Lutte contre la cybercriminalité: institution d’un pôle judiciaire national spécialisé

Le Conseil des ministres du vendredi dernier 11 novembre 2022 a institué auprès le Tribunal de grande instance de la commune IV du District de Bamako, un pôle judiciaire national spécialisé en matière de lutte contre la cybercriminalité, désormais seule juridiction du pays en charge de la lutte contre la cybercriminalité.

Selon le gouvernement l’essor des Technologies de l’Information et de la Communication favorise le développement économique, industriel et social des pays. Il incite la production et améliore la qualité des prestations de service.

Cependant, l’utilisation malveillante des réseaux sociaux peut entrainer des conséquences très graves. Ils sont devenus un espace où nul n’est à l’abri des attaques contre sa personne et sa propriété, de l’escroquerie et d’autres infractions du genre.

Le rythme rapide de l’évolution de la cybercriminalité rend difficile l’appréhension des malfaiteurs. En effet, explique le communiqué du conseil des ministres, les cyber-délinquants adaptent leur manière d’opérer à l’évolution des nouvelles technologies, de telle sorte qu’ils ont une avance réelle sur les services classiques de détection et de répression de la criminalité.

Pour faire face à ce phénomène, le Gouvernement a décidé, à l’instar des Pôles économiques et financiers en matière de lutte contre la corruption et du Pôle judiciaire spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, d’opter pour la création d’un « Pôle judiciaire spécialisé en matière de Lutte contre la Cybercriminalité ».

C’est pourquoi le gouvernement veut instituer auprès du Tribunal de Grande Instance de la Commune IV du District de Bamako, le Pôle judiciaire national spécialisé en matière de Lutte contre la Cybercriminalité qui aura une compétence nationale et exclusive pour les infractions dans ce domaine.

Il s’agit pour le gouvernement par adoption de ces textes :

– de déterminer les modalités de poursuite, d’instruction et de jugement dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité ;
– de préciser les compétences de la brigade spécialisée et des assistants en matière de lutte contre la cybercriminalité ;
– d’apporter une meilleure cohérence et une plus grande efficacité dans la lutte contre la cybercriminalité.
En tout cas, il s’agit d’une reconnaissance du travail acharné du parquet de la Commune qu’il faut encourager et continuer d’appuyer pour réussite de sa mission. Bravo au procureur Touré et à son équipe.

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.