L’ORTM au service du parti présidentiel (RPM) et de « Ma famille d’abord »

Depuis trois jours, le journal de 20h (Grande édition) de l’office des radiodiffusions télévision du Mali (ORTM) commence par le congrès du parti au pouvoir qui s’est tenu le samedi 22 octobre 2016 au palais de la culture de Bamako.

radio-television-malienne-ortm-passion-parti-pouvoir-rpm-logo

Au Mali, le journal de 20 heures de l’ORTM est le principal journal quotidien télévisé. Il existe autour de cet horaire une forte audience. L’occasion pour la chaine nationale qui se réclame être « la passion du service public » d’informer les téléspectateurs maliens de l’actualité brulante du pays. Mais au regard de la programmation du journal, ce slogan ne correspond plus à la réalité car l’ORTM semble aujourd’hui être au service du parti présidentiel (RPM) et de « Ma famille d’abord ». En effet, avec IBK la télé s’ouvre par lui et se ferme par lui. Tout tourne autour des activités d’IBK, de sa femme, de son parti et de la majorité présidentielle, sans oublier les accompagnateurs du pouvoir.

Ces derniers jours, cette fixation de l’ORTM sur le président de la république et son entourage a atteint des proportions ahurissantes. Depuis trois jours, le journal de 20 heures débute avec le congrès du parti au pouvoir (RPM) pendant que des localités sont attaquées. Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2016, un poste de péage à Sanankoroba une localité non loin de la capitale malienne a été attaquée et a fait 3 morts. Alors que le peuple cherche à savoir ce qui s’est réellement passé, l’ORTM n’a pas trouvé mieux que nous rabattre le congrès du parti présidentiel pendant plusieurs jours de suite.

Depuis l’arrivée d’IBK au pouvoir, l’ORTM est presque devenue sa propriété privée.

Pour la première fois dans l’histoire, la chaine nationale a déjà consacré 52 minutes à IBK seul dans le journal télévisé du vendredi 11 décembre 2015.

Au Mali, le ridicule ne tue pas. Nous avons vu le parti présidentiel faire une déclaration dans le cadre de l’anniversaire du président de la République, tout comme les autres partis de la majorité.

L’Ortm est obligé de montrer tout cela à la télé. IBK est le seul président malien qui sort avant le journal télévisé, avec lui, et on ne montre jamais les autres présidents. Ortm ou IBKTV, les Maliens s’interrogent.

Les journaux télévisés de l’ORTM ressemblent plus à des publi-reportages d’un gouvernement toujours en campagne plutôt qu’un traitement professionnel de l’information.

Le pire est que le Directeur Général et le ministre de l’Economie Numérique de l’Information et de la Communication semblent mettre en place un plan de musèlement à outrance par un monopole et une surveillance asphyxiante qui pèse aujourd’hui sur le professionnalisme des cadres et l’audience de l’ORTM.

Les Maliens sont mieux informés aujourd’hui par maliactu.Info et les réseaux sociaux  sur l’actualité nationale que par l’ORTM.

Un fait qui se produit dans la ville de Bamako est relayé systématiquement par maliactu.info, les radios privées et les chaines internationales plusieurs heures et souvent des jours avant que la Télévision nationale financée par l’impôt du contribuable n’en fasse écho.

Si le Directeur Général et son ministre de tutelle pouvaient faire un sondage pour recueillir l’avis de la population sur ce que pensent les maliens de la qualité des programmes de leur chaîne nationale, le résultat ferait tomber des nues.

Le seul fait de voir ailleurs, de s’inspirer des exemples comme Africable Télévision et même Chérifoula TV qui drainent aujourd’hui un grand audimat grâce à la qualité des prestations qu’ils font et surtout à l’utilisation des langues nationales comme vecteur d’information, peut être benéfique pour l’ORTM.

Dans la sous-région ouest africaine la Radiotélévision du Burkina RTB avec la transition, la RTS au Sénégal sont également devenues des exemples à suivre en matière d’information.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *