Mali.

enfant fille garçon  village mortalite unicef

Cette visite de terrain s’inscrivait dans le cadre du suivi des activités du programme conjoint des agences du Système des Nations unies dans le cercle de Bandiagara en faveur de la lutte contre la malnutrition chronique. Ces agences sont  la FAO, le PAM et l’UNICEF.
La délégation, qui a fait le déplacement  dans la bourgade située  à environ 45 km de Sévaré,  était conduite par Mme M’Baranga Gasarabwé, la représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies au Mali et coordinatrice résidente du Système des Nations unies dans notre pays. Le Programme conjoint de Bandiagara est une initiative novatrice de trois agences des Nations unies  (la FAO, le PAM et l’UNICEF) pour lutter efficacement contre la malnutrition chronique perçue comme une urgence de santé publique au Mali. Un phénomène qui touche près de 30% des enfants de moins de cinq ans, selon l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS) réalisée en 2015.
Mis en œuvre depuis 2015, le programme couvre 64 villages dans huit communes du Cercle de Bandiagara qui souffre d’une adversité naturelle avec seulement 10% des terres cultivables.
Les communes bénéficiaires du programme sont Pignari-Bana, Doucombo, Borko, Dandoli, Wadouba, Soroly, Kendié et Bandiagara. L’initiative vise à mettre en place un paquet complet d’interventions dans la complémentarité des champs d’expertise de chaque agence ; à planifier et faire converger au sein de la même communauté des actions axées sur la nutrition et les interventions sensibles à la nutrition dans les domaines de la santé, l’agriculture,  la sécurité alimentaire, la résilience, l’eau, l’assainissement-hygiène et l’éducation. Ce partenariat des trois agences ambitionne de renforcer la résilience de 3 000 ménages des 64 villages cibles de Bandiagara à travers une panoplie d’activités : la mise en place de 8 comités de gestion villageoise pour le cash transfert au bénéfice de 2 000 personnes, le développement de prêts communautaires pour la gestion des risques de catastrophe et de la nutrition, la distribution de 3 000 petits ruminants et 5 000 volailles aux ménages vulnérables, la création de 128 champs écoles, l’appui  au CSCOM etc.
Le choix du village de Kori-Maoudé pour la visite conjointe des responsables du Système des Nations unies pour apprécier l’impact des réalisations de la synergie d’actions du programme s’explique par le fait que l’aire de santé, à laquelle appartient le village, a un des taux les plus élevés de malnutrition des villages cibles avec 105 cas de malnutrition modérée  et 107 cas aigus dépistés en 2016. Et l’aire de santé de Kori-Maoudé a bénéficié du paquet d’interventions avec des résultats tangibles faisant de lui un bon exemple du programme conjoint. A l’école fondamentale de Kori-Maoudé, première étape de la visite, le « Premier ministre du gouvernement » des enfants, Mamoudou Napo a souhaité la bienvenue aux illustres hôtes du jour et salué le partenariat dont les enfants du village profitent à travers les produits du jardin qui alimentent la cantine.
Au cours de la visite guidée des réalisations, les ministres en charge de l’agriculture et de l’assainissement, ont, tour de rôle présenté les acquis du programme et expliqué leur lien avec la nutrition et l’effet induit en terme de changement de comportement des communautés. La délégation a escaladé la colline pour voir de visu les toilettes réalisées dans le cadre de l’opération Assainissement totale pilotée par les communautés (ATPC) et échangé avec les ménages du village sur leurs conditions de vie, de subsistance et sur la santé des enfants. La délégation a également visité le CSCOM qui fonctionne bien avec l’acquisition d’un dispositif complet de Wash (un forage équipé, des toilettes, kits de lavage de main au savon), d’une chaine de froid en solaire pour la conservation des vaccins et d’une moto pour appuyer le PEV (Programme élargi de vaccination) de routine. Le voyage des responsables du Système des Nations unies à Kori-Maoudé s’est terminé par un point de presse au cours duquel Mme M’Baranga Gasarabwé et les ambassadeurs des pays donateurs ont très bien apprécié la synergie d’actions intégrées et les résultats probants acquis sur le terrain.
D. COULIBALY
Amap-Mopti

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *